Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

AVEC VIEIRA, NICE A AUSSI SON ÉTOILE

Publié le 05/08/2018 à 19:25

Partager

Comme le PSG, l'OM, Monaco ou l'OL, l'OGC Nice va entamer la saison de Ligue 1 Conforama avec dans ses rangs un champion du monde, mais de 1998 celui-là : son nouvel entraîneur Patrick Vieira.



Ce n'est pas si souvent que la Ligue 1 Conforama réintègre l'un de ses enfants prodiges. Le grand Pat’, en provenance du New York City FC, n'est en effet que le troisième champion du Monde et d'Europe à s'installer sur le banc du championnat après Didier Deschamps (AS Monaco, Olympique de Marseille) et Laurent Blanc (Girondins de Bordeaux, PSG).
Une nouvelle fois, le président niçois Jean-Pierre Rivère a démontré son talent pour recruter des grands noms, que ce soit sur le terrain ou sur le banc, de Claude Puel à Lucien Favre, en passant par Hatem Ben Arfa, Wesley Sneijder ou Mario Balotelli. Jean-Pierre Rivère, voit surtout en Patrick Vieira l'homme de la situation pour développer un projet toujours basé sur le beau jeu et la jeunesse.
« Nous n'avons pas recruté un nom, ni un champion du Monde, nous ne faisons pas non plus un pari », a écarté Jean-Pierre Rivère lors de la conférence de presse de présentation de Vieira : « Notre projet est très clair et les projets sont portés par des hommes. L'objectif est de continuer à faire grandir le club. Après vingt minutes de discussion avec Patrick, je lui ai dit : "Vous êtes exactement ce que nous cherchons". »
A 42 ans, le défi est de taille pour le natif de Dakar qui, avant de s'envoler pour la Grosse Pomme, n'avait qu'un petit vécu sur le banc en tant que patron des U21 de Manchester City (2013-2015), sa dernière équipe en tant que joueur (2010/2011).
« Je n’ai pas réfléchi deux fois avant de signer à l'OGC Nice », a assuré celui qui avait débuté en professionnel chez la toute proche AS Cannes en 1996. Il l'a fait en tout cas en toute connaissance de cause, en sachant qu'il faudrait faire avec les mouvements programmés de l'effectif et un gros chantier offensif toujours sur la table de travail. « Ça va bouger, j'ai toute confiance en ma direction », répète Vieira à tous ses points presse.
« JOUER VERS L'AVANT »
 
Discipline, respect, groupe et jeu reviennent en boucle dans la bouche de l'ex-milieu aux 107 sélections en Bleu, qui a évolué dans les deux clubs milanais, à Arsenal, à la Juventus et à Manchester City. Souriant, ouvert, voire chambreur, la "Pieuvre", son surnom du temps de sa splendeur sur les pelouses en raison de ses longs compas (1,93m), est cependant à cheval sur les principes de base. « Il est tolérant mais sait recadrer quand nécessaire. Il fait passer le collectif avant toute autre considération. Une mentalité saine», raconte Christophe Jallet.
Le retardataire Mario Balotelli en a fait l'expérience avec un rattrapage physique en solo avant de réintégrer le groupe en début de semaine quand il a daigné faire son retour à l'entraînement, dans l'attente d'un transfert toujours annoncé, mais toujours pas réalisé.
Les Aiglons, eux, se sont installés dans leur nouveau quotidien autour de Vieira et de son staff international (deux Anglais, un Italien et deux Niçois). « Tout est basé sur la cohésion de groupe. Le matin, nous déjeunons ensemble à 07H30. Entraînement de 09H00 à 11H00, puis soins. Et nous prenons le repas au club », détaille le milieu offensif Pierre Lees-Melou, l'un des éléments de l'ossature sur qui Vieira s'appuie.
« Carlo Ancelotti avait à Paris un peu le même style d'échauffement. Il y a une séance vidéo sur l'adversaire ou sur une de nos séances avant l'entraînement pour définir les axes de travail », se rappelle de son côté Jallet.
Aujourd'hui, l'objectif et les principes de jeu sont assumés par le nouvel entraîneur niçois : « Il est important pour moi de jouer vers l'avant, avec des éléments qui expriment leur talent », prévenait-il lors de sa conférence de presse de présentation. A charge pour ses joueurs de le mettre en pratique sur le terrain.