Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

DES CÔTÉS TOUJOURS PLUS MODERNES !

Publié le 16/11/2018 à 14:27 - LFP

Partager

Il y a de la concurrence sur les côtés en Ligue 1 Conforama. Les vrais latéraux voient arriver des profils plus offensifs pour occuper les couloirs.

Avec notamment la démocratisation du système à trois défenseurs axiaux, le rôle des latéraux continue d’évoluer et leurs profils avec. Plus que jamais, les hommes de couloirs sont d’importance dans l’animation offensive en Ligue 1 Conforama. Si bien que les coachs n’hésitent pas à confier les côtés à des joueurs jusqu’ici peu habitués à ce registre ; notamment à l’OM où Rudi Garcia a lancé avec réussite Lucas Ocampos (OM) seul dans le couloir gauche dimanche dernier, après avoir confié l’an passé le côté droit à Bouna Sarr. « On a des joueurs de couloir taillés pour ce système (3 centraux) : Ocampos, Amavi, Sarr ou Sakai », confiait le coach marseillais après la victoire contre Dijon (2-0).

OM : APRÈS SARR, AU TOUR D’OCAMPOS

Précurseur dans ce domaine, l’Olympique de Marseille avait donc rencontré une belle réussite la saison écoulée avec Bouna Sarr en animateur à droite, lui le désormais ancien milieu offensif. A tel point que ce dernier s’espère un avenir en Bleus « je souhaiterais jouer pour l’équipe de France ». Une perspective rendue possible par son changement de poste. « Rudi Garcia a donné un second souffle à ma carrière. Il a été visionnaire », a-t-il expliqué dernièrement dans les colonnes de La Provence. « Si j’étais resté milieu offensif, je ne serais peut-être plus à Marseille aujourd’hui. Je l’ai accepté, j’y prends du plaisir, c’est mon nouveau poste ». Cette exception de la saison passée - même si la Ligue 1 Conforama a déjà connu des polyvalents (Cyril Rool, Julien Faubert, Jérémy Mathieu...) n’en est donc plus une à présent. Car il n’est plus rare de voir des non-latéraux de formation occuper les côtés.

Ainsi, Thomas Tuchel a testé dans le couloir gauche l’ailier Moussa Diaby, face à Monaco dimanche. Tout comme Ocampos contre Dijon (1 but), le titi parisien a été décisif pour sa 3e titularisation en Ligue 1 Conforama (2 passes décisives). Ce qui a pu donner des idées au tacticien allemand, qui a déjà fait débuter comme latéraux Colin Dagba et Stanley N’Soki. Du côté du MHSC également, séduit depuis déjà longtemps par une défense renforcée, Paul Lasne a lui aussi été décalé pour animer le côté gauche, pour permettre au latéral Nicolas Cozza (19 ans) de glisser dans un axe à trois.

RIPART, MONNET-PAQUET ET LIÉNARD UTILISÉ EN LATÉRAUX

D’autres clubs alignent des joueurs offensifs sur les côtés de défenses à quatre éléments, comme le Nîmes Olympique avec Renaud Ripart, plus réputé pour ses qualités dans la zone défensive adverse. A l’En Avant, Franck Tabanou (29 ans) est également utilisé en latéral gauche, lui qui à ses débuts utilisait sa patte gauche en attaque. Plus épisodique, l’ailier Kévin Monnet-Paquet a dépanné en latéral droit lors du déplacement des Verts au Parc des Princes, et Dimitri Liénard en latéral gauche avec le Racing au LOSC. Des dépannages qui rappelent l'époque Bielsa à l'OM et l'activité de Florian Thauvin dans son couloir : « Cela a été aussi un peu compliqué, car je jouais quasiment latéral, je courrais beaucoup », avait déclaré le Champion du monde après cette expérience.

Désormais bien connu, Thomas Meunier (PSG) est un autre exemple marquant d’ancien offensif reconverti avec succès. Latéral ayant parcouru le plus de distance par match (11,5 km/moy), le Diable Rouge excelle dans la prise de position dans son couloir droit : lui qui a déjà marqué à sept reprises et délivré dix offrandes en 55 matchs.

DEBUCHY, LA RÉFÉRENCE

Face à cette mode des latéraux-néophytes, les latéraux de métier demeurent toutefois performants en ce début de saison en Ligue 1 Conforama. Les Mathieu Debuchy (ASSE), Christophe Jallet (OGC Nice), Lucas Lima (FC Nantes) et autre Kenny Lala (RC Strasbourg Alsace) répondent présents. Célèbre pour son abattage en attaque, Debuchy (33 ans) a scoré à deux reprises lors des deux dernières journées à domicile (Angers et Reims) et se retrouve impliqué directement sur 4 buts des Verts cette saison. Une habitude pour l’international aux 22 buts dans le championnat en 265 matchs. Le Stéphanois est du coup le plus bel exemple de reconversion réussie, lui qui a navigué du poste d’ailier à celui de milieu défensif à ses débuts lillois il y a une quinzaine d’années avant de s'imposer au plus haut niveau en latéral droit. Tout comme ce dernier qui est toujours invaincu cette saison (8 matchs), Christophe Jallet (35 ans) est l’autre latéral d'expérience et porte-bonheur de la Ligue 1 Conforama (6 victoires en six matchs).

La jeune génération représentée par Ferland Mendy (OL, 23 ans), appelé pour la 1ère fois chez les Bleus en début de semaine, affiche par ailleurs toutes les qualités pour le poste. Deux révélations de la saison 2017/18 poursuivent leur progression : Valentin Rosier dans le système à cinq défenseurs du Dijon FCO et Ruben Aguilar dans celui du MHSC.

DES JEUNES QUI CONFIRMENT

Tout en étant le 2e plus grand tacleur à ce poste (4,8/match), le Dijonnais compte déjà trois passes décisives au compteur en championnat, quand l’Héraultais en affiche deux en plus de prestations convaincantes au sein de la 2e meilleure défense de Ligue 1 Conforama et par ailleurs surprise au classement (3e). Il est par ailleurs le 2e à la moyenne de kilomètres parcouru par rencontre (11,3 km) et le 3e latéral adressant le plus de centres par match (4,9). Domaine dans lequel il se situe juste derrière Keny Lala (RCSA, 5,5) et à distance respectable de Lucas Lima (FC Nantes, 9,8), véritable machine à centrer depuis son arrivée en France : sa dernière passe décisive pour Emiliano Sala dans le derby à Rennes en est la parfaite illustration. Evoluant dans un système à quatre défenseurs, le Brésilien est le latéral qui participe le plus au jeu de son équipe en Ligue 1 Conforama (82 ballons joués/match). Quant à l’Alsacien, il est le latéral le plus décisif offensivement avec une présence sur cinq buts du Racing (2 buts et 3 passes), lui qui avait déjà été impliqué sur sept réalisations strasbourgeoise l’an dernier.

ATAL, LA PÉPITE DU POSTE ?

Parmi la nouvelle vague d’arrivées lors du mercato d’été, Carole (RCSA), Celik (LOSC), Kolodziejczak (ASSE), Fabio (FC Nantes), Palencia (Bordeaux), Atal (OGC Nice), Alakouch (Nîmes) et Bernat (PSG) sont ceux qui se sont le plus signalés. Le méconnu turc des Dogues, s’est installé dans le onze lillois avec abnégation pour rapidement démontrer des qualités offensives (2 passes décisives). Au LOSC, seul club à n’avoir utilisé que deux joueurs pour évoluer en latéral, Christophe Galtier « souhaitait ne pas revivre ce qu’on a vécu la saison dernière, à savoir n’avoir qu’un latéral droit de métier. » Celik, dont l’entraîneur loue « les qualités athlétiques » et « la technique » a donc parfaitement résolu le problème.

Pour sa part, Youcef Atal (OGCN) candidate également pour le titre de révélation du poste après avoir joliment ouvert son compteur but à Nîmes lors de la dernière journée, venant confirmer des prestations de premier plan, notamment face à l’OM il y a un mois. De quoi s’inscrire dans la tradition du Gym qui avait déjà révélé Ricardo Pereira et Dalbert. L’Algérien confirme d’ailleurs tout le bien que pensait de lui son président : « Atal, il ne fallait pas passer à côté, c’est une évidence », confiait Jean-Pierre Rivère lors de la présentation du joueur cet été. L’Algérien est adoubé par son aîné, Jallet, qui le « considère comme un très grand latéral en puissance ».

Preuve que mêmes les spécialistes du poste ont encore de beaux jours devant eux. Et au pire, ils pourront toujours eux aussi s’orienter vers une autre position sur le terrain, comme l’ont fait par le passé d’autres latéraux : les champions du monde Manu Petit, Christian Karembeu et Djibril Sidibé, ou encore Fabinho avec l’AS Monaco ; et Loïc Perrin, Nicolas Pallois, Benjamin André parmi ceux actuellement en Ligue 1 Conforama.

 

Les contenus les plus consultés
Pas de contenus.