Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

HILTON : 15 ANS POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PIRE

Publié le 07/02/2019 à 10:35 - LFP

Partager

Vitorino Hilton est une des figures de la Ligue 1 Conforama, où il a tout connu en quinze années de présence. Retour sur le parcours du Brésilien de 41 ans.

Pauleta, Drogba, Chamakh, Carew, Lisandro, Fred, Ibrahimovic, Cavani, Frei, Falcao, Ribéry, Benzema, Lacazette, Gomis ou encore Hoarau…tous ont été contraints de se défaire au moins une fois du marquage de l’inoxydable Vitorino Hilton Da Silva en Ligue 1 Conforama qui fête ce jeudi le 15e anniversaire de ses débuts dans le championnat.
A 41 ans, Hilton est le doyen de Ligue 1 Conforama : un championnat dans lequel il évolue sans discontinuer depuis donc 15 ans, après des débuts le 7 février 2004 pour 439 apparitions. Et en seize saisons, le Brésilien y a tout vécu, aussi bien de grands moments entre ses deux titres de champions de France de Ligue 1 Conforama avec l’OM (2010) et le Montpellier HSC (2012), et des rencontres mémorables comme le mythique 5-5 entre l’OL et l’OM à Gerland en 2009, que des désillusions (2 relégations avec Bastia et Lens).
Le parcours d’Hilton dans le championnat de France l’a ainsi conduit à porter les couleurs de quatre clubs différents : après six mois en prêt au SC Bastia (2003/04), le Brésilien a évolué au RC Lens (2004-2008), à l’Olympique de Marseille (2008-2011) et au Montpellier HSC depuis plus de sept ans (arrivée en août 2011).
UNE ARRIVÉE EN PRÊT À BASTIA AU MERCATO D'HIVER
 
Ses débuts ont donc lieu le 7 février 2004 sous les couleurs du SC Bastia à Furiani face au Toulouse FC (1-0). Pour cette première, le défenseur de 26 ans a notamment contrôlé les attaquants Cédric Fauré et Nicolas Dieuze. Pour son deuxième match, un premier en déplacement, Hilton est opposé à l’EA Guingamp de son actuel coéquipier Souleymane Camara. Une semaine après avoir goûté à la victoire, il subit sa première défaite en Ligue 1. Ensuite, en plus d’un premier derby corse perdu à l’AC Ajaccio en mars 2004, le défenseur écope de son premier carton rouge lors de sa 12e apparition dans le championnat face au Stade Rennais (4-0). La suspension purgée, Hilton défie aussitôt son prestigieux compatriote Elber à Gerland qu’il parvient à museler sans toutefois empêcher la victoire lyonnaise (1-0), ni ensuite la relégation de la formation bastiaise en fin d’exercice.
Lui en revanche reste en Ligue 1 avec les Sang et Or et forme un nouveau duo défensif avec Nicolas Gillet. Dans le Nord, Hilton conserve les bonnes habitudes de ses débuts bastiais en débutant sur un clean sheet. Avec lui sur le terrain, les Lensois attaquent même la saison sur trois matchs sans aucun but concédé. A cette occasion, le Brésilien s’offre même le premier de ses vingt buts en carrière dans le Championnat de France lors de sa 17e apparition, à Istres (0-2). Le deuxième est plus prestigieux et surtout plus décisif puisqu’il intervient à Bollaert face au PSG et permet au RC Lens d’égaliser à la 86e (2-2). Oublié au second poteau, Hilton claque une tête salvatrice sur corner.
Avec sa recrue sud-américaine, le RC Lens de Joël Müller progresse, en passant de la 14e à la 6e place au classement des meilleures défenses en 2004/2005. Mais la saison suivante est encore meilleure avec au final une 4e place, son meilleur classement en quatre saisons et 132 matchs de championnat au sein du club lensois, qui est relégué en 2007/2008 après une défaite en Finale de Coupe de la Ligue BKT. S’il connaît une deuxième relégation en cinq saisons, Hilton reste une fois encore en Ligue 1.
DES PREMIERS TITRES AVEC L'OM
 
Car à l’été 2008, Hilton change d’air et file à l’OM, où après une 2e place avec Gerets dès sa première saison, il remporte le premier de ses deux titres de champion de France en 2010, dans la foulée d'une victoire en Coupe de la Ligue BKT. Pourtant, ses premiers pas ont été délicats avec les Phocéens lors d’un épique déplacement en terre rennaise en ouverture de la saison, où associé à Elamin Erbate en défense centrale, il encaisse quatre buts aux côtés également de Steve Mandanda ; dont deux à partir de la 90e minute… (4-4). Sa découverture du Vélodrome avec l’OM est bien plus réussie avec un 4-0 face à Auxerre. La saison suivante, s’il ne participe qu’à douze rencontres de Ligue 1, le Brésilien fait partie des 23 joueurs utilisés par Didier Deschamps pour offrir le titre à Marseille avec comme compères défensifs Diawara, Heinze, Bonnart et Taiwo.
L'EXPLOIT AVEC LE MHSC
 
Au terme d’une saison 2010/11 « difficile » (8 apparitions en Ligue 1 Conforama), Hilton, quelques semaines avant ses 34 ans, arrive libre au Montpellier HSC pour succéder à Emir Spahic. « On a trouvé notre bonheur avec Vitorino. Avec son expérience, sa qualité, sa connaissance de la langue et du football français, tout est réuni pour que l'on passe deux belles saisons », se réjouit à l’époque son coach René Girard, sans pour autant se douter à quel point l’avenir sera réduit du côté de la Mosson.
En effet, Hilton participe là-bas à l’un des plus grands exploits de l’histoire récente de la Ligue 1 Conforama, en contribuant au titre du club de Loulou Nicollin au terme de sa première saison au MHSC (35 matchs joués), où il forme une paire aussi complémentaire que redoutable avec le solide Mapou Yangambiwa.
Comme d’habitude, Hilton démarre parfaitement sous son nouveau maillot, avec deux succès et autant de clean sheets. Au cours de cette saison faste, le Brésilien se révèle déterminant, comme lors du nul arraché à Bordeaux (2-2), sur un but rageur (son unique de la saison) à la 90e minute de jeu, où il vient marquer en taclant le ballon devant Cédric Carrasso. Un point salvateur une semaine après la claque reçue à la maison contre le PSG de Pastore (0-3). Dans la foulée, Hilton et Montpellier enchaînent les victoires - dont une contre l’ancien club du brésilien, l’OM (1-0) - et tiennent tête au PSG d’Ancelotti au Parc dans la course au titre. Dans leur antre, les troupes de René Girard sont intenables (16 victoires en 19 matchs) et ne concèdent que 11 buts ; en grande partie grâce à l’assurance de leur recrue brésilienne. Depuis le conte de fée montpelliérain continue pour Hilton, qui « avoue parfois oublier son âge » et demeure une pièce essentielle d’une équipe dont il est le capitaine depuis six ans.