Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

HISTORIQUE : BORDEAUX, UN RECORD À MONACO

Publié le 07/03/2019 à 10:26

Partager

Bordeaux avait décroché en 2008 le succès le plus net en déplacement de son histoire en Ligue 1 Conforama, en passant six buts à l’AS Monaco sur la seule seconde période (0-6).

Samedi, Bordeaux retrouve un stade de Louis-II où il a vécu des émotions aussi fortes que contraires au cours de son histoire. Il y a onze ans, les Girondins de Bordeaux y ont en effet signé leur plus large victoire à l’extérieur en Ligue 1 Conforama (0-6), infligeant aux Monégasques leur plus grosse défaite dans une antre où ils évoluent depuis 1985. Une victoire historique girondine intervenue vingt-deux ans après…la plus large défaite du club en championnat (9-0). Et les saisons des deux derniers sacres de champion de France, Bordeaux s’y est imposé avec un irrespirable 3-4 en décembre 2008.
 
Mais dix mois avant ce succès arraché en Principauté, annonciateur d’un printemps glorieux pour le club au Scapulaire, les hommes du duo Blanc-Gasset ont donc décroché un succès historique par son ampleur à l’AS Monaco, en compilant six buts sur la seule seconde période ! Pourtant, avant le match, le gardien Flavio Roma n’avait plus été trompé à domicile depuis 409 minutes. La fin de la série a été opérée sans ménagement.
 
Entre deux matchs européens contre Anderlecht, les Girondins se rendent donc sur le Rocher affronter un club de l’AS Monaco déjà à dix points derrière (7e). Conduit par sa troupe sud-américaine (Alonso, Wendel, Cavenaghi, Henrique) et son ossature de locaux (Ducasse, Chalmé, Trémoulinas, Planus, Marange et Brégerie), Bordeaux n’est pas tendre avec un ancien du Haillan, Ricardo, à présent sur le banc du Rocher.
 
 
 
UN GRAND CAVENAGHI !
 
 
Parfaitement remis d’une opération aux adducteurs et affûté, Fernando Cavenaghi s’annonce comme la menace n°1 pour les Monégasques. En effet, le goleador argentin enfile les buts comme les perles depuis plus d’un mois. Et avant cette 5e titularisation contre les joueurs de la Principauté, le Sud-Américain a déjà trouvé à six reprises le chemin des filets ! En marquant un but toutes les 71 minutes en 2008, Cavenaghi a contribué à rapporter quatre victoires aux siens. Et ce n’est pas fini…Car lors de cette démonstration du 17 février 2008, l’attaquant bordelais a encore brillé, en inscrivant un nouveau doublé sur ses deux tirs cadrés du match, son troisième en six journées. Après le match, le joueur se souvient aussi d’avoir manqué le triplé sur un coup de tête envoyé au-dessus de la barre de Flavio Roma…tout en reconnaissant tout de même que ce qu’il vit « actuellement c’est un peu exceptionnel, incroyable ! Ce n’est pas toujours comme ça ».
 
MICOUD À LA BAGUETTE
 
Mais il n’a pas été le seul à réussir son match du côté de Girondins qui ont cadré dix de leurs tentatives (71% de cadrés), dont huit sur la seule seconde période. Egalement auteur d’un doublé pour deux tirs tentés, Johan Micoud évoque de son côté « un match parfait, jouissif » et « beaucoup de plaisir pris ». Se jouant des changements tactiques tentés (un quatuor offensif) par le coach brésilien de l’AS Monaco, Bordeaux a déroulé son football de « façon exceptionnel » argue Wendel, passeur sur l’ouverture du score à la 51e minute de jeu. Et les dix dernières minutes sont interminables pour les Monégasques qui passent d’un déjà rude 0-3 à un infernal 0-6, scellé par le gamin Obertan, dix jours avant son 19e anniversaire.
 
Le match d’après, comme l’avait annoncé Laurent Blanc au soir du 6-0 « tout serait à refaire », et le LOSC de Rio Mavuba, formé au FCGB, a mis en veille l’attaque bordelaise chez elle (0-0). Ce Bordeaux de l’hiver 2008 n’était pas encore tout à fait celui qui dominera la Ligue 1 la saison suivante, mais il commençait déjà à remettre en cause le règne lyonnais. Après cette victoire chez les Monégasques lors de la 25e journée, les Bordeaux (2e) ne comptaient plus qu’une longueur de retard sur le leader et quintuple champion en titre. Un point qu’ils ne parvinrent finalement jamais à combler jusqu’au terme de cette saison 2007/08, bouclée à quatre longueurs de l’OL.