Miralem Pjanic (OL)
Légendes

Miralem Pjanic, l'homme pressé

Publié le 02/04/2020 à 16:44 - LFP

Partager

Grand talent formé au FC Metz puis brillant sous les couleurs de l’Olympique Lyonnais, Miralem Pjanic a tout fait très vite en Ligue 1 Conforama entre 2007 et 2011.

Pendant quatre ans, Miralem Pjanic a évolué en Ligue 1 Conforama sous les couleurs du FC Metz, puis celles de l’Olympique Lyonnais. A l'occasion de son 30e anniversaire ce jeudi, un petit retour en arrière sur l’éclosion d’un des meilleurs milieux de terrain européens actuellement avec la Juventus.

Avec Miralem Pjanic, Bosnien réfugié au Luxembourg, tout va toujours très vite. Arrivé à 14 ans au centre de formation du FC Metz en 2004, où il devient champion de France des moins de 16 ans, le jeune milieu rejoint le groupe pro messin la saison de la remontée après le titre de champion de Domino’s Ligue 2 (2006/07). A 17 ans et 4 mois, Pjanic ne patiente que quatre journées pour fêter sa première convocation lors de la réception du Paris SG. Entré en jeu à vingt minutes de la fin (0-0), le Grenat signe une première passe décisive pour sa 6e titularisation en championnat et son premier but (sur pénalty) seulement quinze jours après être passé professionnel. Tout indique que le prodige messin s’est rapidement acclimaté à la Ligue 1.

Révélé avec Metz contre l'OL

Dans une saison particulièrement difficile pour son club, la jeune révélation inscrit deux autres buts, dont un lors de l’ultime journée : ce qui se révèle toutefois insuffisant pour sauver le FC Metz de la relégation. Mais les prestations du milieu de 18 ans à la trentaine d’apparitions en Ligue 1 ont déjà tapé dans l’œil de nombreux clubs, dont l’Olympique Lyonnais. Les Gones avaient en effet pu s’apercevoir du talent du gamin lors d’un quart de finale de Coupe de France à Gerland remporté dans la douleur face aux Mosellans et un Pjanic débordant d’activité (1-0).

Un mois et demi plus tard, Pjanic démontre une nouvelle fois sa rapide ascension en passant directement du dernier au champion de Ligue 1 en titre dès le mois de juin 2008, sacré pour la 7e fois consécutivement. « Je suis sûr que là-bas je vais progresser. Je suis quelqu’un qui travaille beaucoup », confie alors le futur ex-Grenat dans France Football. « Lyon est un club ambitieux et je voulais justement rejoindre une équipe comme cela. » Et ce, malgré les propositions venant de Premier League de Liga ou de Serie A. « L’étranger me semble trop tôt encore. C’était préférable de poursuivre ma route en France, et donc à Lyon », explique le joueur à l’époque à peine majeur et déjà posé.

« Je comprendrai si je ne jouais pas tout de suite. Car il y a beaucoup de très grands joueurs à Lyon. Mais je me battrai pour prouver que j’ai ma place dans l’équipe ». Et visiblement, le peu expérimenté Miralem Pjanic a vite convaincu son coach Claude Puel qui le titularise aux côtés de Makoun et Toulalan dès le Trophée des Champions, perdu contre Bordeaux aux tirs au but, puis de nouveau en ouverture du championnat de Ligue 1 à Gerland lors d’un net succès contre Toulouse (3-0). Fidèle à sa trajectoire, le nouveau n°12 lyonnais était « pressé d’y jouer avec le maillot lyonnais. Ça ne me fait pas peur de me retrouver ici ».

Buteur décisif à Bernabeu

Rémi Garde, alors cadre technique au club, retient « le talent du joueur. Miralem n’a aucun problème avec le ballon. On ne peut être qu’impressionné par la vitesse avec laquelle il a su s’adapter à la Ligue 1. » Après une première saison lyonnaise à 20 matchs, Pjanic devient un élément indispensable du onze des Gones avec les départs de Benzema et Juninho. Avec six buts et sept passes décisives, dont une grande prestation lors du mythique OL-OM de novembre 2009 (5-5), le Bosnien se montre surtout capital en marquant le but qui permet aux Lyonnais de tenir leur 3e place en Ligue 1 (face à l’AJ Auxerre), synonyme d’une nouvelle qualification en UEFA Champions League. D’ailleurs en C1, le jeune milieu excelle au début du mois de mars en égalisant à Bernabeu face au Real pour une qualification historique qui conduit le club à disputer sa première demi-finale dans la compétition. Bref, le Lyonnais n’a guère le temps de fêter ses retrouvailles face aux Grenats en janvier 2010 lors d’un 8e de finale de Coupe de la Ligue à sens unique (3-0). Car à même pas 20 ans, voilà Pjanic déjà dans l’histoire du club français des années 2000.

L’année suivante, Miralem Pjanic signe discrètement un but et une passe décisive le 27 août 2011 lors d’une victoire face à Montpellier (2-1), qui est sans qu’il ne le sache encore son 122e et dernier match en Ligue 1 Conforama ; une rencontre surtout marquée par la blessure de Lisandro (OL), sorti sur civière et out pour plusieurs semaines à l’époque. Quatre jours plus tard, le milieu international fait, cette fois, la Une en rejoignant la Roma. Encore une fois, Pjanic est allé très vite et a surpris tout le monde en quittant les Gones dans les dernières heures du mercato estival 2011.

Les contenus les plus consultés
Pas de contenus.