Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

FABREGAS : «RAMENER MONACO EN LIGUE DES CHAMPIONS»

Publié le 12/04/2019 à 09:39

Partager

Recrue star du mercato d’hiver, Cesc Fabregas évoque ses premiers mois en Ligue 1 Conforama et son avenir qu’il imagine à l’AS Monaco.

Renfort majeur en janvier du Monaco de Thierry Henry en pleine lutte pour le maintien, Cesc Fabregas est heureux en Ligue 1 Conforama malgré le départ de l'entraîneur français mais espère rapidement rehausser l'objectif et « ramener Monaco en Ligue des champions », a assuré le milieu espagnol âgé de 31 ans qui compte 10 rencontres de Ligue 1 Conforama (1 but). Avec lui sur le terrain, l’AS Monaco reste sur une invincibilité de sept matchs.
Que retenez-vous de vos premiers mois en Principauté ?
« Pour moi, c'est une expérience nouvelle, qui m'offre de nouveaux objectifs personnels. A Chelsea, j'aurai pu prolonger. Un nouvel entraîneur (Sarri, ndlr) est arrivé avec des joueurs qui sont comme ses enfants (Jorginho, ndlr). Ce n'était plus possible de jouer. Aujourd'hui, le projet monégasque me donne beaucoup de satisfactions. Voir l'équipe et moi-même grandir ensemble est un défi. Pour ma tête, mon ego, mon cœur. Je vois ma femme et mes enfants très heureux. Je le suis également. Le club est fantastique, je fais ce que j'aime : jouer au football. On va voir jusqu'où on peut amener ce grand club. »
« JE ME SUIS TOUJOURS DEMANDÉ POURQUOI LES GRANDES ÉQUIPES VENAIENT CHERCHER LES JOUEURS EN FRANCE »
Comment se passe votre adaptation, surtout depuis le départ de Thierry Henry?
« C'est vrai, le départ de Thierry a été un choc. Mais c'est du passé. Je pense au futur de Monaco, à son sauvetage, et à mon futur, qui sera ici. J'ai joué dans des clubs importants. J'ai une très belle carrière, joué avec de grands joueurs. Mais pour moi, le plus important est l'équipe. Je veux redonner mon expérience à l'équipe, aux jeunes, dans un championnat différent, où j'essaie de m'adapter. En Angleterre et en Espagne, il y a les meilleurs joueurs du monde, des matchs de grande qualité. Mais le football français possède beaucoup de potentiel, de qualité. Je me suis toujours demandé pourquoi les grandes équipes venaient chercher les joueurs en France. Simplement parce qu'il y a de la qualité, beaucoup de joueurs courageux. D'ailleurs, excepté Paris qui pourrait faire plus, les meilleures équipes françaises ont du mal à garder leurs jeunes talents. »
Quel est votre projet avec l’AS Monaco? 
« J'aime les traditions, les championnats nationaux et surtout, la Ligue des champions. Elle me manque. Cette saison doit être une exception. Pour l'an prochain, l'objectif présenté par le club est clair : on n'est pas ici pour passer du bon temps. On est là pour ramener Monaco en Ligue des champions. C'est mon rêve. L'objectif est donc de nous battre avec les meilleurs. Le club sait ce qu'il a à faire pour y parvenir. A n'en pas douter, il y aura des changements. Mais ce n'est pas à moi d'en juger. Personnellement, je me sens encore la force pour jouer quelques saisons encore au plus haut niveau. Tout se passe dans la tête. Je ne suis ni fort, ni rapide, ni souple. Mais j'ai disputé 800 matchs au plus haut niveau. Je suis là pour apporter mon expérience, ma capacité à aider l'équipe sur le terrain, pour être un exemple hors du terrain. Beaucoup de jeunes, ici, débutent leur carrière. La vie de football est belle. Mais rien n'est facile. Il faut garder un haut degré d'exigence : vouloir apprendre, toujours tout donner et garder cette mentalité. »