Actualité

LÉGENDES : LES FAMEUSES CÉLÉBRATIONS DE LIGUE 1 CONFORAMA

Publié le 10/03/2020 à 14:58 - LFP

Partager

Retrouvez les célébrations de buts les plus marquantes de l'histoire de la Ligue 1 Conforama.

Depuis les années 1990, les buteurs ont pris l’habitude de signer leurs buts en Ligue 1 Conforama, et certains rivalisent d’originalité. Ainsi, la panthère de Bafé Gomis, la pagaie de Marama Vahirua ou encore les bandelettes de Toifilou Maoulida font partie de celles qui ont marqué l’histoire de la Ligue 1 Conforama.

LA PAGAIE DE VAHIRUA

Deux coups de pagaie avec un genou posé à terre, telle était la célébration de Marama Vahirua en Ligue 1 Conforama. Un geste unique associé au titre de champion de France du FC Nantes en 2001. La première « pirogue » de Marama lui est venue lors d’un quart de finale de Coupe de France face à Auxerre (2001). « J'ai hésité deux secondes entre faire le surfeur ou la pirogue. Faire le surfeur, c'est un peu ridicule, donc je me suis dit : - Bon allez, on va faire la pirogue ! - À la fin du match, toute ma famille, tout Tahiti m'a appelé pour me dire qu'ils étaient trop fiers. Ce qui est marrant, c'est que toute l'équipe est venue me voir un ou deux jours plus tard à l'entraînement pour me dire que c'était ce signe-là qui allait nous porter vers le titre. », a confié le Tahitien à So Foot.

D’UN «Z» QUI VEUT DIRE ZERKA

Toujours en Lorraine. L’une des plus fameuses célébrations des années 2000 est sans conteste le « Z » de Monsef Zerka sous les couleurs de l’AS Nancy-Lorraine. « Tout est parti d'un délire : un ami m'a soufflé ça à la veille d'un match face à Auxerre. Le lendemain, j'ai eu la chance de pouvoir tirer un penalty, j'ai marqué, j'ai célébré, je me suis fait chambrer dans le vestiaire mais tout le monde aimait bien », avait expliqué l’attaquant à France Football. La renommée de cette signature a même dépassé les frontières de l’Hexagone, puisque lors de ses aventures à l’étranger (Grèce, Roumanie, Singapour et Etats-Unis), son « Z » lui était réclamé : « on me disait - tu as intérêt à faire le Z quand tu marques - J'ai eu la pression ! Ç'a été un jeu pour tout le monde. Même les managers me le demandaient parce que ça allait avec le personnage. En vieillissant, je pensais que j'arrêterais ce genre de choses, mais finalement non »

LES BANDELETTES DE TOIFILOU

S’il est bien un joueur dont la carrière est automatiquement associée à sa célébration, c’est forcément Toifilou Maoulida. L’homme de Mayotte a sorti sa première bandelette de son chapeau (en réalité de sa chaussette) – avec le message « I’m back » inscrit sur une bande adhésive, le 26 février 2006 face à l’OGC Nice. Une dédicace très personnelle qui l’a accompagnée jusqu’à la fin de sa carrière pour une centaine de messages brandis après ses buts.

LA CHENILLE MESSINE

Lors de la saison 1995/96, le FC Metz réalise un début de saison tonitruant et s’empare de la tête du classement à l’occasion d’une victoire contre l’AJ Auxerre fin septembre. Cette affiche de la 11e journée est surtout marquée par la première « chenille messine » apparue à Saint-Symphorien et conduite par Robert Pires. Une initiative qui avait symbolisé le titre obtenu en finale de la Coupe de la Ligue 1996 et remise au goût du jour par les Messins de Proment en 2013. Mythique.

L’AIGLE DES AÇORES

En septembre 2000, Pedro Miguel Pauleta a pour la première fois déployé ses ailes en Ligue 1 Conforama à l’occasion d’un triplé à La Beaujoire avec les Girondins. Une marque de fabrique qui a accompagné l’attaquant portugais pendant ses 266 matchs et 141 buts en championnat. C’est lors de son passage à Salamanque que « l’Aigle des Açores » avait adopté ce geste sur les conseils d’un cousin.

LA PANTHÈRE

Bien que le climat stéphanois ne s’y prête pas particulièrement, le Chaudron a été un repère de panthère. Et si Bafétimbi Gomis a adopté cette célébration c’est justement en hommage à Alex Dias, un ancien Vert qu’il appréciait. Car l’idée de rugir à quatre pattes après avoir fait trembler les filets lui est venue en 2006 pour un match en Coupe de la Ligue contre l’OM. Un adversaire face auquel le Brésilien de l’ASSE avait marqué les esprits avec le geste de la panthère lors de son quadruplé (décembre 1999). Sept ans plus tard, l’idée avait été soufflée à Gomis par son coéquipier Fousseni Diawara. En marquant le 3e des quatre buts, Bafé a ainsi pu rugir pour la toute première fois. Une célébration qui l’a suivie à l’OL et l’OM. Toutefois, sous les couleurs lyonnaises, la panthère est devenue lion le temps d’une célébration contre Brest.

Parmi les grands classiques de la Ligue 1 Conforama, il y a le saut périlleux. Jusqu’à sa dernière expérience à Bastia, Djibril Cissé a eu l’habitude de gratifier les spectateurs d’un saut périlleux après la majorité de ses buts en Ligue 1 Conforama. Une signature également utilisée par Claudio Beauvue, Yacine Bammou, Christian Kouakou, Younes Belhanda, Michy Batshuayi et également plus anciennement par François Calderaro.

LE BONNET DE MOUNIER

A l’approche des fêtes de fin d’année de 2014, Anthony Mounier a sorti de son maillot un bonnet de Noël après son but, le troisième des Héraultais, lors d’un 3-3 entre le Montpellier HSC et le RC Lens. Une dédicace à son fils de deux ans à l’époque qui avait été bien gardé, puisque même « (sa) femme n’était pas au courant ».

CÉLÉBRATIONS EN GRANDE POMPE D’EVRA

Patrice Evra n’avait pas manqué de fêter son premier et unique but avec l’OM en Ligue 1 Conforama. A l’Orange Vélodrome contre l’OGC Nice, le latéral français a ponctué les festivités de son but en enchaînant quelques pompes. Pourquoi cette célébration ? « Parce que j'aime bien bosser, j'aime bien le CrossFit, sorte de fitness mélange de force athlétique, d’haltérophilie et de gymnastique.

LE « CHARO » DE MATUIDI

Blaise Matuidi n’était pas uniquement célèbre pour son intense activité sur le terrain. Sous les couleurs parisiennes, le Champion du Monde avait pris l’habitude de proposer un « Charo » après ces buts. La première fois que le joueur a effectué le vol du vautour remonte à mai 2015, après un but inscrit à Montpellier. Un clin d’œil au rappeur Niska et à son titre « Freestyle PSG » dans lequel il évoque le « Matuidi Charo », inspiré du mot charognard. Une célébration qu’avait même reproduit Neymar pour son premier but au Parc des Princes.

LE MASQUE DE PEA

Sous les couleurs de l’ASSE, Pierre-Emerick Aubameyang (son top buts en Ligue 1 Conforama) avait frappé fort en octobre 2012. Après avoir ouvert le score, le Gabonais est allé chercher dans un petit sac noir posé derrière le but…un masque de Spiderman. Une référence automatiquement saisie par les fans des Verts, puisque PEA a voulu rendre hommage à Jérémie Janot, qui avait auparavant porté un maillot du super-héros avec Saint-Etienne.

LE GANT D’EDER

S’il l’utilisait déjà avec Braga, le champion d’Europe Eder a surpris son monde en sortant de sa chaussette un gant blanc, en février 2016. L’ancien joueur du LOSC était ensuite resté mystérieux sur le sens à donner à ce gant enfiler. « Juste une célébration. Un déguisement… » avait simplement indiqué Eder au soir de sa première contre Rennes. Difficile pourtant de ne pas y voir une référence à Michael Jackson...

LE HAKA LYONNAIS

Moins connu, mais réalisé à une occasion exceptionnelle, la danse du « Haka » en plein match des Lyonnais pour fêter un 5e titre de rang, après le but de Fred en avril 2006 au Parc des Princes. Les joueurs s’étaient déjà entraînés la veille à leur hôtel la veille, une fois le titre assuré lors de la 35e journée.

LA CAMÉRA DE THAUVIN

Toujours inspiré dans ses célébrations de buts en Ligue 1 Conforama, Florian Thauvin avait été spécialement en vue lors du OM-Caen de novembre 2017, lorsqu’après avoir inscrit le deuxième but marseillais il s’est emparé d’une caméra derrière le but pour filmer ses coéquipiers. Une initiative à ranger aux côtés de son « dap » ou encore de son « cœur » qu’il a plus l’habitude de reproduire.