Téji Savanier
Bilan

Retours au bercail : d'Anelka à Savanier

Publié le 23/04/2020 à 09:55 - LFP

Partager

Comme Téji Savanier, qui a rejoint le Montpellier HSC l'été dernier, de nombreux joueurs ont effectué un retour dans leur club formateur. Avec des trajectoires et des fortunes diverses.

Lors du mercato d’été 2019, le Montpellier HSC a fait revenir à la maison Téji Savanier qui s’éclatait non loin de là chez les Crocos, où il a glané un titre de meilleur passeur de Ligue 1 Conforama. Après avoir manqué sur blessure les trois premiers mois de la saison, le meneur de jeu a vite rattrapé le retard (6 buts et 2 passes décisives). « Il se mettait une énorme pression, tellement il était content de revenir à Montpellier », expliquait son coach Michel Der Zakarian.

« Je voulais revenir dans mon club, dans ma ville, jouer devant ma famille, tout le monde. C’était très important pour moi. C’était dans un coin de ma tête. Et il y a eu un déclic quand j’ai commencé le championnat l’an dernier avec NO. Je me suis dit : "C’est peut-être cette année ou jamais" », a de son côté indiqué le joueur dans les colonnes du Midi Libre.

Celui qui avait remporté la Gambardella en 2009 avec le MHSC y a donc retrouvé ses repères et exprime entièrement ses qualités : buts lointains et animation du jeu. Chose qui ne s’est pas toujours vérifiée lors des autres retours au bercail qui ont jalonné l’histoire du championnat de France.

Les retours de stars

Nicolas Anelka (PSG : 1993-1997, 2000-2002), Christophe Dugarry (Girondins de Bordeaux : 1988-1996, 2000-2002), Sylvain Wiltord (Stade Rennais FC : 1991-1997, 2007-2009), Olivier Kapo (AJ Auxerre : 1994-2004, 2011-2013), Yoann Gourcuff (Stade Rennais FC : 2001-2006, 2015-2018)

Il est peut-être la « référence » du retour dans son club formateur, ou en tout cas le plus marquant médiatiquement. En 2000, Nicolas Anelka a signé au PSG trois ans après l'avoir quitté pour rejoindre Arsenal. Jeune attaquant très prometteur à son départ, il revient avec des titres (champion d'Angleterre avec Arsenal, Ligue des Champions avec le Real Madrid) et un statut d'international. Le résultat est mitigé, le PSG terminant 9e puis 4e en championnat, et Anelka (39 matchs et 10 buts en championnat, 16 matchs et 8 buts en Champions League) repart en Premier League, à Liverpool, en janvier 2002.

La même année qu'Anelka, c'est un champion du monde qui décide de revenir dans le club où a débuté sa carrière professionnelle : Christophe Dugarry signe aux Girondins de Bordeaux. Quatre ans après son départ (Milan AC, FC Barcelone et l'OM), le natif de Lormont revient à ses premiers amours. Il reste deux ans, termine deux fois 4e du championnat, et soulève en tant que capitaine le trophée de la Coupe de la Ligue, remportée face au FC Lorient (3-0) en 2002.

Le Stade Rennais F.C. a lui fait revenir deux de ses plus belles réussites de formation près de 10 ans après leur départ. C'est d'abord Sylvain Wiltord en 2007, après un parcours très réussi aux Girondins de Bordeaux, à Arsenal, à l'Olympique Lyonnais et en équipe de France (Euro 2000), qui porte à nouveau le maillot du club breton, où il s'était révélé (1993-97). Plutôt intéressant (25 matchs et 6 buts), ce retour tourne court quand Guy Lacombe prend les rênes de l'équipe et Wiltord repart au bout d'une saison et demie. Et quelques années plus tard (2015-2018), Yoann Gourcuff (passé par le Milan AC, les Girondins de Bordeaux et l'OL) a, lui, aussi expérimenté le come-back rennais neuf ans après son départ. Pas épargné par les blessures, le milieu offensif dispute 49 matchs (7 buts) en trois saisons dans l'élite.

Autre international à avoir retrouvé le chemin du club qui l'avait révélé : Eric Abidal. Lancé en 2000 par Claude Puel en Principauté, le défenseur français y est retourné pour une saison à 32 ans avec l'expérience de six ans au Barça et une soixantaine de sélections.

Contrairement cinq quatre joueurs cités précédemment, Olivier Kapo était déjà international quand il a quitté l'AJ Auxerre en 2004. Huit clubs et 6 pays plus tard, le milieu offensif se relance en Bourgogne en 2011, durant un an et demi (5 mois en Ligue 1, puis une saison en Ligue 2).

Les historiques de Ligue 1 Conforama

Jean-Guy Wallemme (RC Lens : 1986-1998, 2001/2002), Stéphane Ziani (FC Nantes : 1991-1994, 2000-2004), Steed Malbranque (Olympique Lyonnais : 1998-2001, 2012-2016)

Coéquipiers lors du titre du RC Lens en 1998, le défenseur central Jean-Guy Wallemme et le milieu offensif Stéphane Ziani ont comme autre point commun d'être revenus dans leur club formateur. Pour Wallemme le Lensois, son retour chez les Sang et Or en 2001/2002 (après des passages à Coventry, au FC Sochaux-Montbéliard et à l'AS Saint-Etienne) lui offre une ultime saison à la fois exceptionnelle et cruelle, avec un titre joué jusqu'à la dernière journée mais perdu à Lyon. De son côté, Ziani connaît cinq autres clubs entre ses deux périodes nantaises, où il effectue un retour gagnant : les Canaris se placent au sommet de l'élite en 2001.

Onze années séparent les premières années lyonnaises de Steed Malbranque de son deuxième passage chez les Gones. Vainqueur de la Coupe de la Ligue et vice-champion de France en 2001, Malbranque, dont la carrière est alors pratiquement à l'arrêt chez le voisin stéphanois après 10 saisons en Angleterre, rebondit dans son club formateur, retrouvant son meilleur niveau. Avec l'OL, il termine encore 2e du championnat en 2015 et 2016.

Autres exemples : Francis Llacer (PSG), Franck Dumas (SM Caen), Grégory Tafforeau (SM Caen), Dominique Arribagé (Toulouse FC), Zoumana Camara (AS Saint-Etienne).

Ils n'avaient pas réussi à devenir pros

Sylvain Distin (PSG : 1992-1997, 2000-2002), Romain Alessandrini (OM : 1999-2005, 2014-2017)

Enfin, deux parcours se rapprochent plus particulièrement de celui de Téji Savanier, dernier exemple marquant en date, de retour dans son club formateur. Comme le Montpelliérain l'été dernier, Sylvain Distin et Romain Alessandrini n'avaient pas réussi à devenir professionnels avec le club de leur jeunesse, avant que celui-ci ne les recrute par la suite. Hasard de l'histoire, ces deux joueurs ont lancé leur carrière professionnelle avec le même club, le FC Gueugnon.

Pour le défenseur Sylvain Distin, formé au PSG, c'est une victoire en finale de la Coupe de la Ligue avec le FC Gueugnon face au... PSG lui permet de revenir par la grande porte dans le club parisien, en même temps que Nicolas Anelka. Mais il n'y restera qu'une saison avant de faire une très belle carrière en Angleterre. Quant au milieu offensif Romain Alessandrini, né et formé à Marseille, il a l'opportunité de signer à l'OM neuf ans après avoir quitté le club. Il porte le maillot olympien durant deux saisons et demie, inscrivant quelques beaux buts (8 en 54 matchs de Ligue 1 Conforama), avant de rejoindre les Los Angeles Galaxy puis récemment Qingdao Huanghai en Chine.

Les contenus les plus consultés
Pas de contenus.