Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

MONTPELLIER : HILTON RÉSISTE À TOUT

Publié le 21/07/2019 à 18:25

Partager

Encore parmi les meilleurs joueurs du Montpellier Hérault SC jeudi, à l'occasion des demi-finales des EA Ligue 1 Games à Washington, le vétéran brésilien Vitorino Hilton donne la recette de sa longévité.

 
« Mon épouse qui me demandait : ‘Quand est-ce que tu vas t'arrêter ?’, ne me le dit plus, elle est résignée », rigole Vitorino Hilton, encore un des meilleurs joueurs du Montpellier Hérault SC de la pré-saison malgré ses presque 42 ans et les presque 42°C de Washington. « La chaleur était dure, même pour moi », lance le Brésilien, en préparation au tournoi de promotion du football français, les EA Ligue 1 Games, dans la capitale américaine.
Sous la canicule de DC, son équipe a perdu sa demi-finale contre l’AS Saint-Étienne (4-2) mais elle a montré de belles choses lors de la mi-temps jouée avec les titulaires, menant 2-1, et « Vito » a même marqué, « un but de renard des surfaces », rigole-t-il, reprenant un ballon repoussé par le gardien. Mais il avait lui-même initié l'action d'une remontée saignante, porté par un enthousiasme de jeune homme. Quand il est arrivé à La Paillade, la saison du titre (2011/2012), il avait « l'idée dans la tête de finir à 40 ans, pas forcément à Montpellier ni en Ligue 1 Conforama » raconte le plus ancien joueur du club de l'effectif. Il n'est jamais reparti et a encore prolongé une saison.
« TOUJOURS L'ENTHOUSIASME D'UN JEUNE »
Pour connaître cette exceptionnelle longévité, le doyen du championnat s'est « préparé aussi pour arriver jusque-là ». Quelle est sa recette ? « Je ne réfléchis pas, en fait, répond-il, je prends du plaisir, je me concentre, je me prépare, je fais très attention à mon hygiène de vie, car à mon âge ce n'est pas évident. Mais je me donne à fond, je m'entraîne tous les jours, toutes les séances, tout ce que le staff me demande je le fais à 100% ».
A bientôt 42 ans, le 13 septembre, Hilton est « obligé de faire plus attention, mais je n'ai pas coupé énormément avec ce que je faisais avant, surtout les sodas et les McDo et compagnie. Des fois, je prends du plaisir avec une bonne pizza ou un hamburger maison, je ne me prive pas ». Ce n'est pas un secret, le Brésilien a « toujours l'enthousiasme d'un jeune » et il aime « tout » dans le football. « Tout : me lever, m'entraîner, c'est toujours un plaisir. La musculation, le travail physique, même la vidéo », énumère-t-il. Et il est « encore devant dans le travail physique, même à mon âge », souligne-t-il. Capitaine, Vito est en outre un modèle pour les autres joueurs.
« L'ÂGE DE MA FILLE »
« J’essaie de faire passer le message qu'on a énormément de chance de jouer au football, d'exercer ce métier qui est une passion. Quand j'arrive, je dis à tous les joueurs qu'il faut toujours avoir la banane pour aller le plus loin possible », explique-t-il. Est-ce qu'il lui arrive de se sentir vieux ? « Des fois, j'oublie que j'ai 41 ans, rigole-t-il. Je parlais à table avec le petit gardien de 17 ans (Vincenzo Cozzella), je me dis : il a l'âge de ma fille ! Des fois, je prends un coup de vieux comme ça, mais après j'oublie. Dans ma tête je reste toujours jeune, c'est ça qui me permet de toujours continuer à jouer. »
Et le capitaine ne se sent pas en décalage avec le groupe. « Pas mal de jeunes essaient de m'écouter, surtout les défenseurs, explique-t-il. Je dis à Nicolas Cozza (20 ans), qui est là normalement pour prendre ma place, qu'il doit être le défenseur de Montpellier de l'avenir, avec ses qualités ». Le jeune Cozza a toute la saison pour prendre la place de l'ancien. Mais Hilton jouera-t-il une saison supplémentaire ? « Dans un petit coin de ma tête, il faut que je me prépare aussi, admet Hilton, parce qu'à un moment il faut arrêter, on ne sait pas quand... Mais comme je dis à chaque fois qu'il faut vivre le moment à 100%, si en fin de saison je sens que tout va bien, que la santé est là... »