Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

JOBARD : «CETTE VICTOIRE VA SOULAGER TOUT LE MONDE»

Publié le 28/09/2019 à 23:29

Partager

Découvrez les réactions des entraîneurs après les sept rencontres de la 8e journée de Ligue 1 Conforama qui ont eu lieu samedi.

Olympique Lyonnais -  FC Nantes : 0 - 1
 
Sylvinho (entraîneur de l'OL) : « Nous sommes face à une situation de crise aujourd'hui. Il faut être dans une dynamique de travail pour récupérer cette confiance qui nous manque car les joueurs sont stressés. Il n'y a eu que deux tirs cadrés contre nous et les Nantais ont réussi à marquer un but. Il nous faut travailler et être plus précis devant le but. Il faut marquer pour avancer ».
 
Christian Gourcuff (entraîneur du FC Nantes) : « En venant à Lyon affronter une équipe qui cherche à jouer, il fallait être performant sur le plan de l'organisation. Nous avons eu un bloc très cohérent qui m'a plu. A ce niveau et (au niveau) de la gestion des espaces et des efforts défensifs c'est peut-être notre meilleur match. Après dans la gestion du ballon, on peut faire beaucoup mieux. On le fait par intermittence mais il y a encore un manque de maîtrise. Nous ne nous sommes pas créé beaucoup d'occasions. Le comportement de l'équipe sur l'organisation et de la récupération du ballon a été exemplaire et c'est ce qui nous permet d'être là où nous en sommes. Nous avons concédé des occasions car il y a de la qualité offensive à Lyon ».
 
OL : «Le message ne passe pas totalement», reconnaît Juninho
 
 Girondins de Bordeaux - Logo Paris Saint-Germain Paris Saint-Germain : 0 - 1
 
Thomas Tuchel (entraîneur du PSG) : « Aujourd'hui, je suis vraiment heureux de notre performance, de toute l'équipe. On a donné beaucoup d'énergie et beaucoup d'efforts sans ballon. On a récupéré des ballons très vite et très haut et on a joué avec beaucoup de confiance, de qualité et de fluidité, c'était une de nos meilleures performances à l'extérieur. Ca nous donne beaucoup de confiance". (A propos de Neymar et Mbappé) Ils ont des qualités. Ils aiment être ensemble, leurs personnalités vont bien ensemble. On peut le sentir, l'observer sur le terrain mais ça ne doit pas trop se voir car il faut garder un équilibre avec les autres joueurs, il faut qu'ils cherchent les autres. On doit toujours prendre la meilleure décision pour l'équipe, pour gagner, pour créer des occasions. On a joué comme ça aujourd'hui ».
 
Paulo Sousa (entraîneur des Girondins de Bordeaux) : « C'était très fort (en face). C'est la meilleure équipe du championnat, collectivement et individuellement. On a essayé de jouer plus haut mais c'était difficile au niveau de la mobilité. On a pas réussi à réduire les espaces entre les lignes pour voir notre bloc défensif jouer plus haut. On a reculé, en essayant de défendre bien. Cela a été parfait jusqu'à l'erreur de Pablo et le but. A ce moment là, l'équipe s'est allongée un peu et on a vu des contre-attaques de notre adversaire avec des joueurs qui peuvent faire la différence individuellement à tout moment dans le jeu. Au niveau de la mentalité, je suis fier de mon équipe, ils ont essayé mais c'était compliqué face à cet adversaire fort, avec de l'orgueil après la défaite (contre Reims). Quand ils ont baissé un petit peu d'intensité, qu'on a décidé d'avoir un milieu de plus sur le terrain, on a essayé des choses mais on n'a pas eu l'efficacité à cause des dernières passes ».
 
Neymar veut «donner sa vie au PSG»
 
 Angers SCO -  Amiens SC : 1 - 1
 
Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers SCO) : « C'est un peu un point à l'énergie. On a mal démarré notre rencontre et on a pris un but. On a mis un peu de folie après la pause, car je trouvais qu'on était un peu académique, il y avait peu de mouvement, face à une équipe qui nous a posé des problèmes. Quand on est mené sur le troisième match en une semaine, c'est toujours plus dur. Mais je félicite les joueurs car ils ont tout donné. Parfois c'était un peu désordonné. Mais quitte à passer à travers, il fallait tout tenter pour renverser le score. Ca a fini par payer, c'est la satisfaction qui l'emporte. A la fin, ça allait d'un but à l'autre, les deux équipes pouvaient marquer. Mais je savais que ça allait se passer comme ça. On a pris des risques, eux aussi.  On a voulu aller chercher la gagne, on a tout fait pour aller chercher la victoire. Je sais que ça aurait pu se retourner contre nous, mais c'était un risque assumé. Le seul regret que j'ai, c'est qu'on est rentré relativement facilement dans leur 16 m mais on a manqué de présence et de justesse pout terminer ces actions. Il fallait bouger les choses et je devais montrer la voie. On a essayé de secouer le cocotier. Mais on est toujours invaincus chez nous, on est toujours deuxième, la belle série continue ».
 
Luka Elsner (entraîneur de l'Amiens SC) : « C'est un mélange d'émotions. On est fiers et heureux d'avoir pris un point ici. On a eu du courage, le sens du sacrifice. Mais il y a de la frustration. On a eu des moments à exploiter pour les contrer. Le point est positif avec un petit regret. On a montré des qualités qu'on n'avait pas montrées jusqu'à maintenant. On construit le puzzle pièce par pièce, les joueurs ont la bonne mentalité. On a été dans le dur parfois physiquement, mais personne n'a lâché, on repart avec un point mérité. Les deux équipes étaient fatiguées. On aurait dit un match de boxe, on ne défendait plus rien, on essayait de se mettre des coups pour aller au KO. Finalement, tout le monde est resté debout. C'était un match agréable à voir, il y avait beaucoup d'intensité ».
 
 FC Metz -  Toulouse FC : 2 - 2
 
Vincent Hognon (entraîneur du FC Metz) : « Metz aurait clairement dû remporter ce match, même si Toulouse a eu des occasions. Même après l’égalisation, on a eu l’opportunité de repasser devant. Je suis extrêmement déçu. Les joueurs ont beaucoup donné, on a mis une certaine qualité en première mi-temps avec pas mal de situations. Il y a aussi eu beaucoup d’évènements contraires, avec la sortie d’Habib Diallo, d’Opa Nguette. Entre ça et la fin du match, sur un troisième match en une semaine, ça nous a lourdement pénalisés sur la deuxième période. On a été solidaires, même si ce n’était pas parfait. A la fin, s’il y a corner, pour moi, le match est fini. Je ne discute pas. On aurait pu faire mieux sur un troisième match, il a manqué un peu de gaz en deuxième mi-temps pour jouer un peu plus. Mais sinon, oui, on a vu des choses qui fonctionnaient pas trop mal. On est décus, mais on avance quand même. On a aussi eu un manque de lucidité parfois pour déclencher la première passe. Il faut persévérer pour obtenir ce maintien ».
 
Alain Casanova (entraîneur du Toulouse FC) : « Ca m’inquiète, ça m’irrite qu’on soit une équipe à réaction. Parce que j’ai réellement envie qu’on arrive à trouver la solution, parce qu’on a souvent des débuts de matches difficiles, compliqués, où on subit, où on donne des opportunités favorables à l’adversaire. Souvent, il faut courir après le score, ou reprendre le jeu en main et avoir un match qui n’est pas facile. On travaille pour chercher à être plus compétitifs dès la première minute, plus agressifs, plus déterminés qu’on l’a été ce soir. Jusqu’à maintenant, les différentes rotations dans l’effectif ont été très positives. Les joueurs sont partie prenante du projet. La dynamique de groupe existe réellement. Tout le monde a du temps de jeu. Et tout la monde a envie de bien faire. Et surtout, personne ne veut subir de nouveaux revers ».
 
 AS Monaco -  Stade Brestois 29 : 4 - 1
 
Leonardo Jardim (entraîneur de l'AS Monaco) : « C'est une soirée positive. L'équipe a bien joué, avec notamment 30 premières minutes très fortes. malheureusement, on n'a pas été assez efficace. En deuxième mi-temps, on a mis la même intensité, le même engagement. On a gagné logiquement. On a fait 22 tirs au but et beaucoup de tirs cadrés. On peut finir avec un 6-1. Jamais l'adversaire ne pouvait prétendre à revenir. Les résultats donnent plus de sourire. Mais tout le monde continue à travailler avec la même intensité. Les joueurs sont capables d'enchaîner. Avec cinq semaines de plus ensemble, ils se comprennent mieux. J'ai un groupe d'hommes ici. Des personnes qui sont habitués au football et qui me connaissent. Trois ont travaillé avec moi au Sporting Portugal, quatre ou cinq sont ici depuis longtemps. On est un groupe positif. La pression ? Je préfère qu'elle vienne sur moi, plutôt que sur l'effectif. (Sur Slimani) C'est un joueur mâture, à presque 30 ans. Il a la capacité physique dans le duel mais aussi la maîtrise du jeu. Sur le penalty, l'important c'est que les joueurs parlent entre eux. Je ne suis pas fan de changer les tireurs. Ben Yedder avait marqué, c'était lui. Mais il a laissé à Slimani ».
 
Olivier Dall'Oglio (entraîneur du Stade Brestois 29) : « On ne méritait pas de gagner, c'est le moins qu'on puisse dire. On a manqué de solidité, d'intensité dans tout ce qu'on a fait. On est mal entré en matière, avec peu de conservation, de profondeur dans notre jeu. On a eu beaucoup de mal à conserver le ballon. Ce n'est pas une histoire de fatigue. On a été vaillant, mais en dessus de nos deux derniers matches. Les garçons sont courageux et attentifs. Cela doit nous servir de leçon. On a laissé trop manœuvrer l'équipe adverse, qui a réussi à toucher Slimani. Monaco avait passé un cap avec sa victoire dans le. On le sait. Ils possèdent des garçons de haut niveau, forts techniquement, qui perdent peu le ballon. On a senti qu'ils se sont mis en marche. On n'a pas été aidé, non plus. Perdre Autret très rapidement a été difficile.  Quant à Larsonneur, il ne voit plus rien d'un œil. Il voit une ophtalmologue. On va voir ce qu'il faut faire pour ne pas prendre de risque, notamment concernant l'altitude en avion. On va rester très prudent ».
 
 OGC Nice -  LOSC : 1 - 1
 
Patrick Vieira (entraîneur de l'OGC Nice) : « On a joué contre une équipe très forte ce soir, quand on regarde la physionomie du match, je suis content d'avoir pris un point ce soir. On aurait pu tuer le match, mais on aurait pu prendre deux, trois buts dans les 20-25 premières minutes. C'était un beau match de foot car les deux équipes jouaient pour gagner. Une fois qu'on a marqué le but, on a gagné en confiance, en seconde période on était mieux positionné, mais quand on joue une équipe comme Lille, avec du talent individuel et collectif, à un moment donné on est obligé de souffrir. La différence entre Lille et Nice? La rotation des joueurs, l'expérience... Leur projet a quelques années d'avance sur nous, mais on a montré qu'on pouvait rivaliser avec eux ».
 
Christophe Galtier (entraîneur du LOSC) : « On est suffisant, ça m'agace, ça m'énerve. Je reste frustré, limite colère, d'avoir encore été très gentil sur le plan offensif. On a joué pour jouer, pas pour gagner. Est-ce que les partenaires se reposent sur Victor (Osimhen) ? J'ose espérer que non. On règlera les choses en tête à tête dans le vestiaire. On aurait dû être plus efficace, à l'image de Nice venu gagner un ballon dans notre camp sur un tacle (pour ouvrir le score). On se créé des situations, et dans la tête de mes jeunes joueurs il y a peut-être dans la tête que l'occasion va se représenter. Mais parfois elle ne se représente pas, et vous avez pris un but, deux buts, trois buts entre-temps, comme c'est arrivé à l'Ajax, exactement ».
 
 Stade de Reims -  Dijon FCO : 1 - 2
 
Stéphane Jobard (entraîneur du Dijon FCO) : « Cette victoire est méritée. Sur le contenu oui, nous avons posé problème à cette équipe de Reims, avec beaucoup d'occasions face à la meilleure défense du championnat. Ce n'est pas anodin. On a souffert aussi, il faut le reconnaître. Cette victoire ramène des sourires dans le vestiaire, de la confiance aux joueurs. A force de leur faire passer le message "Patientez, ça va payer", et quand ça n'arrive pas, la crédibilité du message en prend un coup... Aujourd'hui, l'équipe a produit du jeu et a été récompensée de ses efforts. C'est compliqué d'enregistrer des résultats défavorables et de relancer la machine le lundi... J'essayais de rester un entraîneur entraînant... Je ne m'enflamme pas non plus, c'est la vérité d'un match. Cela reste notre première victoire. Je pense qu'elle va soulager tout le monde dans le vestiaire et en dehors du vestiaire. On avait eu des mi-temps face à Nîmes, Nice, Marseille, mais il fallait un match plein. J'ai bien aimé les différents visages qu'a montré mon équipe. Il y a eu des périodes très intéressantes sur la production du jeu, et on a su aussi se retrousser les manches pour défendre le résultat. Cela m'a bien plu aussi. Ce sont des vertus qui vont nous permettre de durer dans ce championnat. C'est un soulagement ce soir ».