Denis Bouanga (ASSE)
Interview

ASSE : L'interview « première fois » de Denis Bouanga

Publié le 22/04/2020 à 09:00 - LFP

Partager

Premier maillot, première fois au stade, premier but pro... Le nouvel attaquant de l'AS Saint-Etienne Denis Bouanga a joué le jeu de l'interview « première fois ».

Denis, quel est ton premier souvenir de foot ?
Les matchs avec mon petit frère Didier, qui a un an de moins que moi, en catégorie jeunes. On a joué ensemble jusqu’en U15 au Stade Olympique du Maine puis je suis parti au Mans et lui à Mulsanne, pas loin. On jouait attaquants tous les deux. Quelques années plus tard, on s’est retrouvés du côté de Mulsanne-Teloché.

Te souviens-tu de ton premier maillot ?
J’avais eu un maillot de l’OM pour mon anniversaire. Mon grand frère Manuel me l’avait offert juste avant qu’on aille voir Le Mans-Marseille à Léon-Bollée. C’était lors de la seconde moitié des années 2000, quand le MUC évoluait en Ligue 1 avec Daisuke Matsui et Tulio De Melo.

C'était ta première au stade ?
Oui, ma toute première fois. Je ne me souviens plus trop du match parce que je regardais surtout le public manceau, qui faisait beaucoup de bruit. A tel point que mon père m’a demandé de me concentrer un peu sur le terrain et pas uniquement sur les tribunes (rires) !

« Sur l'aile, tout allait mieux pour moi »

Quel est le premier club que tu as supporté ?
C’était plutôt l’OM. Mon grand frère Manuel était pour Marseille et il regardait tous les matchs donc je faisais un peu comme lui. Il a 13 ans de plus que moi donc il me parlait de leur victoire en Ligue des champions, du Vélodrome, du public…

A quand remonte ta première licence en club ?
Je devais avoir 5 ans et c’était dans mon quartier des Sablons, au Mans. Je n’y suis pas resté très longtemps puisque je suis rapidement parti au Stade Olympique du Maine. J’ai encore des souvenirs de cette époque. Et c’est un club où j’ai fait signer mon neveu.

Quel est le premier poste auquel tu as joué ?
J’ai toujours été attaquant. Au début, on me faisait évoluer en pointe mais je suis passé sur le côté en U13. Ça n’a pas été un problème pour moi parce que la seule chose qui m’importait, c’était de jouer. Et je me suis senti encore mieux sur le côté parce que j’avais plus d’espace et, surtout, je pouvais être face au jeu. Mon coach en U13 trouvait que je n’étais pas un joueur d’axe et c’est vrai que, positionné sur l’aile, tout allait mieux pour moi.

« Ronaldo était tellement fort »

Quel est le premier joueur qui t’a marqué ?
R9 ! Ronaldo m’impressionnait par sa puissance et sa rapidité. Il jouait au Real à l’époque et je prenais souvent le Brésil quand je jouais à la PlayStation. C’était lui qui était mis en avant dans les publicités. Je me suis intéressé à lui comme ça et je me suis mis à regarder beaucoup de vidéos. Il était tellement fort. Un peu plus tard, j’aimais beaucoup Cristiano Ronaldo mais, quand on grandit, on s’aperçoit bien que Messi, c’est encore autre chose.

Quand as-tu pris conscience pour la première fois que tu avais le potentiel pour devenir professionnel ?
J’y ai toujours cru même si je suis passé par des moments très difficiles. Au collège, je voulais intégrer un sport-étude mais je n’avais pas de suffisamment bonnes notes. Je suis monté dans le train tard puisque j’ai été pris au Mans vers la fin du lycée mais ça ne s’est pas très bien passé. Je n’ai fait que deux ou trois matchs avec les U19 Nationaux en deux saisons et le club ne m’a pas conservé. C’est là que je suis parti rejoindre mon petit frère à Mulsanne et que j’ai vraiment éclaté.

C’est-à-dire ?
J’ai marqué plus de 30 buts dans la saison et j’ai pu jouer vraiment jouer mon football, ce qui m’a permis de taper dans l’œil du FC Lorient. Au départ, ils voulaient recruter mon petit frère Didier mais on a finalement été pris tous les deux pour intégrer la réserve. Là-bas, le coach Franck Haise m’a fait découvrir la CFA (N2) et le monde professionnel. Il m’a fait beaucoup progresser et, au bout de quatre mois, j’ai pu signer pro mais c’était assez inattendu.

« Mes débuts en Ligue 1 Conforama ? J'avais remplacé Guerreiro »

Quel souvenir gardes-tu de ton premier match professionnel ?
J’avais été titularisé lors d’un 16e de finale de Coupe de la Ligue sur la pelouse d’Evian Thonon Gaillard fin 2014 (1-2). Je me rappelle surtout de mes débuts en Ligue 1 Conforama quelques jours plus tard. J’étais entré en jeu contre le PSG, au Parc des Princes (1-2). J’avais remplacé Raphaël Guerreiro pour les 10 dernières minutes et j’avais Lucas Digne dans ma zone.

Et ton premier but pro ?
C’était la saison suivante à Reims, lors de la 4e journée (4-1). Le gardien rémois avait repoussé une frappe de Benjamin Moukandjo et j’avais repris le ballon en une touche depuis l’extérieur de la surface pour égaliser. Un beau but ! Ce n’est pas évident de marquer en une touche et, quand je revois ce but, je me dis que sur 100 tentatives, je n’en mettrais peut-être qu’une si j’essayais de nouveau. Mais ce jour-là, c’est entré et j’étais vraiment super content.

Quelle est la première chose à laquelle tu penses lorsque tu entres sur le terrain ?
A gagner d’abord et, ensuite, à être décisif.

Quelle est la première chanson de ta playlist du moment ?
Du lundi au lundi de Niska. J’écoute aussi pas mal Vegedream et Bonnie de Hornet la Frappe, plutôt rap français donc.