Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

CLAUDE PUEL : «TRÈS PEU DE TEMPS POUR ÊTRE EFFICACE»

Publié le 04/10/2019 à 19:51 - LFP

Partager

Nommé entraîneur et manager général de l'AS Saint-Etienne, Claude Puel a livré ses premiers mots comme nouveau coach des Verts vendredi.

Le nouvel entraîneur de l’AS Saint-Etienne, Claude Puel, considère sa venue chez les Verts « comme un beau challenge » et veut s'inscrire sur le long terme, sans se braquer sur le derby de dimanche face à Lyon qu'il a dirigé dans le passé.

Qu'est ce qui a motivé votre venue à l'AS Saint-Etienne ?
Saint-Etienne est mal classé. C'est toujours très difficile de reprendre un club en cours de saison. C'est la seconde fois pour moi, c'est toujours un vrai challenge. On a très peu de temps pour être efficace, il faut aller à l'essentiel. Les matchs s'enchaînent, il n'y a ni préparation, ni matchs amicaux. C'est un bon challenge. Saint-Etienne est un grand club avec une histoire, avec beaucoup d'engouement autour et des supporters fantastiques. Le stade est magnifique. Il y a beaucoup de passion et d'attente de la part du public et des médias. Ce sont les ingrédients du football. J'aurais préféré que Saint-Etienne soit mieux classé.

« DONNER AU CLUB UNE VUE À MOYEN TERME »

Quelles seront vos actions prioritaires ?
Je ne viens pas pour du court terme mais je m'inscris toujours pour une action sur le long terme. Mon action a toujours été portée pour développer les différentes composantes du club, les structures, mettre en place un projet sportif, développer des joueurs, une équipe, faire la liaison entre la formation et les professionnels. Essayer de donner au club une vue à moyen terme, sur le futur, pas seulement sur les résultats mais aussi sur le développement des joueurs quels qu'ils soient. Jacky Bonnevay m'accompagne pour la seconde fois pour cette nouvelle aventure, comme Xavier Thuilot que j'ai connu à Lille et j'ai appris avec lui les attentes d'un club et les différents paramètres dont il faut tenir compte.

La perspective du derby face à Lyon vous a-t-elle motivé à signer rapidement ?
C'est un match à appréhender sur du très court terme. Il y a d'autres notions qui entrent en ligne de compte dans ce derby. Au-delà de ma personne, c'est un vrai challenge car ce match arrive dans un moment un peu difficile pour le club et une succession de matchs. Lyon a un jour de récupération supplémentaire et peut faire tourner son effectif, changer ses 11 joueurs s'ils le décident. Ce ne sera pas notre cas. Cela ne va pas s'arrêter après le derby. Mon action commencera après et quel que soit le résultat. Il y a de l'attente sur ce match et bien sûr nous relèverons ce défi dès dimanche.

« L'ATTENTE EST EXTRAORDINAIRE »

Le fait d'avoir entraîné Lyon a-t-il pesé dans votre réflexion ?
Non. Ce qui m'a intéressé, c'est de savoir si je venais à Saint-Etienne qui est en difficulté, 19e au classement. Mais surtout intégrer un grand club avec une grande histoire et des supporters fantastiques. L'attente est extraordinaire. Ça met le club sous pression.

Auriez-vous pu venir au mois de juin ?
Il n'y a pas eu de contact. C'était un autre moment, j'étais dans une perspective de signer ailleurs, à l'étranger. Dans ma tête, je n'étais pas trop disponible pour entraîner en France. C'est un peu paradoxal car il y a un gros challenge. L'équipe a un mauvais classement mais je pense maintenant que c'est une opportunité pour le club pour continuer à se structurer et à avancer. Cela peut être mieux accepté. L'écoute peut être bien meilleure dans des moments comme celui-ci.