Trophee Hexagoal Ligue 1
Actualité

PSG : Tuchel pas convaincu par le système à 4 offensifs

Publié le 30/11/2019 à 11:06 - LFP

Partager

L'entraîneur du PSG Thomas Tuchel a longuement discuté tactique samedi, revenant sur le match face au Real Madrid. Il a également évoqué la concurrence en attaque et les cas Sarabia ou Cavani.

Retour à la Ligue 1 Conforama pour le Paris Saint-Germain et Thomas Tuchel. Après le nul obtenu sur la pelouse du Real Madrid en Ligue des champions mardi (2-2), le club de la capitale se déplace sur la pelouse de l'AS Monaco en clôture de la 15e journée de Ligue 1 Conforama dimanche soir (21h). A la veille du match, l'entraîneur allemand est revenu sur l'animation offensive de son équipe. Alors que le PSG joue en 4-3-3 depuis le début de la saison, la question s'était posée de faire débuter 4 joueurs offensifs (Neymar, Mbappé, Di Maria et Icardi ou Cavani) sur la pelouse de Santiago Bernabeu. Alors que Neymar a commencé la rencontre sur le banc, c'est en seconde période que l'on a vu 4 joueurs offensifs ensemble. Une expérience qui n'a pas convaincu Thomas Tuchel.

« Demandez à Marquinhos et Marco verratti... »

Avez-vous trouvé intéressant le système à 4 offensifs utilisé en seconde période mardi ?
Demandez à Marquinhos et Marco Verratti, je ne pense pas qu'ils trouvent très intéressant de courir seuls au milieu. Pour moi, ce n'est pas assez équilibré à ce niveau-là. A mon avis, c'est absolument nécessaire de jouer à 3 au milieu et 4 derrière pour stabiliser l'équipe, contrôler tous les espaces défensifvement. J'ai décidé de mettre 4 offensifs car j'ai pensé que ça pouvait nous aider à ce moment-là, à rendre le match un peu plus fou qu'en première période. Il fallait qu'on soit plus libérés, que l'on puisse jouer avec confiance, ce qu'on n'a pas fait en première période. [...] Jouer avec 4 attaquants sur le terrain était une façon de prendre plus de risques, de rendre le match plus ouvert. Mais je dois admettre qu'on a pris beaucoup de risques et qu'on est heureux d'avoir fait match nul finalement. L'équipe n'était pas équilibrée en deuxième période et à ce niveau-là, c'était peut-être trop.

Qu'avez-vous pensé de la performance du trio Verratti-Marquinhos-Gueye au milieu, qui a parfois semblé en difficulté ?
Ce n'était sans doute pas la bonne structure pour eux, on a eu des difficultés à trouver les demi-espaces. [...] On n'était pas assez bien structuré offensivement, les distances entre les joueurs étaient trop grandes. Ça nous a empêchés d'être fluide, d'avoir des automatismes offensivement. C'était impossible de trouver des joueurs dans les zones où c'est nécessaire.

Comment allez-vous gérer la concurrence en attaque ?
Je ne me fais pas d'illusions. Je ne peux pas rendre tous mes attaquants heureux. Ce sont des postes sensibles, on ne peut pas toujours changer les joueurs. Si certains marquent des buts ou donnent des passes décisives, si un attaquant est dans une bonne période, ce n'est pas le moment de changer, d'arrêter cette dynamique. Il faut prendre des décisions difficiles par rapport à quelques gars mais, d'un autre côté, on doit trouver des solutions pour que l'équipe soit équilibrée défensivement et offensivement. On pourrait jouer avec 5-6 attaquants mais honnêtement, je ne sais pas si l'on pourrait gagner un match en Ligue 1 Conforama comme ça... J'ai l'impression que tout le monde pense qu'on peut jouer à 4 attaquants sans problème mais, moi, je suis convaincu que ce n'est pas possible. On affronte des équipes très équilibrées, fortes en contre attaque, physiques... Si vous demandez aux joueurs défensifs de mon équipe, ils auront le même avis que moi...

« Numéro 9, le poste où il y a le plus de concurrence »

Pablo Sarabia semble répondre à vos demandes que ce soit offensivement et défensivement. Quel regard portez-vous sur sa saison ?
C'est difficile pour lui d'être assuré d'avoir sa place, comme c'était le cas à Séville. Peut-être qu'Angel bénéficie de ce statut en ce moment, comme Neymar ou Kylian, des joueurs vraiment clé. On a acheté Pablo car il est capable de jouer comme ça, d'avoir des responsabilités, de jouer 50 ou 60 matchs dans la saison. En ce moment, il a un autre rôle, il doit s'adapter à notre jeu, à des nouveaux coéquipiers... Mais il a joué souvent et il est très important pour nous car il met de l'intensité avec ou sans le ballon. Il a quelque chose qui nous manque un peu, des courses agressives avec le ballon. Pour lui, c'est absolument normal de défendre, il est très fiable et c'est très bien pour notre équipe. Je suis très heureux que ce soit lui qui ait marqué (à Madrid) car il le mérite. Il donne toujours tout à l'entraînement. Sur ses derniers matchs, il a un peu manqué de chance. Là, il a été vraiment décisif et c'était le meilleur moment pour retrouver de la confiance. Il est super important pour moi car il apporte à l'équipe quelque chose d'absolument nécessaire.

Dans quel état d'esprit se trouve Edinson Cavani en ce moment ?
Dans mon vestiaire, vous ne trouverez pas un joueur qui n'est pas déçu lorsqu'il ne joue pas. Il est déçu oui, c'est clair, mais en même temps, il reste super professionnel à l'entraînement, dans le groupe, dans le vestiaire... C'est dur pour lui car je sais qu'il n'est pas un joueur normal au PSG : c'est une légende du club, un grand grand joueur, le meilleur buteur de l'histoire, le Matador. Mais il a été blessé et Mauro (Icardi) a été extraordinaire. Kylian (Mbappé) peut également jouer numéro 9. C'est peut-être le poste où il y a le plus de concurrence.