Légendes

Les Frenchies de retour en Ligue 1 Conforama

Publié le 23/06/2020 à 14h42 - LFP

Partager

Retrouvez les principaux internationaux français à avoir repris la direction de la Ligue 1 Conforama après une aventure en Premier League.

Ces dernières saisons, ils sont nombreux à avoir découvert ou à être revenus en Ligue 1 Conforama après avoir joué en Premier League, tels qu’Angel Di Maria, Memphis Depay, Cesc Fabregas, quand l’été dernier Idrissa Gueye (PSG) a quitté une place de leader à Everton pour la capitale, Islam Slimani (AS Monaco) a débarqué sur le Rocher directement depuis Leicester, et Laurent Koscielny a effectué son retour en Gironde neuf ans après avoir quitté l’Hexagone.

Retour sur ces anciens internationaux français à en avoir fait autant par le passé, et dont Didier Six a été le pionnier en 1985 de retour d’une acclimatation compliquée à Aston Villa.

 

Bernard Lama : de West Ham au PSG

A six mois de la Coupe du Monde 1998 en France, Bernard Lama a fait partie des premiers mouvements enregistrés dans le tout nouveau mercato hivernal 97/98. En décembre 1997, le Guyanais a rebondi à West Ham sous les ordres de Harry Redknapp, soucieux de trouver un remplaçant à son gardien titulaire blessé. Après avoir tout de même fait banquette lors des premiers mois, Lama a disputé douze matchs en Premier League, avant de voir son expérience anglaise s’achever. A 35 ans, le portier international retrouve son jardin, le Parc des Princes en juillet 1998.

Fabien Barthez : de Manchester United à l'OM

Au sommet après un titre de champion de France avec l’AS Monaco et un Euro remporté avec les Bleus, Fabien Barthez enfile le maillot de gardien n°1 à MU, pour succéder à l’emblématique Peter Schmeichel. Double champion d’Angleterre dans l’équipe de Sir Alex Ferguson, « Fabulous Fab » voit sa belle aventure mancunienne s’obscurcir au printemps 2003. Mis côté par le club anglais, Barthez est comme Bernard Lama relancé par son ancien club, à savoir l’OM le concernant. Et ce, près de neuf ans après. Ainsi, le gardien français rejoint la citée phocéenne en janvier 2004. « D'abord quand j'ai appris que je pouvais revenir ici, j'ai été excité, motivé, a réagi l’international à son retour dans Le Parisien. Je me suis fait un petit film, les souvenirs revenaient, les personnes que j'allais retrouver, l'ambiance, le stade... Vous savez, je suis arrivé à Marseille. à l'âge de 20 ans et j'ai tout découvert ici. » Et pour son retour au club, Barthez arrive en héros à l’Orange Vélodrome en qualifiant l’OM aux tirs au but contre Strasbourg en stoppant deux tirs alsaciens et en marquant le tir au but de la qualification.

Frank Leboeuf : de Chelsea à l'OM

Après cinq saisons épanouissantes chez les Blues, le défenseur champion du Monde et d’Europe effectue son retour dans le championnat de France avec un tout autre statut qu’à son départ en 1996. En contact avec Monaco l’hiver précédent, Leboeuf rejoint l’OM le 25 juillet 2001, à la suite d’un événement inattendu. A 31 ans, le Marseillais de naissance est convaincu par un certain Bernard Tapie. « Ses propos ont été très clairs : - On veut que tu viennes -. Avant ce coup de fil, je n'avais jamais été contacté par un dirigeant de Marseille. Tapie, je ne le connaissais pas ». Le joueur ne cache pas sa satisfaction de ce retour au bercail : « Pour moi, ce retour dans ma région signifie beaucoup. Cela fait quinze ans que je suis parti dans le Nord !! (…) Le public français nous a tant donné depuis trois ans avec les Bleus qu'il est aussi logique de venir jouer devant eux. La France me manquait également ». Concernant ses ambitions, il veut « ramener l’OM au top, même si je sais que le club est en reconstruction ». Promu capitaine, il permet aux Phocéens de retrouver le podium du championnat lors de sa 2e saison (2002/03).

Steve Marlet : de Fulham à l'OM

En 2001, après une saison lyonnaise qui lui a ouvert les portes des Bleus, Steve Marlet est séduit par le Fulham de Jean Tigana. Un Fulham qui à l’époque concurrence Arsenal dans le domaine du nombre de frenchies dans l’équipe. « J'ai une petite pointe au cœur en quittant ce club, mais le défi proposé par Fulham ne peut pas me laisser indifférent. Le foot anglais me tente depuis longtemps. » De l’autre côté de la Manche, son nouveau partenaire, Louis Saha, affiche un large sourire : « J'ai sauté de joie quand j'ai su que Steve nous rejoignait, explique Saha. On va avoir une force d'attaque extraordinaire ». Si Marlet brille les six premiers mois de l’année 2002, son aventure londonienne prend fin en 2003. Après deux saisons, l’attaquant français se relance en effet du côté de Marseille, où il atteint notamment la finale de la Coupe UEFA avec Didier Drogba.

Bernard Diomède : de Liverpool à l'AC Ajaccio

En janvier 2003, le champion du Monde 1998 est prêté à l’AC Ajaccio après avoir passé plus de deux saisons chez les Reds de Gérard Houllier. Il y a connaît une expérience difficile, rappelant celle d’un autre international avant lui, Jean-Michel Ferri, en 1998/99. L’ailier gauche signe ainsi son retour en France, où il s’était révélé à l’AJ Auxerre. Et en Corse, l’ancien international retrouve des couleurs après deux apparitions en Premier League en deux saisons et demie… Pourtant, le choix peut paraître étonnant. « C’est un défi. J’avais envie de jouer sans délai. J'aurais pu demeurer à Liverpool durant cinq mois sans jouer. », a expliqué le joueur dans Le Parisien. « Ici, j'ai la sensation d'être désiré, ça n'a pas de prix. Ce qui m’attend c’est du bonheur. », même s’il sait qu’il n’y retrouvera pas les installations de Liverpool. Une aventure dont il ne garde aucun regret : « au regard de beaucoup, je n'existais plus. Sur un plan professionnel, je n'ai pourtant jamais triché. J'ai travaillé dans l'ombre. Je tourne la page, je me suis enrichi humainement ».

Alou Diarra : de Liverpool au HAC et de West Ham au Stade Rennais F.C.

Le premier retour en France d’Alou Diarra se fait en 2002 sous la forme d’un prêt au Havre AC, alors que le joueur vient d’être recruté par le Liverpool de Gérard Houllier. Mais le joueur de 21 ans n’a encore jamais évolué dans le championnat de France. Par la suite, Diarra traverse deux autres fois le Channel dans le sens Angleterre-France, dont une fois depuis la Premier League. Et ce, en 2013. Après quelques apparitions avec West Ham, Alou Diarra part en prêt au Stade Rennais. « West Ham, ça a été un mauvais choix de ma part. On m’a vendu rêve… », a raconté plus tard le joueur. Là-bas, le Tricolore a des difficultés avec le coach Sam Allardyce, « quelqu’un qui a ses avis très arrêtés ». Niveau jeu Diarra a expliqué avoir « très peu d’échanges. Et une équipe qui se répétait tous les week-ends ». Peu utilisé, Alou Diarra rebondit donc au Stade Rennais F.C., à 31 ans. En manque de rythme, le Français ne participe qu’à 12 matchs sous les ordres de Frédéric Antonetti entre février et mai 2013. Un coach qui a confié le concernant :« Alou n’avait pas joué depuis sept mois et lui a besoin de jouer et de jouer. Il a besoin d’être au top physiquement et il ne l’a jamais été. Par contre, je peux vous dire que c’est un grand professionnel. Son état d’esprit est irréprochable. » Un retour sur les terrains qui ne remet pas en question le désir d’étranger de Diarra : « Il me reste deux ans de contrat à West Ham et je n’ai jamais dit que je voulais quitter ce club. » Reparti en Angleterre, le milieu international fait une dernière fois la traversée en septembre 2016 pour passer de Charlton en D2 anglaise à l’ASNL.

Sylvain Wiltord : d'Arsenal à l'Olympique Lyonnais

A 30 ans, Sylvain Wiltord relève un nouveau défi avec un come-back dans le championnat de France. En fin de mercato d’été 2004, l’attaquant international quitte le récent champion d’Angleterre, Arsenal, après quatre saisons réussies. Et ce, même si la dernière est attachée par plusieurs mois d’absence sur blessure. « Sylvain a le profil pour participer à l'ambition de l'OL », se félicité le président Jean-Michel Aulas lors de sa présentation. Le joueur explique qu’il ne voulait pas « retourner en Angleterre où j'ai relevé tous les challenges et Lyon s'est manifesté au bon moment. Cela me fait très plaisir de revenir en France. J'aime bien aller dans les équipes qui gagnent et j'espère gagner encore avec l'OL ». Club où Wiltord empoche dans la foulée trois autres titres de champion de Ligue 1 Conforama, après celui de 1999 avec Bordeaux. Un retour dans l’Hexagone accompagné d’une ambition internationale, puisque l’ancien Gunner déclare concernant les Bleus : « si Raymond Domenech a besoin de moi, il n'y aura pas de problème et je compte sur Lyon pour y revenir ».

Bruno Cheyrou : de Liverpool à l'OM

« C’était exceptionnel. J’ai eu la chance, pendant deux ans, de jouer à Anfield, de porter ce maillot mythique. Et j’en suis fier. » A 24 ans, Bruno Cheyrou a en effet rejoint la Premier League en juillet 2002. Si tout a commencé parfaitement à Liverpool avec un amical convaincant face à la Lazio à domicile, l’international français n’a pas pu enchaîner et assumer le statut de « nouveau Zidane » donné par son entraîneur Gérar Houllier. « Je me sentais bien, j’étais sur la lancée de ma belle saison à Lille, j’avais été sélectionné en équipe de France,… J’étais vraiment en pleine confiance, en pleine ascension. Mais Gérard Houllier avait choisi de me gérer un peu comme Arsène Wenger l’avait fait avec Robert Pires, en me laissant sur le banc pour que je puisse m’imprégner de la culture de la Premier League, de l’engagement et du rythme. », déclarait-il en avril dernier à beIN SPORTS. A l’été 2004, Bruno Cheyrou traverse le Channel et la France pour un prêt à l’OM, puis un autre plus réussi à Bordeaux la saison suivante.

Djibril Cissé : de Liverpool à l'OM

Autre Red. Lourdement blessé avec les Bleus en juin, Djibril Cissé est prêté une saison à l’OM pendant l’été 2006. L'attaquant tricolore quitte donc Liverpool, où il a glané la Ligue des Champions un an auparavant. Entre temps, le coach des Reds Rafa Benitez lui a indiqué qu’il n’y avait aucune place pour lui dans l’équipe… De quoi convaincre l’ancien top buteur du championnat de France à y revenir. A 24 ans, l’ancien Auxerrois est alors convaincu par le président Pape Diouf. « Pape m’appelle et me dit - Fils, je n’ai qu’une parole, on s’est mis d’accord et ce n’est pas cette satanée blessure qui me fera douter de tes qualités. Tu es un enfant de l’OM et tu dois porter ce maillot - », a raconté le joueur sur Europe 1 lors de la disparition de l’ancien dirigeant en mars dernier. Une fois sur le marché des transferts, Djibril Cissé s’était « dit que la seule équipe où j’accepterai de signer, ce serait Marseille.» Et cela en raison de son admiration pour un autre grand « 9 », Jean-Pierre Papin.

Claude Makelele : de Chelsea au PSG

Après avoir échappé de peu à la descente, le Paris SG mise notamment sur l’expérience pour son recrutement d’été en 2008. A 35 ans, 68 sélectionnés au compteur et après avoir brillé chez les Blues (6 titres en cinq saisons), Claude Makelele choisit de renouer avec le championnat de France. Formé au FC Nantes, le milieu n’avait plus foulé les pelouses françaises depuis dix ans avec l’OM. Le tout juste retraité international devient capitaine du PSG de Paul Le Guen. « Je ne serai pas un messie mais plutôt un messager. Mon but est de prendre du plaisir et d’apporter un peu d’expérience à ce groupe », expliquait Makelele à son arrivée.

Sébastien Squillaci : d'Arsenal au SC Bastia

Comme Leboeuf en 2001 et Kosicelny en 2019, Sébastien Squillaci privilégie le lien familial pour effectuer son retour dans l’Hexagone en juillet 2013. Le défenseur corse opte ainsi pour le SC Bastia, après trois saisons en Premier League avec Arsenal. L’international revient ainsi dans le championnat cinq ans après être parti sur un titre avec l’OL (2008). C’est au Sporting que Squillaci met un terme à sa carrière en 2017.

Yohan Cabaye : de Newcastle au PSG

Après le doublé coupe-champion décroché avec le LOSC de Rudi Garcia (2011), Yohan Cabaye rallie l’Angleterre et la Premier League, où il connaît une intégration des plus réussies, comme avant lui un autre milieu, Steed Malbranque. A 25 ans, l’ancien Dogue s’engage avec Newcastle, dont il devient l’élément majeur. De milieu relayeur, son coach Alan Pardew le place plus haut sur le terrain, au poste de n°10, en soutient de Loïc Rémy. Devenu ainsi davantage buteur qu’à époque lilloise, Cabaye retrouve autour de lui de nombreux autres Français (Sissoko et Gouffran), mais il est bien celui qui s’épanouit le mieux. Son départ pour le PSG de Laurent Blanc en janvier 2014 est un réel coup dur pour les Magpies.

Hatem Ben Arfa : de Hull City à l'OGC Nice

A l’été 2015, le club azuréen effectue son recrutement en Premier League pour faire d’Hatem Ben Arfa la première recrue de l’équipe de Claude Puel. Arrivé de Hull City après plusieurs saisons à Newcastle, HBA signe à Nice sa plus brillante saison en Ligue 1 Conforama. En Premier League aussi, le Français a laissé le souvenir d’un « incroyable talent ». « Il était remarquable, se rappelle Alan Pardew, son entraîneur chez les Magpies. Certains buts qu'ils marquaient à l'entraînement étaient époustouflants. Les joueurs l'applaudissaient. », avait confié son ancien coach Alan Pardew. Et les fans l’adoraient. « J'ai eu beaucoup de problèmes à Newcastle parce que les supporters ne comprenaient pas pourquoi il ne jouait pas tous les week-ends ».

Florian Thauvin : de Newcastle à l'OM

L’expérience à Newcastle a été courte : six mois. « Je ne m’y attendais pas moi non plus. Surtout aussi tôt. C’est vrai que c’était un peu dur parce que c’était une nouvelle expérience, un nouveau pays, une nouvelle langue. », expliquait Florian Thauvin, n°20 dans le Nord de l’Angleterre, à son retour à l’OM en janvier 2016, après son passage furtif à Newcastle, où il avait succédé à Rémy Cabella, qui avait fait le chemin inverse. En manque de temps de jeu, l’attaquant retrouve rapidement ses repères sur la Canebière, qu’il avait quittée « pour des raisons économiques », car « il est hyper corporate, mais il l’a vécu comme un crève-cœur », estimait le président marseillais de l’époque, Vincent Labrune, dans L’Equipe. Un retour à Marseille qui lui a permis de s’exprimer pleinement (22 buts en Ligue 1 Conforama en 2017/18).

Bafétimbi Gomis : de Swansea à l'OM

A bientôt 31 ans, Bafé Gomis devient l’attaquant de l’OM en juillet 2016, via un prêt d’une saison de Swansea. L’attaquant international débarque pour remplacer Michy Batshuayi, parti à Chelsea. « Comme je suis un enfant de la région, je sais ce que représente ce maillot de l’OM pour le peuple marseillais, pour la France », déclare l’ancien stéphanois à son arrivée. A Marseille, il relève joliment le défi proposé avec un record personnel de buts inscrits sur une saison en championnat (20 buts). En 2014, venu de l’OL, Bafé Gomis avait été accueilli au Pays de Galles par un « It's Go, Go, Go for Gomis ! ». Si l’adaptation est progressive (1er but lors de la J12), Bafé Gomis a finalement marqué 13 buts en deux saisons de Premier League.

Dimitri Payet : de West Ham à l'OM

Après une saison réussie à l’OM en 2014/2015, illustrée par un trophée de top passeur de Ligue 1 Conforama, Dimitri Payet tente à 28 ans une aventure à l’étranger. L’international formé au FC Nantes rejoint alors West Ham, où il croise Morgan Amalfitano reparti de son côté au LOSC. Chez les Hammers, il devient pendant une saison et demie le meilleur joueur de l’équipe et l’un des plus performants de Premier League. « Il est unique » disait de lui son coach Slaven Bilic. En Angleterre, Payet devient meilleur joueur londonien et membre de l’équipe type du championnat dès sa première saison. Fin janvier 2017, le Réunionnais met fin à la parenthèse britannique pour renouer avec l’Olympique de Marseille.

Steve Mandanda : de Crystal Palace à l'OM

Tout comme Dimitri Payet, Steve Mandanda avait envie de voir du pays au moment de rejoindre à son tour la Premier League, à 31 ans. Son engagement avec Crystal Palace se boucle pendant l’UEFA EURO 2016, mais le portier international est de retour dans la cité phocéenne moins d’un an plus tard, après une « saison compliquée » en jouant peu (10 matchs). « C’était une évidence pour moi de rentrer. J’avais envie de tenter l’expérience... Maintenant, je rentre chez moi », avait déclaré le gardien à son retour à l’OM.

Mathieu Debuchy : d'Arsenal à l'AS Saint-Etienne

Autre Dogue à avoir rejoint la Premier League après le succès rencontré avec le LOSC, Mathieu Debuchy. Un an et demi après son ami Cabaye, le latéral le rejoint dans le Nord du pays à Newcastle à l’hiver 2013. Là-bas, il y forme la « french connection » avec aussi Ben Arfa, Rémy, Sissoko ou encore Yanga-Mbiwa. « J'espère que Newcastle fera le forcing pour Debuchy et scellera l'accord. Il veut venir et je le souhaite aussi, bien sûr, car c'est mon ami et aussi un excellent joueur. » réagissait à l’époque un Cabaye impliqué. Six ans plus tard, les deux joueurs ont revécu la même scène, lorsque Cabaye a cette fois rejoint Debuchy dans le Forez. « Le retrouver est un vrai bonheur », déclarait le défenseur, arrivé libre chez les Verts un an et demi auparavant, après avoir été un Gunner.

Laurent Koscielny : d'Arsenal à Bordeaux

Autre ancien Gunner débarqué ensuite en Ligue 1 Conforama, Laurent Koscielny y faisait pourtant partie des meubles sous l’ère Wenger. A Arsenal, le défenseur international y a passé neuf ans de 2010 à 2019, avant donc de s’engager avec Bordeaux. Et ainsi de renouer avec le championnat de France. Pour expliquer cette rupture, Koscielny avait annoncé dans le Canal Football Club de Canal+ : « Pour faire simple, je n’étais pas heureux comme au premier jour où j’avais signé. Et avec ma famille, on avait besoin de rentrer et avoir un nouveau challenge. »