Christophe Galtier (LOSC)
J4

Toutes les déclas de la J4

Publié le 21/09/2020 à 00:25 - AFP

Partager

Retrouvez les déclarations de la 4e journée de Ligue 1 Uber Eats .

Olympique de Marseille-LOSC : 2-2

André Villas-Boas (entraîneur de Marseille) : « On a mal commencé la deuxième mi-temps, c'est dommage, il y avait de l'équilibre en première mi-temps dans ce 4-2-3-1 dans lequel on avait fini le match à Lille l'an dernier et qui nous avait permis de renverser le match (de 0-1 à 2-1, ndlr). La fatigue nous est un peu tombée dessus à la 70e minute. Les changements nous ont donné de la vélocité et de la profondeur, plus d'intensité, on a obtenu des tirs, des corners, et à la fin on a marqué le même but qu'à Lille l'an dernier, corner de Sanson pour Valère (Germain) dans la zone qu'il aime bien et qu'il sait attaquer. A l'arrivée, je suis content, on a réussi à prendre un point contre un rival direct. On restait sur une grosse défaite contre Saint-Étienne (2-0), alors c'est un bon point. Maintenant, victoire obligatoire contre Metz. »

Christophe Galtier (entraîneur de Lille) : « J'ai reçu un message tout à l'heure, quelqu'un m'a écrit : Dans le foot il ne faut pas blesser l'adversaire, il faut le tuer. On a laissé en vie Marseille, on est malheureux sur des situations, on frappe des poteaux, on fait face à un grand Mandanda. Mais on n'était pas à l'abri d'un coup de pied arrêté. Marseille est très efficace cette saison sur coups de pied arrêtés. Je ne vais pas vous parler de colère, mais de grande frustration. Je ne peux pas être en colère sur la prestation de mon équipe, j'ai aimé la manière dont elle s'est exprimée. Nous méritions les trois points. C'est dommage quand on connaît l'importance de certaines confrontations. »

FC Nantes-AS Saint-Etienne : 2-2

Christian Gourcuff (entraîneur de Nantes) : « C'était un très bon match. Si on avait perdu, on n'aurait pas la même analyse mais sur l'ensemble du match je suis très content de l'équipe, ce n’était pas facile, ils n'ont pas lâché. C'est peut-être la meilleure prestation depuis que je suis là, dans l'organisation, dans la maîtrise, dans la volonté de jouer, dans le pressing, bien coordonné. Après on peut regretter le manque d'efficacité. On a eu des occasions nettes qu'on pouvait concrétiser. On est bien conscients que Saint-Étienne avait joué il y a trois jours. Le gros regret c'est plus le 1er but qui nous pénalise tout de suite. Cette passivité, c'est un peu énervant. Pour le reste, la réaction de l'équipe a été exemplaire. »

Claude Puel (entraîneur de Saint-Étienne) : « C'était évident qu'avec trois matchs en une semaine et deux déplacements consécutifs, on allait manquer d'essence. Je félicite mes joueurs parce qu'ils ont tout donné dans les conditions difficiles. On a essayé d'être acteurs, de jouer notre jeu. On n'a pas pu le faire pendant tout le match. Il nous a manqué un peu de maîtrise du ballon, de maîtrise technique. Un point, ce n’est pas mal mais quand on voit le scénario, on se dit qu'on est un peu déçus. On a touché la possibilité d'aligner une 4e victoire en menant 2-0. On s'est montré compétiteurs. Avec un peu plus de fraîcheur, peut-être qu'on aurait pu mieux gérer cette fin de match. On s'est battus avec nos armes d'aujourd'hui. On a essayé, continuellement, d'entreprendre quand on le pouvait. On a tout donné, on n'a pas de reproches particuliers dans ces circonstances. Il faut maintenant préparer le gros challenge face à Rennes. »

Stade Brestois 29-FC Lorient : 3-2

Olivier Dall'Oglio (entraîneur de Brest) : « La victoire me fait plaisir, pour le public aussi. Et surtout, on a engrangé des points face à un concurrent direct. Il y a encore des choses à corriger... On aurait pu tuer le match avant et on se met tout seul sous pression. Notre défense a été très bonne, avec un Romain Perraud efficace en défense et qui marque des buts. C'est un jeu très généreux. On a plusieurs options qui s'ouvrent aussi devant avec l'arrivée de Steve Mounié. On doit bosser encore la finition. »

Christophe Pélissier (entraîneur de Lorient) : « Cela fait quatre journées que le public se régale, parce qu'il y a beaucoup de buts. Malheureusement, c'est souvent contre nous. Cela fait deux week-ends qu'on enchaîne les 2-3. On ne doit pas être loin de figurer parmi les meilleures attaques du championnat. Ce dont je suis sûr, c'est qu'on est la plus mauvaise défense. On sait où on doit travailler. Nous avons un déficit de puissance sur certains postes qui nous fait mal. Cela a été un match spectaculaire, les deux équipes avaient envie de se rendre coup pour coup. Il faut qu'on soit plus exigeants, plus concentrés, même si notre déficit de puissance est difficile à combler à court terme. »

Montpellier Hérault SC-Angers SCO : 4-1

Michel Der Zakarian (entraîneur de Montpellier) : « On fait une semaine extraordinaire. On bat deux grosses équipes, puis on gagne une solide équipe d'Angers, qui nous enquiquine depuis trois ans. On fait une très belle prestation. Qui plus est, on a été efficaces. Trois matchs, neuf buts. Il n'y a que du positif. En première période, on était moins fringant. Ensuite, on avait plus de jambes, les remplaçants ont amené du positif et de l'énergie. Dans la qualité de jeu, on sent qu'il y a du mieux par rapport à l'an passé. En l'absence d'Hilton, on a voulu relancer Andy (Delort, ndlr) en le nommant capitaine. Avec tous les dirigeants, on a pensé que cela lui ferait du bien de porter le brassard. Désormais, on doit être en capacité de reproduire ce que l'on fait à domicile lors de nos matchs à l'extérieur. Je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas. »

Andy Delort (capitaine et double buteur de Montpellier) : « C'était un match important pour nous après les deux belles victoires devant Nice et Lyon. On avait en tête qu'Angers allait nous embêter. Tout le monde avait un peu peur de cette équipe d'Angers. Tout le monde avait un peu peur qu'on la prenne à la légère. On a répondu présent et de la plus belle des manières. Après l'égalisation d'Angers, on a bien réagi et on a tué le match avec beaucoup de maîtrise. C'est une très, très belle soirée pour moi. C'est une fierté pour moi d'être capitaine. Je remercie le coach qui m'a fait confiance. Et je marque deux buts. Le premier but est toujours important dans une saison. Il me fait énormément de bien. J'ai mis la tête là où d'autres ne mettrait pas les pieds. On prouve que ça joue au ballon à Montpellier. On a de la maîtrise, des attaques placées. On ne peut pas dire que l'on ne fait que balancer. On peut croire à quelque chose si on continue à jouer comme ça. »

Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers SCO) : « On avait opté pour un système qui n'était pas trop mal en première période. On n'a pas été trop dangereux, mais on a marqué un joli but. J'ai changé de système à la mi-temps et je suis revenu en 4-3-3 pour être plus dangereux et revenir au score. J'ai bien vu que pour réussir face à Montpellier, il vaut mieux être à cinq en défense. Je le savais, je l'assume pleinement. Au-delà des performances individuelles, qui n'ont pas été bonnes, je le prends moi. Le but de Delort, juste avant la pause, nous fait très mal. J'ai senti de la déception dans le vestiaire. J'ai voulu redonner un nouvel élan en changeant de système. Montpellier a mis trois buts à Nice, deux à Lyon, il nous en met quatre. Il est performant sur le plan offensif. Il est meilleur que nous. Il l'a montré à travers ce match. Pour faire un résultat à Montpellier, il fallait être à notre meilleur niveau. On ne l'a pas été. La sanction est tombée d'elle-même. Je suis un peu inquiet. On doit prendre conscience que cela va être difficile. On a trois semaines pour rééquilibrer notre effectif. Tout le monde en a pris conscience ce soir. »

FC Metz-Stade de Reims : 2-1

Vincent Hognon (entraîneur de Metz) : « La victoire n'est pas illogique, en tous cas elle est importante. Cette fois ci on a mieux géré la supériorité numérique. Tout n'a pas été parfait mais on a été patient et eu la volonté d'avancer. Ce soir, j'ai trouvé mon équipe très solide mentalement pour aborder ce match, c'était important. On aurait pu faire mieux, on le sait, mais on a fini par trouver la solution. Niane peut faire encore beaucoup mieux mais il a marqué, il ne doit pas se reposer sur ces lauriers, il doit s'étoffer, prendre la mesure de ce championnat. Les coups de pied arrêtés sont des moments importants. »

David Guion (entraîneur de Reims) : « Évoluer à dix c'est beaucoup d'efforts physiques et psychologiques, on fait deux mi-temps à dix plus le match de Coupe d'Europe entre les deux, cela fait beaucoup. La première période était très intéressante, on aurait mérité de mener au score. Les Messins ont certes ouvert le score mais mon équipe a fait preuve de caractère et on est normalement revenu. On est sur une mauvaise dynamique, c'est difficile mais je trouve que par rapport à cet après-midi, il y a des signaux positifs. Sur le premier but encaissé c'est un problème de responsabilité individuelle, sur le deuxième, un manque de rigueur. On sait que les échéances à venir sont difficiles, on a un jeune groupe, des jeunes joueurs, ils apprennent. A nous de leur ramener de la confiance. »

RC Strasbourg Alsace-Dijon FCO : 1-0

Stéphane Jobard (entraîneur de Dijon) : « J'étais plutôt satisfait de la première mi-temps. On a concédé peu d'occasions. Il a manqué le dernier étage de la fusée pour peser dans les derniers mètres. En deuxième mi-temps, on a trop rendu le ballon aux Strasbourgeois et ce qui devait arriver, arriva. Il y a eu des situations de centres, de frappes, il y a eu des points d'appui mais un manque de justesse dans la dernière passe. Je possède trop peu de joueurs avec cette attirance vers le but pour être efficace. Il y a des points positifs, j'ai trouvé qu'il y a un peu de mieux. Ce n'est pas dans mon ADN de baisser les bras. Il faut vite trouver la formule qui va nous permettre de récolter des points. C'est un copier-coller (de la saison passée), le groupe est en construction. Il faut du temps, on va faire avec les moyens du bord mais ce que j'ai vu cet après-midi m'a réconforté. »

Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg) : « On a eu deux ou trois passages délicats mais je ne vais pas faire le difficile, il y a eu une grosse amélioration mais il ne faut pas perdre la maîtrise du match de façon à ne pas se mettre en danger. Parfois on a quand même l'art de se mettre en danger tout seul. On a 7 occasions franches, on ne peut pas faire beaucoup mieux. On n’a rien lâché, les remplaçants ont tous apporté un plus et on a réussi à arriver à nos fins. Les garçons ont un bon état d'esprit. C'est bien qu'on soit parvenu à concrétiser, ça montre aux joueurs que lorsqu'on est bien physiquement, on est capable de faire de bonnes choses. Les joueurs n'étaient pas inquiets, ils n'ont pas joué avec les pieds qui tremblaient. Il y a du déchet par moment mais d'une manière générale, ça se tenait (...) Tu gagnes 1-0 dans la douleur, ça permet à toute l'équipe de se mettre en confiance. C'est une première étape et il y a encore beaucoup à franchir pour se retrouver dans des eaux un peu plus calmes. Je pense déjà à Monaco. »

OGC Nice-Paris Saint-Germain : 3-0

Morgan Schneiderlin (milieu de terrain de l’OGC Nice) : « Quand on prend un 3-0, c'est toujours difficile à encaisser. Mais nous sommes là pour progresser en équipe. Au-delà du résultat, il y a eu du positif dans notre prestation avec plus d'occasions qu'auparavant. On savait que les individualités parisiennes pouvaient faire la différence à tout moment. Kylian Mbappé est sur deux des trois buts. Nous avons fait des petites erreurs. On ne doit pas le laisser se retourner et prendre de la vitesse balle au pied. On s'est beaucoup mieux trouvé qu'à Montpellier (défaite 3-1). Aujourd'hui, on a essayé de ressortir le ballon, de ne pas cracher sur notre identité de jeu même si en face, il y avait le PSG. C'est toujours embêtant de prendre des buts sur coups de pied arrêtés. Il y a des moments où il faut savoir aller chercher les ballons dans les pieds adverses. On ne peut pas tout changer en quatre matchs. »

Patrick Vieira (entraîneur de l’OGC Nice) : « Nous avons commis beaucoup d'erreurs sur le plan défensif. Quand on regarde les deux premiers buts, on constate un manque d'agressivité. Mais j'ai bien aimé l'image donnée par l'équipe. Nous avons réussi à nous créer des occasions franches. Il y a eu un manque de réussite. Des joueurs ne sont pas encore à leur top, ils s'amélioreront. J'aurais aimé qu'on mette un peu plus de pression sur les Parisiens. On les a un peu trop respectés. Les joueurs étaient prévenus pour Mbappé et Di Maria. On savait aussi que le dernier quart d'heure serait difficile pour le PSG. Nous avons eu des occasions très nettes. Quant à Youcef Atal, il est sorti sur une blessure musculaire à la cuisse. Nous en connaîtrons la gravité en début de semaine. En ce qui concerne notre mercato, compte tenu des blessures et des cas de Covid-19, nous allons nous poser la question avec Julien (Fournier, directeur du football) de voir si notre effectif est assez étoffé ou pas. »

Thomas Tuchel (entraîneur du Paris SG) : « Un bon match à Nice avec un 3-0. Il ne faut pas oublier que Nice a eu des occasions franches et Navas a réalisé un grand match. Surpris la rentrée de Mbappé ? Non. Mais impressionné par sa prestation après un seul entraînement avec l'équipe. Il montre toujours qu'il peut faire des choses extraordinaires et qu'il sait faire la différence. Cela nous aide beaucoup. Mais j'ai vu un effort de toute l'équipe alors qu'il y a de nombreux gars blessés ou suspendus. On souffre beaucoup et on est vraiment fatigué après ces trois matchs. Les joueurs vont bénéficier de deux voire trois jours de récupération pour les plus utilisés. Idrissa Gueye a pris un coup, on ne pense pas que ce soit grave. »

Stade Rennais-AS Monaco : 2-1

Julien Stéphan (entraîneur du Stade Rennais) : « On a pris un ascendant certain en étant très haut sur le terrain, en réussissant à les acculer dans les 30 derniers mètres, en récupérant les ballons rapidement, et en mettant beaucoup de monde sur leur ligne défensive. J'ai trouvé la production des joueurs à la fois intense et courageuse. (Le but en fin de match) C'est grâce à l'état d'esprit des joueurs, la volonté de ne jamais lâcher. La bonne forme physique des joueurs aussi, parce qu'on a terminé très fort. La mentalité des joueurs qui sortent du banc, qui sont régulièrement décisifs. C'est un ensemble de choses qui nous permettent de rester dangereux jusqu'à la dernière seconde. Je pense aussi que le fait d'avoir passé une bonne trentaine de minutes dans les 35 derniers mètres adverses a usé l'adversaire, à un moment donné, ça craque. »

Niko Kovac (entraîneur de l'AS Monaco) : « Je suis un peu déçu parce qu'en première période, on a très bien joué. Mais il ne faut pas oublier que Rennes est une équipe de Ligue des Champions. En seconde période, on était trop passif. Si on ne fait que bouger de droite à gauche et de gauche à droite, on recule inévitablement et on met moins de pression sur l'adversaire. Nous avons manqué deux occasions de sceller le match avec un 2e but. Ca fait partie du foot de perdre à la dernière seconde. C'était très serré, ça se joue sur des détails. On n'a pas suffisamment fermé le côté gauche rennais, on savait que le danger viendrait de là. On a commis deux erreurs (défensives) et on les a payées cash. En Ligue 1 Uber Eats, on ne peut pas se permettre deux erreurs. C'est comme ça, on relève la tête, tout de suite, et on se prépare pour le prochain match face à Strasbourg. »

RC Lens-Bordeaux : 2-1

Franck Haise (entraîneur du RC Lens) : « Les 9 points sont là, les trois victoires aussi et souvent avec la manière, c’est ça qui me plaît. Sur pas mal de choses on a fait ce qu’on avait décidé. Il y a eu beaucoup de choses positives. Le mérite revient à tout le monde mais d’abord aux joueurs. On travaille fort pour avoir des repères. Je suis content de ce qu’on fait, de notre réussite. On a encore une belle marge de progression, il faudra être encore plus efficace. A la mi-temps, on a réajusté quelques petites choses, puis on savait qu’avec la même intensité en seconde période, on allait être récompensé. Je pense que les gens sont surpris de nous voir là. Je suis agréablement surpris aussi, on a toujours des doutes mais je suis satisfait. »

Jean-Louis Gasset (entraîneur des Girondins) : « Défaite logique. Le principal fautif de cette défaite, c’est moi. J’étais peut-être ambitieux de mettre une équipe offensive pour gagner à Lens. On a été battu dans les duels, dans l’investissement... Je me suis trompé, ça arrive. On va remettre le bleu de chauffe pour travailler. On a deux matchs à domicile, il faudra montrer que c’est un accident parce que c’est trop gros pour être vrai. Les deux équipes étaient en confiance mais Lens était plus dynamique. Lens était très bien organisé, sûr de son jeu. Le nul à la mi-temps est miraculeux. On a un très bon gardien mais on donne les deux buts au final. »

OL-Nîmes : 0-0

Rudi Garcia (entraîneur de l’OL) : « C'est évidemment une contre-performance. Nous avons manqué de réalisme. Cela fait trois matchs où nous avons les occasions pour marquer d'entrée comme aujourd'hui. Il faut les transformer contre des équipes qui jouent avec un bloc bas. C'est de notre faute, nous aurions dû trouver les solutions et convertir nos possibilités. Ce sont les mêmes maux que les deux matchs précédents. Nous aurions dû gagner car nous sommes l'OL et que nous recevons. Les occasions, nous les avons eues. J'ai trouvé que ce troisième match en sept jours a pesé sur les jambes de certains. J'avais amené un peu de sang frais avec des jeunes qui se sont plutôt bien comportés mais ils ne peuvent pas tout amener par rapport à des joueurs plus expérimentés. Nos situations favorables sont souvent des tirs hors surface. Il faudrait contourner le bloc et être précis sur les centres. Il faudrait être capable de faire du jeu dans la surface avec des joueurs lancés et obtenir des pénaltys. »

Bruno Guimaraes (milieu de l’OL) : « C'était un match compliqué. Nous avons manqué des occasions, quelques unes faciles notamment. Nous avons besoin de travailler plus car on ne peut pas perdre des points comme cela. Quand on commence à manquer des opportunités, on manque de confiance, cela devient difficile. Physiquement, nous sommes restés longtemps sans jouer en raison du Covid et maintenant, nous enchaînons les matchs. Cinq points, ce n'est pas bon. Si on veut gagner le championnat, nous avons besoin de gagner et notamment à la maison. Il faudra regagner les points perdus. »

Jérôme Arpinon (entraîneur de NO) : « C'est un très bon point. Il était important de bien défendre contre une belle équipe de Lyon avec une bonne maîtrise technique. Le moindre ballon dans le dos est exploité à la perfection. C'est une équipe qui centre beaucoup et nous avions bien travaillé cet aspect. Ce n'est pas le plus beau math du NO sur le plan offensif mais un point est un point. Nous ne faisons pas le même championnat. Nous avions beaucoup d'absents mais ceux qui ont joué se connaissent. C'est une belle récompense pour nous, les joueurs ont affiché de belles valeurs. L'équipe croit en tout. Quand on ne peut pas gagner, il faut savoir ne pas perdre et nous avons pris un point. C'est un match référence défensivement. Nous étions peut-être moins beaux que face à Rennes contre qui nous avons marqué deux fois et perdu. Cette fois, nous n'avons pas marqué mais nous avons obtenu le résultat nul. »