Facundo Medina, le défenseur du RC Lens.
J8

Facundo Medina, déjà indispensable à Lens

Publié le 24/10/2020 à 15:32 - AFP

Partager

Un peu moins de quatre mois après son arrivée, Facundo Medina fait déjà l’unanimité au RC Lens, qui affronte le FC Nantes, dimanche (13h), dans le cadre de la 8e journée de Ligue 1 Uber Eats.

Du haut de ses 21 ans, Facundo Medina a déjà l'étoffe d'un futur grand défenseur. L'Argentin arrivé au RC Lens cet été, qui s'est déjà bien acclimaté à la Ligue 1 Uber Eats, va signer son retour de suspension à point nommé dimanche face au FC Nantes (13h).

Impossible d’affirmer qu’avec son arrière central, le RC Lens n’aurait pas encaissé 4 buts à Lille dimanche dernier lors du derby du Nord, remporté 4-0 par les Dogues lors de la 7e journée. En revanche, son absence pour cause de suspension n’est pas passée inaperçue, preuve de l’importance prise par le défenseur argentin, trois mois seulement après son arrivée chez les Sang et Or en provenance du Talleres de Cordoba.

Facundo Medina est un « leader naturel », selon Lilian Nalis. L’adjoint de Franck Haise sur le banc lensois se veut factuel. La « progression » de l’enfant de Buenos Aires « parle d’elle-même ».

Parfois poussif, lent voire en retard sur son vis-à-vis cet été, l'Argentin a su s’imprégner du rythme de la Ligue 1 Uber Eats, dont la culture est forcément différente de l'Amérique du Sud. Selon le bras droit de Haise, il a une marge de progression dans son rapport à l’arbitrage européen. En six apparitions, le joueur formé à River Plate a en effet reçu 3 avertissements.

Il n’a, de fait pas pu aider ses partenaires sur la pelouse du stade Pierre-Mauroy. Son talent, « qu’il ne force pas », aurait été grandement utile à un Racing désarticulé par la force de frappe lilloise. « Il impulse beaucoup de choses sur la ligne défensive », ajoute Nalis. De quoi rendre son absence remarquée.

Néo-international

A seulement 21 ans, Facundo Medina dégage une sérénité presque déconcertante. En cela, il se rapproche de son compère défensif Loïc Badé, 20 ans. Avec peut-être un peu plus de maturité encore. Ce qu’avouait Franck Haise à son arrivée, début juillet : « Si on ne le sait pas, on peut penser qu’il a 4 ou 5 ans de plus. »

L’entraîneur artésien a mis en avant sa « grinta », son « expérience » et sa « belle qualité technique défensive », avec une touche de « malice » pour parachever le tout. Le voir disputer sa première minute sous les couleurs de l’Argentine de Lionel Messi, mi-octobre, n’est donc pas le fruit du hasard.

« Son profil a fait rapidement l’unanimité », a confié cet été le directeur général des Sang et Or Arnaud Pouille au site officiel du club. « C’est une belle recrue pour le RC Lens », a embrayé le coach Haise. « Il collera parfaitement à l’ADN du club », prédisait-il.

Quelques mois plus tard, les observateurs ne peuvent que lui donner raison. Qui plus est, son état d’esprit a tout de suite plu au vestiaire. Ses équipiers semblent sous le charme.

« C'est notre DJ du vestiaire. Il se déplace avec son enceinte en permanence. Bon, on a prévu de lui acheter des écouteurs pour Noël », s’est amusé Yannick Cahuzac dans les colonnes de L’Equipe, début octobre. « Il est toujours d'humeur égale, très joyeux, extraverti. Il ajoute beaucoup de positif dans le groupe », a complété Franck Haise.

Heureux, épanoui et serein dans la vie de tous les jours ; guerrier, leader charismatique et dur sur l’homme à chaque rencontre : malgré sa jeunesse, Facundo Medina affiche une maturité aussi impressionnante que sa marge de progression est importante. C'est de bon augure pour le promu lensois.