Olivier Dall'Oglio (SB29)
J11

J11 : Toutes les déclas

Publié le 22/11/2020 à 23:46 - LFP

Partager

Découvrez toutes les réactions des différents acteurs après les rencontres de la 11e journée en Ligue 1 Uber Eats.

LOSC – FC Lorient : 4-0

Jérémy Pied (défenseur du LOSC) : « A Brest (défaite 3-2 lors du dernier match), on avait été en difficults, on n'avait pas fait ce qu'il fallait en début de match et on l'avait payé. On avait à cœur de se rattraper. Il faut féliciter le coach, qui met en place un chemin à suivre. Ensuite les joueurs, titulaires ou remplaçants, font leur travail. C'est plus facile de rentrer dans l'équipe quand elle a des certitudes sur le plan tactique. Depuis que je suis au club, on joue le haut de tableau à chaque saison donc c'est plaisant et ça donne envie de continuer. On veut toujours plus. On n'a pas envie de se donner d'objectif précis, on veut gagner tous les matchs. Savourer ? Non. On a fini le match, on passe à la récupération. Mais il faut avoir le sourire car tous les matchs sont difficiles. »

Christophe Pelissier (entraîneur du FCL) : « Ce soir, on n'a pas existé. On est tombé face à une équipe de Lille bien supérieure. On s'en est rendu compte, ils nous ont rapidement mis sous pression et on a fait trop d'erreurs techniques. On n'a pas su sortir le ballon correctement et on l'a rendu trop vite. On a aussi manqué d'efficacité car on aurait pu faire le hold-up parfait et égaliser avant la mi-temps. Puis on offre le deuxième but. J'ai trouvé que mes joueurs ont trop vite abdiqué en seconde période. Il faudra voir comment on réagit derrière. Quand on est au fond du classement, il y a urgence, c'est indéniable... Tout le monde doit élever son niveau pour exister dans ce championnat. Sur ce que je vois, Lille est la seule équipe capable de contrarier le PSG sur la durée cette saison. Ils ont la capacité de les inquiéter et ça peut amener un beau duel sur le championnat cette année. »

Angers SCO – Olympique Lyonnais : 0-1

Stéphane Moulin (entraîneur du SCO) : « C'est une grosse déception. Dix-neuf tirs à cinq, ça veut dire beaucoup de choses sur l'emprise sur le match. Mais si on n'a pas marqué c'est qu'il nous a manqué des choses et qu'il faut y travailler. Ils s'en sortent plutôt bien, ils passent par la petite porte, sur leurs qualités individuelles. On était déterminé à arrêter leur série, on n'a pas réussi mais ce n'est pas faute d'avoir essayé (...). L'efficacité, on y travaille mais c'est ce qu'il y a de plus difficile dans le foot. On a aussi eu du déchet technique, on n'est pas parfait, on n'est pas près de l'être. Mais on n'était pas loin de reproduire ce qu'on a fait à Rennes et à Nîmes. La seule chose qui change c'est le résultat. Si on arrive à reproduire ce genre de prestations, on a des chances de gagner. »

Rudi Garcia (entraîneur de l’OL) : « On était venus pour gagner et être seconds, on l'a fait. C'est une victoire laborieuse mais on a été efficaces dans les zones de vérité. On a bien défendu, même s'ils ont beaucoup tiré. C'est ce que j'avais demandé aux joueurs, parce que c'est plus facile de gagner quand on ne prend pas de but (...) Ce n'est pas notre meilleur match mais on a eu des matches où on a eu énormément d'occasions sans gagner, donc là ça équilibre. C'est une soirée positive pour nous, maintenant il faudra qu'on enchaîne contre Reims et qu'on n'écoute pas ce qui va se dire sur nous. On est passés en cinq matchs d'une équipe qui ne valait pas grand-chose à une équipe qui devrait finir première. Nous on va rester les pieds sur terre. »

Stade de Reims – Nîmes Olympique : 0-1

David Guion (entraîneur du SDR) : « Avant le match, on avait identifié le scénario du match et le plan de jeu de Nîmes. Mes joueurs n’ont pas été surpris. C’était le schéma typique d’une attaque-défense, sur lequel on n’a pas réussi à trouver l’ouverture. En première mi-temps, on a manqué de vitesse, de créativité et de finesse technique. Après le but, le comportement de mes joueurs a été beaucoup plus agressif et sur les dernières minutes, il y a un arrêt miraculeux du gardien nîmois et les deux barres. C’est un manque de réussite flagrant mais la réussite, elle se provoque. On doit provoquer les choses beaucoup plus tôt et on ne peut pas le faire uniquement sur la fin de match.»

Jérôme Arpinon (entraîneur du NO) : « Cette victoire nous remet la tête à l’endroit et valide notre travail. Sur les derniers matchs, on n’avait pas vraiment reconnu le Nîmes Olympique. On avait un peu perdu nos valeurs, on les a retrouvées. La trêve nous a fait du bien, on a pu récupérer des blessés, remettre à niveau certains joueurs physiquement et on a pu bien travailler défensivement. Aujourd’hui, on a mis en place un plan de jeu : on n'a pas eu beaucoup d’occasions mais on a su bien défendre et ça a marché. C’était voulu de laisser les Rémois faire le jeu. J’ai des joueurs qui aiment courir et si on peut gagner tous les matchs comme ça, pas de problème. Beaucoup ne croient pas en nous mais nous, nous croyons en nous. J’ai un groupe uni, qui bosse beaucoup, et je suis très fier de mes joueurs. »

Montpellier HSC – RC Strasbourg : 4-3

Michel Der Zakarian (entraîneur du MHSC) : « Je suis très content de la victoire. Si on gagne tous les matches 4-3, cela ne me dérange pas. On a fait un gros match. On a été très bon avec le ballon sur le plan collectif. On a fait un très bon match même si on a été en difficulté sur le plan défensif par leur jeu direct. On a très bien utilisé le ballon. On met quatre buts. On aurait pu en mettre d'autres. On a montré du caractère. On savait que Strasbourg pouvait nous mettre en difficulté sur les coups de pied arrêtés et sur les longs ballons. C'est un bon ratio d'avoir 20 points après 11 journée. A nous d'enchaîner une série plus longue encore ».

Thierry Laurey (entraîneur du RCSA) : « On est forcément déçu. On a fait un match très intéressant, mais on est dans une période où l'on prend trop de buts. On ne peut pas accepter de prendre autant de buts sur des actions aussi identifiées avant le match. On a une bonne réaction après les deux premiers buts. A la mi-temps, j'étais plutôt confiant. On avait utilisé notre quota de légèreté défensive. On ne peut pas se satisfaire de ce résultat même si on a vu des choses meilleures que d'habitude. Je suis derrière les joueurs, qui font les efforts sur le terrain et à l'entraînement. Je n'ai rien à leur reprocher. On est en difficulté, mais on fait tout pour s'en sortir ».

Dijon FCO – RC Lens : 0-1

David Linarès (entraîneur du DFCO) : « C'est une grosse déception. Nous avons livré 20 bonnes premières minutes, et il y a ce but, sur une erreur individuelle d'Anthony Racioppi, que je ne veux pas accabler. Ce but nous fait mal moralement. Je constate aussi que nous avons été trop inoffensifs dans les 30 derniers mètres. L'objectif était de produire un jeu technique. Il faut être capable de se révolter. En deuxième mi-temps, il y a eu trop de précipitation. Désormais, il faut digérer et se concentrer sur notre prochain match, à Nice. »

Franck Haise (entraîneur du RCL) : « Nous sommes satisfaits de ce résultat, obtenu face à une équipe de Dijon qui avait réalisé une bonne entame. Nous marquons avec beaucoup de réussite. L'objectif, pour nous, était aussi de nous rassurer défensivement, après les 8 buts encaissés lors des deux derniers matchs à Lille (4-0) et contre Reims (4-4). Certes, nous n'avons pas été toujours sereins derrière mais j'ai quand même trouvé l'équipe assez équilibrée. Quant à notre bilan comptable, je le trouve bon, notamment pour un promu. Nous allons essayer de confirmer ce résultat contre Nantes mercredi. »

FC Nantes – FC Metz : 1-1

Christian Gourcuff (entraîneur du FCN) : « La première demi-heure a été très limpide, avec des séquences à une touche de balle, du pressing, des occasions très nettes... Le regret, c'est que nous n'avons pas concrétisé. C'est mon gros regret. Puis, on se relâche cinq minutes, Metz sort la tête de l'eau et il y a ce pénalty. Après, ce n'était pas fini, il restait une mi-temps ! On a fait preuve de volonté mais perdu en lucidité et comme ils avaient des arguments en attaque, cela a accentué le doute chez nous... Face à une équipe messine dans ses 20 mètres, on avait moins de capacité à prendre de la vitesse, et on a manqué de justesse dans les centres ».

Frédéric Antonetti (entraîneur du FCM) : « Je pense que c'était un match plaisant à regarder, une rencontre équilibrée, chacun a disposé de temps forts... À la fin, c'est équitable. Nous sommes restés dans le match et nous avons été à la hauteur. Je n'étais pas habitué à voir mon équipe perdre autant de duels (en 1ère période). Et quand on perd des duels, on n'a pas le ballon et donc pas de munitions... J'ai insisté là-dessus à la mi-temps. Les deux joueurs blessés ? Pajot a vu sa blessure au talon d'Achille se réveiller et Maïga ne pouvait pas faire 100 heures d'avion sans rencontrer des problèmes ».

Stade Brestois 29 - AS Saint-Etienne : 4-1

Olivier Dall'Oglio (entraîneur du Stade Brestois 29) : « On est vraiment satisfait de prendre six points sur les deux derniers matchs. Ça va nous permettre d'avoir un peu plus de confiance en nous, de pouvoir travailler plus sereinement et de nous éloigner du fond du championnat. Sur la première mi-temps, on a été efficace, on a joué comme on voulait jouer, les joueurs ont été disciplinés (...). Il y a un certain équilibre qui est en train de s'installer et il y a beaucoup plus de discipline, surtout sur les retours défensifs et les placements défensifs des attaquants. A l'image des deux axiaux (Mounié et Cardona) qui travaillent beaucoup et qui ont été récompensés. Ils ont fait énormément d'efforts, mais derrière ils marquent (...). Il y avait déjà de très bonnes choses sur les matchs avant. Il nous manquait le déclic, cette petite étincelle qui nous redonne confiance, et puis d'être plus rigoureux. On a insisté dans ce sens-là parce qu'il nous semblait qu'on n'était pas loin de quelque chose. Les deux matchs nous donnent raison, mais il n'y a rien de fait... »

Claude Puel (entraîneur de l’AS Saint-Etienne) : « Je n'ai pas trop compris cette première période, notamment sur l'aspect défensif. Comment on a pu être aussi absent ? Autant, contre Lyon, on avait trouvé beaucoup de solidité et on méritait beaucoup mieux, autant aujourd'hui, on ne méritait pas grand-chose. Bravo à cette équipe de Brest qui a su consolider après son match de Lille. Mais on leur a grandement facilité les choses. On peut toujours corriger des fautes, des mauvais placements, mais une telle absence, je ne l'explique pas (...). Il ne s'agit pas de se mettre une pression excessive qui amènerait de la fébrilité, de la fragilité, mais une pression positive (...). Le match dimanche contre le LOSC sera primordial. On essaiera d'être beaucoup plus cohérent que ce soir, ça ne sera pas difficile. »

AS Monaco - Paris Saint-Germain : 3-2

Niko Kovac (entraîneur de Monaco) : « J'ai dit à la mi-temps qu'on avait mal joué. Ce n'était pas le visage de l'AS Monaco que je veux voir. C'est celui de la 2e mi-temps. J'ai dit « OK c'est 2-0, mais si on revient à 2-1, tout peut changer ». C'est ce qui s'est passé. On ne peut battre Paris que si on se comporte en équipe. C'est ce qu'on a fait. Je félicite mes joueurs. C'est l'équipe qui est récompensée. On gagne ensemble. On perd ensemble. En première mi-temps, nos jeunes joueurs ont eu un peu peur. Il y avait des noms en face. J'ai dit que c’étaient aussi des êtres humains. Il fallait jouer de façon plus rapide. (Sur Volland) Je ne suis pas surpris par Kevin. Je sais ce qu'il peut faire et donner à ce groupe. Ce n'était qu'une question de temps. Mais on a vu la manière de le rendre plus efficace possible. On a désormais deux buteurs, avec Wissam, c'est très positif. Les entrants ont beaucoup apporté aussi. Caio a beaucoup donné sur le côté gauche. Cesc a beaucoup apporté. C'est un top professionnel et une très bonne personne. Il aide les plus jeunes. Chrislain (Matsima) n'avait jamais joué latéral droit, il me l'a dit. Il a joué simple, c'est ce qui me plaît. Maintenant, j'aurais un peu mal à la tête pour choisir mon onze. Mais ce n'est pas un problème. Cette victoire représente quelque chose. Mais on doit rester les pieds sur terre. Rien n'est fait. Si la Ligue s'arrêtait maintenant ce serait bien. Mais ce n'est pas le cas. C'est une grande victoire mais c'est un marathon. Il faut continuer à apprendre. On sait où on est. Mais je ferai tout pour qu'on ne s'enflamme pas. »

Thomas Tuchel (entraîneur du PSG) : « Je ne sais pas si je suis en colère, je suis plus surpris qu'en colère. J'ai vu deux mi-temps totalement différentes, on a d'abord contrôlé complètement le match. Et puis la deuxième mi-temps était complètement différente. Je peux seulement dire que c'est notre responsabilité. On n'a pas joué avec le même sérieux. Pas assez de sérieux, pas assez serrés, pas assez agressifs... On n'était pas assez concentrés, on a perdu le contrôle et des duels cruciaux. A 2-2 on a encore contrôlé le match, et commis une grosse erreur à la fin pour perdre, ça, ce n'était vraiment pas nécessaire. Peut-être a-t-on eu l'impression qu'on menait 3-0 ou 4-0. Un rappel nécessaire ? Peut-être, mais ce n'était pas nécessaire pour moi. Si ça l'est pour nous ensemble, OK. C'était la dernière occasion pour comprendre ce qu'on doit faire sur le terrain mardi, car c'est clairement la finale du groupe pour nous. »

Stade Rennais F.C. – Girondins de Bordeaux : 0-1

Julien Stéphan (entraîneur de Rennes) : « C'est un match insuffisant, décevant dans beaucoup de domaines. Il y a une trop grande différence entre l'impression collective du début de saison et ce qu'on produit en ce moment. On n'a pas eu non plus la réussite en notre faveur mais quand ça se répète, ce n'est pas le fruit du hasard. Il y a un manque de maturité, de caractère aussi. J'avais changé des choses, mis deux attaquants... J'espérais pouvoir créer davantage de danger. Mais il nous faut plusieurs occasions avant d'être dangereux, alors qu'eux ont eu une demi-occasion et ça a suffi. Je suis un peu inquiet, forcément. Je ne suis pas abattu non plus parce qu'on a la force pour trouver les solutions. Il faut retrouver de la force collective. Sans force collective, on est encore moins qu'une équipe lambda, on a été médiocre. Il faut qu'on lutte contre le doute, mais qu'on soit aussi lucides. Il n'y a pas énormément de choses sur lesquelles se reposer sur ce match-là (...). Mais on va travailler comme des acharnés pour activer différents leviers et réussir à enclencher quelque chose de positif. »

Jean-Louis Gasset (entraîneur de Bordeaux) : « Cette victoire, c'est celle de l'état d'esprit. On a passé une trêve très studieuse, avec beaucoup de travail. La première mi-temps de Montpellier était à mes yeux une bonne base et on a continué à progresser (...). Il fallait qu'on arrive à jouer comme ça. Mais pour ça il fallait que tout le monde fasse des efforts, qu'on travaille les uns pour les autres. C'était le discours pendant ces 15 jours. Le maître-mot c'était de jouer ensemble. Quand on joue ensemble, on a des individualités qui peuvent faire la différence. Pour cela, il faut être solides derrière et on l'a été. Après, quand on mène, on sait qu'on va défendre bec et ongles le résultat, on l'avait déjà fait, je ne suis pas surpris par cet état d'esprit-là (...). Ben Arfa, il avait tellement envie de faire un bon résultat... Il n'aime pas perdre, il n'a pas l'habitude dans sa carrière de trop perdre. Quand il a vu qu'on perdait deux matchs d'affilée... Mais quand lui montre l'exemple et qu'il vient défendre, toute l'équipe va derrière lui, et ça c'est un bon signe. »