Yusuf Yazici (LOSC)
Ligue Europa

C3 : Les bonnes recettes du LOSC en Europe

Publié le 02/12/2020 à 18:08 - AFP

Partager

Premier de son groupe de Ligue Europa, le LOSC visera la qualification pour les 16es de finale, jeudi, lors de la réception du Sparta Prague.

Alors qu’il brille jusqu’alors en Europe cette saison, le LOSC veut décrocher face au Sparta Prague jeudi (18h55) la victoire qui le qualifierait pour les 16es de finale de Ligue Europa et validerait la progression du club dans la hiérarchie continentale.

Un effectif plus étoffé

Si le LOSC, en tête du groupe H en C3, porte haut les couleurs de la Ligue 1 Uber Eats en Europe cette saison, c'est parce que son effectif très large le lui permet.

Certains départs attendus cet été ne se sont pas concrétisés, laissant l'actuel deuxième de Ligue 1 Uber Eats avec un groupe un peu plus riche qu'attendu. Si cela complique la gestion des egos, les options sont d'autant plus nombreuses.

Tous les postes sont doublés voire triplés et, jusqu'aux récentes blessures de Renato Sanches et Zeki Celik, aucun gros pépin physique n'était à déplorer.

« Si notre effectif n'était pas celui-ci, ce serait difficile car il y aurait moins de joueurs à disposition et donc de la fatigue. J'ai un groupe au point dans la qualité et la quantité », a dit Galtier face à la presse avant la réception de l'AC Milan (1-1) la semaine dernière.

Le coach des Dogues fait certes tourner une partie de son onze de départ mais sans perdre en qualité, évitant toute impasse sur les matchs jugés moins importants.

Relancé en Ligue Europa alors qu'il se contentait de miettes en championnat, le milieu offensif turc Yusuf Yazici s'est ainsi offert un triplé sur la pelouse de Prague puis à Milan et pointe en tête du classement des buteurs de C3.

Un groupe rodé par la C1

Frustré par la fin abrupte du dernier exercice alors qu'il était tout proche du podium, le LOSC joue la "petite" Coupe d'Europe alors qu'il visait plutôt la Ligue des Champions, disputée à l'automne 2019 (élimination en phase de groupes).

Mais avoir hérité de la C3 cette saison a un avantage : le rythme y est moins étouffant et les adversaires plus abordables.

« L'an dernier, on n'avait ramené qu'un point dans une compétition beaucoup, beaucoup plus difficile. Même s'il y avait eu des matchs intéressants en Ligue des Champions, on a énormément souffert », a rappelé Galtier.

Alors opposés à Valence, Chelsea et l'Ajax, les Lillois avaient rivalisé dans le jeu, dominant même les Espagnols pendant de longues périodes à l'aller comme au retour. Mais, à l'image du Stade Rennais F.C. cette saison, ils avaient eu du mal à marquer et payé au prix fort leurs temps faibles et leur manque d'expérience.

Un problème depuis corrigé, les incursions dans le camp adverse finissant souvent au fond.

« Ce qui s'est passé à Milan lors du match aller (victoire 3-0) est le reflet de notre qualité de jeu », a résumé l'ailier brésilien Luiz Araujo. « Nous profitons de l'expérience que nous avons acquise la saison dernière en Ligue des Champions. »

Mais rien n’est encore joué

Leader avec deux victoires et deux nuls après quatre journées, Lille est bien placé pour continuer l'aventure mais le club nordiste n'a pas beaucoup de marge.

En cas de défaite jeudi contre le Sparta Prague, et dans l'hypothèse où Milan assumerait son statut face au Celtic Glasgow, dernier de la poule, le LOSC se retrouverait troisième et jouerait son avenir en Écosse, le 10 décembre.

Un scénario catastrophe pas si improbable : battus 4-1 à l'aller, les Tchèques avaient tenu le nul jusqu'à l'heure de jeu alors qu'ils avaient rapidement été réduits à dix et reprenaient après trois semaines de pause en raison de la pandémie de Covid-19.

La méfiance est donc de mise avant cet affrontement piégeux. Mais si l'écueil est bien négocié, cela confirmera que le LOSC est une équipe sur laquelle il faudra compter dans cette campagne de C3.