Mauricio Pochettino lors de la sortie de Marquinhos.
J21

J21 : Toutes les déclas

Publié le 24/01/2021 à 23:52 - AFP

Partager

Retrouvez toutes les réactions des différents acteurs après les rencontres de la 21e journée de Ligue 1 Uber Eats.

AS Saint-Étienne - Olympique Lyonnais : 0-5

Claude Puel (entraîneur de Saint-Etienne) : « C'est difficile à accepter, bien sûr. On est en colère contre nous-mêmes d'avoir facilité la tâche à cette équipe, d'avoir concédé autant de phases arrêtées. On espérait, malgré tout ce qui nous est arrivé, un match d'une meilleure tenue avec plus de qualité et de suspense, plus d'agressivité collective et notamment sur les phases arrêtées. Surtout un jour de derby, on ne peut pas l'accepter. Bien sûr, nous n'avons pas eu une préparation normale, nous avons récupéré des joueurs juste pour le match qui revenait de Covid, nous avons tenté de composer, de partager les temps de jeu. Même avec ce genre de situations, nous y croyions mais nous avons très vite déchanté car nous avons été trop approximatifs défensivement et offensivement. Nous n'avons pas su exister, tout simplement face à un adversaire habile techniquement. Nous avons été trop pauvres dans l'aspect défensif et à partir de là, on ne peut pas exister. Sevrés de ballons en première période, nous avons subi. »

Rudi Garcia (entraîneur de Lyon) : « Nous avons été très bons dans la position haute de l'équipe et l'ambition. Nous avons empêché Saint-Etienne de développer du jeu. Nous y avons mis la manière. Nous avons marqué beaucoup sur phases arrêtées, que nous avions bien travaillées en changeant des positionnements. C'est peut-être notre match le plus complet, certainement. Nous aurions pu marquer plus dans le jeu mais 5-0 à l'extérieur dans un derby, ce n'est pas tous les jours, c'est historique car nous passons devant sur le nombre des victoires contre Saint-Etienne (45 contre 44, 33 nuls). Dans un derby, il n'y a pas de classement ou d'équipe alignée qui compte. Nous avons été très bons tactiquement. Nous avons fait beaucoup courir les Stéphanois, que nous avons asphyxiés physiquement. L'équipe qui a eu le plus de cœur a gagné. Nos remplacements ont été tardifs car ceux sur le terrain méritaient de rester, mais je n'étais pas content des entrants sur le dernier match. Cela fait trois derbies que je joue avec l'OL et trois que je gagne. Je n'oublie pas que nous ne sommes que troisièmes, mais nous ne laissons pas partir le PSG et Lille (1er et 2e avec 45 points chacun), alors que Monaco (4e) revient bien. »

Tino Kadewere (attaquant de Lyon) : « C'était un match très important, que nous avions besoin de gagner. Cela a bien marché pour nous. Nous avons livré un très bon match collectif et je suis d'autant plus content car j'ai inscrit un doublé. Nous avons gagné et c'est le plus important, très important aussi pour nos supporters qui nous ont soutenus à notre départ pour Saint-Etienne. Nous avions bien travaillé cette semaine pour presser haut et récupérer rapidement le ballon. Cela a bien fonctionné, à l'inverse du match contre Metz. Ce bon pressing haut a bien aidé l'équipe. Cela a facilité la tâche de tout le monde. Pour le championnat, au-delà du fait que ce soit un derby, nous restions sur un point sur six et il était important de gagner. Mais rien n'est fini car nous avons un match qui arrive très vite (vendredi contre Bordeaux). »

Stade Rennais F.C. - LOSC : 0-1

Julien Stéphan (entraîneur de Rennes) : « Sur la première mi-temps, on a été trop timides, trop timorés dans le jeu, avec des approximations, pas assez de jeu vers l'avant et un but évitable encaissé. Après on a fait une 2e période de conquérants. On a eu des occasions qu'on aurait dû mieux négocier. Ils ont été costauds, solides, à l'image de ce qu'ils sont capables de faire. Lille est armé pour rester très longtemps tout là-haut (...). On a attaqué le match trop tard. On a réussi à mettre le pied sur l'accélérateur à la 46e mais il aurait fallu le faire plus tôt. On a réussi à s'installer chez eux, à très vite presser à la perte du ballon. Mais ça ne fait pas tout, il faut être plus vertical. On va récupérer, travailler et préparer le match de Marseille (samedi pour la 22e journée). »

Christophe Galtier (entraîneur de Lille) : « Il fallait être très solides. On connaissait la qualité et la dynamique actuelle du Stade Rennais. Notre première mi-temps a été très bonne. On aurait pu être plus dangereux sur les transitions et la profondeur (...). En deuxième période, ça a été plus difficile, notre bloc a commencé à reculer. On aurait pu être en danger mais les doublons sur les côtés ont été efficaces. C'est une victoire très importante. C'est un adversaire direct (pour les places européennes) qu'on met à neuf points. On est sur un bon rythme. Il y a des écarts qui se creusent mais on est quand même assez loin de la fin. Il faudra bien démarrer la série de matchs qui va débuter dimanche, avec des matchs tous les trois jours. Mais ce matelas va nous permettre de gérer et digérer les contre-performances, parce qu'il y aura des moments difficiles (...). Je ne pense pas qu'on soit un concurrent à Paris, compte tenu de la qualité de leur effectif et du jeu proposé. Mais on va se battre, on va s'accrocher. Match après match, on ne lâchera rien et on verra à 6/7 journées de la fin, où on en est pour le sprint final. »

Dijon FCO - RC Strasbourg Alsace : 1-1

David Linarès (entraîneur de Dijon) : « Je pense que c'est un bon point face à un bon adversaire qui a obtenu les meilleures occasions et (tout en étant) revenus à la marque. Cela veut dire qu'il y a des vertus mentales importantes, que mes joueurs ont refusé la défaite. C'est bien d'avoir marqué un but sur notre terrain, ce qui n'était plus arrivé depuis six matchs, mais le vrai soulagement aurait été de gagner. J'ai bien aimé l'apport des joueurs entrants, dont Roger Assalé et Moussa Konaté. Nous sommes invaincus depuis quatre matchs, c'est une bonne série. »

Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg) : « Je ne suis pas déçu d'avoir vu Dijon revenir à la marque mais déçu de ne pas avoir marqué plus au vu du nombre d'occasions que nous avons obtenues. Je ne suis pas frustré. S'il y a 1-1, il fallait faire attention sur les coups de pied arrêtés. Nous le savions qu'il y aurait du danger sur ces phases côtés dijonnais mais il y a eu suffisamment d'occasions pour nous pour remporter la mise. C'est là que nous pouvons être déçus. Dijon s'est battu jusqu'au bout mais il faut être efficace et nous ne l'avons pas été suffisamment à l'inverse de notre match contre Nîmes gagné 5-0. On repart avec un point, c'est un moindre mal. On s'en contentera, pour l'instant. On fait tourner le compteur mais nous aurions dû repartir avec la victoire, c'est net. Nous avons perdu deux points alors que nous avons maîtrisé le match à l'image du premier tir dijonnais déclenché à la 45e minute. J'ai quand même aimé l'élan de l'équipe. »

FC Metz - FC Nantes : 2-0

Frédéric Antonetti (entraîneur de Metz) : « On a fait un match solide sur le plan défensif. C'est très difficile de marquer un but. J'ai quelques regrets dans le jeu, on a encore du travail. Mais on a marqué un très beau but en première période. Nantes est une équipe très difficile à gérer, il fallait beaucoup de patience. On n’aurait pas été capable de réaliser ce genre de match il y a un an, on progresse. Il faut savoir s’adapter, on n'est encore pas assez bon pour déstabiliser une équipe dans le jeu, avec des passes. 31 points, c'est bien mais on raisonne avec l'idée de s’améliorer à chaque match. Il fallait bien le négocier et ne pas se faire surprendre. On a retenu les leçons du match contre Brest. Dans la défaite comme dans la victoire, il faut retenir les choses. Notre politique sportive est de relancer les joueurs, aujourd'hui, cela marche avec beaucoup de blessés majeurs. Parfois, cela ne marchera pas. »

Aaron Leya-Iseka (attaquant de Metz) : « On a été solide durant les 90 minutes et on a su profiter des occasions qu'on a pu avoir. On veut rester très humble et prendre les matchs les uns après les autres. Au fil des matchs, on commence à mieux se comprendre avec Farid (Boulaya), ce ne peut être qu'un point positif pour l'équipe. Petit à petit, je commence à comprendre un peu tout le monde et ils commencent à me faire un peu plus confiance. Avec humilité, on va essayer d'avancer tous ensemble. Quand on voit les ballons revenir de derrière, cela nous booste, ce sont des défenseurs magnifiques. On doit rester humble, ne pas être euphorique. La confiance s'installe de plus en plus. »

Charles Traoré (défenseur de Nantes) : « Ça passe par l'envie d'abord mais on n'a pas mis assez d'envie. On jouait les mains dans les poches, il faut arrêter de croire qu'on est en haut, on est en bas. Il faut se dire les choses. Il faut vite tirer la sonnette d'alarme. On joue le maintien. Les concurrents directs prennent le large. On se fait bouger dans les duels, il n'y a pas de révolte. Bien sûr qu'il faut être inquiet. Il faut plus de révolte, d'envie. Il faut arrêter de croire qu’on est arrivé. On n'a pas été bon aujourd’hui. On ne peut s'en prendre qu'à nous même, c'est nous les premiers coupables. Il faut arrêter de dire que ce sont les entraîneurs. Il faut agir sur le terrain. Le groupe peut s'en sortir, il faut sortir les 'cojones'. »

Raymond Domenech (entraîneur de Nantes) : « Charles Traoré (défenseur nantais qui fustige un manque d'envie) exagère, il est déçu, on l'est tous. Mais on n'a pas joué les mains dans les poches. Ce n'est pas un problème d'envie, c'est un ensemble de détails qui font qu'on ne peut pas jouer le coup à fond. On gâche très vite nos actions offensives. Jusqu'à maintenant on pouvait parler de qualité de jeu mais là, on est dans le dur, les joueurs doivent en prendre conscience. Les erreurs s'accumulent. Le FC Metz est une équipe solide mais on n'a pas été bousculé. Pour nous, c'est un match qui peut rester à 0-0 mais il ne faut pas faire d'erreurs dans ces situations. Les efforts, ils en font, les courses aussi. C'est la gestion du ballon qui me gêne, pas la récupération. Je n'ai rien à leur reprocher sur l'état d'esprit. C'est un problème de qualité. On gâche nos occasions par de mauvaises passes, de mauvais choix. »

Stade de Reims - Stade Brestois 29 : 1-0

David Guion (entraîneur de Reims) : « On a fait une entame de match difficile car on a manqué d’agressivité. Ensuite, on a rajouté cette dose d’agressivité qui nous a permis de reprendre le ballon. On a eu des grosses occasions, on marque sur un but chanceux mais sur le nombre d’occasions qu’on a eues, c’était logique de mener à la pause. À la mi-temps, malgré son but très chanceux, Natha (Mbuku) était très déçu de ne pas avoir marqué sur ses deux grosses occasions. Il a été un peu chambré dans le vestiaire. Je n’oublie pas qu’on a eu de la malchance ces derniers temps, cette fois-ci, ça a joué en notre faveur. En seconde mi-temps, on a fait preuve de discipline collective et de solidité et l’état d’esprit était très bon. Finalement, à la fin du match, Rajkovic n’a pas eu d’arrêt à faire et la victoire est méritée. Je voulais une remise en cause par rapport à la défaite à Lille et ce match me donne des indicateurs que l’équipe avance et qu’elle est sur le bon chemin. Ça nous apporte de la confiance pour la suite. »

Nathanaël Mbuku (attaquant de Reims) : « On peut dire que j’ai eu du nez (rires) ! C’est un but chanceux mais on a provoqué la chance car j’étais dans la surface à ce moment-là. Bon, heureusement que le ballon arrive sur ma tête parce que ça fait but. Avant, j’avais eu deux situations plus simples mais je ne les avais pas mises au fond. J’étais un peu frustré. Si on n’avait pas pris les 3 points, je l’aurais pris pour moi. C’est une victoire qui fait du bien après la défaite à Lille. »

Olivier Dall'Oglio (entraîneur de Brest) : « On a eu la maîtrise sur l’ensemble du match, on s’en doutait, face à une équipe de Reims qui a joué regroupée et qui a bien joué le coup. Il y a de la frustration, surtout vu le but qu’on a pris, une frappe qui doit finir 10 mètres à côté et qui finit finalement dans notre but. C’est frustrant de se dire qu’on n’est pas dépassé par notre adversaire mais qu’on prend un but casquette sur lequel le joueur rémois (Nathanaël Mbuku) a presque été assommé. On manque de chance en ce moment mais on ne va pas se cacher derrière ça. En termes de finition, ça fait quelques temps qu’on manque de tranchant et de précision. On a eu des situations mais manqué de présence dans les 18 mètres. J’attends une amélioration offensive depuis plusieurs semaines mais elle n’est toujours pas là. À force d'enchaîner les situations sans les mettre au fond, je sens que mes attaquants sont moins en confiance. La philosophie de jeu, elle est là mais on a besoin d’aller chercher des points pour se maintenir. On a fait des bonnes choses depuis le début de la saison mais il faut confirmer. »

Girondins de Bordeaux - Angers SCO : 2-1

Jean-Louis Gasset (entraîneur de Bordeaux) : « Dix points sur 12 (en 2021), c'est bien. On a fait une entame de match où on mérite de prendre l'avantage. On a marqué deux buts, on en a eu un de refusé, une situation en plus. Il aurait fallu que dans ce temps fort où on était très bon, on fasse une différence plus grande. Face à des équipes comme Angers, qui ne lâchent rien, si jamais ils rentrent dans le match, on devient fébrile, il fallait faire une différence plus grande. On devient fébrile, techniquement on est moins juste, on perd des ballons, ils prennent le dessus et on souffre. Il aurait fallu mieux contrer en 2e mi-temps. On a fait des changements, avec une équipe plus défensive. On a eu une situation de contre qui aurait pu être fatale pour eux. Ce que je retiens, c'est que les joueurs sont allés au bout des choses. C'est l'état d'esprit de l'équipe qui, quand elle tient quelque chose, fait le maximum pour rester invaincue dans cette année 2021. Je suis content pour Hwang qui a mis deux buts. Quand il passe sur le côté, il ne rechigne pas, il est courageux, il revient se placer, il contre. C'est le joueur idéal pour un entraîneur. »

Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers) : « On a fait une entame de match catastrophique. On a couru après le score tout le match. On a eu le mérite de revenir et on aurait dû au moins égaliser, cela aurait été la moindre des choses. Ce n'est pas faute d'avoir essayé mais on n'a pas été suffisamment lucide dans les choix et les derniers gestes et on a manqué de réussite aussi. La réussite, je peux l'entendre et la comprendre. On pourra parler de ce que l'on veut pendant une heure et quart mais le premier quart d'heure n'est pas conforme à ce que l'on doit proposer. On ne peut s'en prendre qu’à nous-mêmes. Il a manqué de tout dans ce premier quart d'heure d'un très faible niveau, dans tous les domaines, ils ont bien profité et après on a fait ce que l'on sait bien faire et on a été bon. Je n'ai pas envie de trouver d'excuse car on n'a pas d'excuse. On a été très largement au niveau et même au-dessus d'eux sur l'ensemble mais à l'arrivée, ils sont devant au score. On bute par un mauvais choix, un mauvais geste. Ce soir, on le paye cher. 15 tirs à 7, une domination sans partage. Ce n'est pas possible de dominer la 2e mi-temps comme on l'a fait et ne pas marquer. »

AS Monaco Olympique de Marseille : 3-1

Niko Kovac (entraîneur de l’AS Monaco) : « Je veux féliciter mes joueurs pour cette victoire contre une très bonne équipe de Ligue 1 Uber Eats. On n'a pas débuté comme on le souhaitait, contrairement à Angers et Montpellier. Mais ensuite, on a eu la possession du ballon et on a mérité la victoire. En première mi-temps, on n'a pas eu les situations voulues. On perdait le ballon trop vite. Ruben (Aguilar, sorti à la pause, ndlr) a fait un bon boulot mais il fallait un joueur capable d'aller provoquer en un contre un. C'est pourquoi Golovin est entré. On le fait revenir progressivement depuis sa blessure. Il m'a dit s'être très bien senti après le match. Ses deux corners étaient aussi de très haut niveau. A Nantes, sans Aguilar, Golovin peut être une possibilité d'entrée. Krépin (Diatta) aussi. Je suis heureux qu'il soit là. Il peut nous aider. Il a couvert Thauvin à son entrée, sur le côté gauche. Puis quand Thauvin est sorti, il est passé à droite. Jovetic et Pellegri sont aussi une possibilité. (sur la situation en championnat) Je me souviens Marseille, Lille et Rennes à l'extérieur cette saison (trois défaites, ndlr). Maintenant, on a un challenge : les battre chez nous. Nous gardons les pieds sur terre. On veut progresser. Il faut laisser le 7e au classement le plus loin possible. Ce doit être notre principal objectif. On verra plus tard où on se situera. (sur les 19 buts sur coups de pied arrêtés). On a de très bons centreurs, de très bons receveurs. Je suis très content. On a marqué sur trois coups de pied arrêtés. J'apprécie ça. »

Aurélien Tchouaméni (milieu de l’AS Monaco) : « On travaille les coups de pied arrêtés à l'entraînement. C'est le fruit du travail, notamment la veille. Robert Kovac s'occupe de la tactique sur coup de pied arrêté. C'est une grosse victoire, la quatrième consécutive. Quand on fait ce type de prestations, on a le droit d'être ambitieux. Tout dépendra de nos séries. On a été moins bien en décembre. On connaît maintenant de mieux en mieux les attentes du coach. Le groupe monte en puissance. »

André Villas-Boas (entraîneur de l’OM) : « Le but d'entrée en deuxième période nous fait très mal. On a perdu confiance. On a pris trois buts sur coups de pied arrêtés alors qu'on était solide dans ce domaine. La première période était bien, la deuxième pas très bonne. Il n'y a pas de crise, l'état d'esprit était bien, les joueurs concentrés, focalisés. Mais on perd confiance. Je pense qu'on va s'en sortir parce que les mecs donnent tout. Mais en ce moment, on continue à prendre des buts. On a aussi perdu Rongier (tendon d’Achille) ce matin. Le duo Gueye-Balerdi a plutôt bien fonctionné, mais en deuxième période on n'a plus maîtrisé le jeu. J'espère retrouver Bouba (Kamara) et on a une semaine pour travailler avant Rennes. La saison dernière, on ne prenait pas de but sur corner, cette année oui. Monaco est la meilleure équipe de France sur les coups de pied arrêtés et ils nous ont fait souffrir avec ça. Milik ne joue pas depuis le 15 novembre. On ne veut pas prendre trop de risques. Mais il va travailler toute la semaine, on peut le mettre en condition physique pour jouer un peu plus. Il est entré dans une mauvaise période. Il faut lui donner des ballons, trouver la bonne dynamique. On est loin de la 3e place mais tout peut se passer. On est à -9 par rapport à la saison dernière. Ce sont des moments durs mais j'espère qu'on va s'en sortir. Monaco s'est échappé un peu mais on doit insister, il n'y a pas le choix. »

RC Lens OGC Nice : 0-1

Adrian Ursea (entraîneur de l’OGC Nice) : « Toutes les victoires font du bien, mais particulièrement celle-là au regard de la semaine qu'on vient de passer. Les joueurs ont pris conscience de la situation dans laquelle on se trouvait. Vu le scénario des matchs précédents, où on s'était livré pas mal, on s'était dit qu'on avait besoin de se rassurer défensivement et de retrouver un collectif et des vertus de solidarité. C'est un bon bol d'air mais cela ne veut pas dire que tous les problèmes sont réglés. L'idée, c'est de pouvoir s'appuyer sur le match de ce soir. Ce n'était pas un match fabuleux à voir mais ça a été terriblement efficace pour nous. »

Pierre Lees-Melou (milieu de l’OGC Nice) : « On a retrouvé un état d'esprit et de la solidarité, de la communication. Certes, on sait qu'on n'est pas encore beau à voir, mais on a eu l'efficacité et on repart avec les trois points. Il faudra maintenant mettre plus d'agressivité sur le plan offensif. On s'était beaucoup parlé donc on est content car on est passé des paroles aux actes. On n'a pas été super bon mais on a retrouvé ces atouts, la solidité et la solidarité. On va tout faire pour garder cela et après se reconcentrer sur le jeu. »

Franck Haise (entraîneur du RC Lens) : « Vu notre entame de match, on manquait de fraîcheur, de dynamisme, ça m'a paru assez vite évident. Dans l'utilisation du ballon, on a été à contre-courant, avec beaucoup de déchet technique. On manque un peu de qualité technique face aux blocs compacts car quand il n'y a pas d'espace, il faut arriver à créer des déséquilibres. Les joueurs ont eu beaucoup de bonne volonté, ils ont poussé jusqu'au bout mais sans être extrêmement dangereux. Mais on n'a pas été suffisamment bon pour marquer un but. Face à des blocs bas, on n'y arrive pas. On a la volonté mais il nous manque cette justesse qui peut amener des occasions nettes. »

Paris Saint-Germain – Montpellier Hérault SC : 4-0

Mauricio Pochettino (entraîneur du Paris Saint-Germain) : « Je me sens bien, je suis content d'être de retour (il a eu la Covid, ndlr). Mbappé, j'étais déjà content de son rendement avant ce soir. Je suis content qu'il ait marqué, je sais que pour un attaquant, marquer des buts est fondamental, pour la confiance. Mais nous savions que c'était seulement une question de temps. Je suis très content de l'investissement de Neymar, de ses efforts, de ce qu'il fait depuis des semaines. L'équilibre défensif et offensif est très important pour une équipe. Avec autant de joueurs de talent, des fois on peut perdre l'équilibre défensif. »

Michel Der Zakarian (entraîneur du Montpellier Hérault SC) : « Déjà contre Paris c'est compliqué à onze contre onze, alors quand tu te retrouves au bout de 20 minutes à dix... Les faits de jeu tournent contre nous, le premier but qu'on prend, on veut faire un changement parce que Flo (Mollet) se blesse, et on prend le but (à neuf contre onze, ndlr). On a fait ce qu'on a pu. Ça fait sept matchs qu'on rame... On a connu des hauts et des bas, mais on fait trop d'erreurs défensives, c'est notre péché, beaucoup d'erreurs individuelles, beaucoup de pénaltys concédés... Moi qui n'aime pas prendre de but, c'est difficile. Il va falloir rester uni, soudé, retrouver de l'allant. Il faut travailler pour renouer avec la victoire contre Lens. »

Les contenus les plus consultés