Frédéric Guilbert, le nouveau latéral droit du RCSA.
J28

Frédéric Guilbert, la bonne pioche de Strasbourg

Publié le 02/03/2021 à 17:00 - AFP

Partager

Arrivé cet hiver en prêt pour remplacer Kenny Lala, Frédéric Guilbert réussit ses débuts au RC Strasbourg Alsace, qui reçoit l’AS Monaco, mercredi (21h), pour le compte de la 28e journée de Ligue 1 Uber Eats.

Le prêt de Frédéric Guilbert au RC Strasbourg Alsace ? « Tout le monde est gagnant pour l'instant », a résumé l'entraîneur Thierry Laurey après les débuts réussis du défenseur prêté par Aston Villa, qui sera encore l'un des atouts alsaciens contre l’AS Monaco, mercredi, en Ligue 1 Uber Eats (21h).

Prêté fin janvier par le club basé à Birmingham (Premier League), le latéral droit normand totalise 2 passes décisives en 3 matchs de championnat, avant d'accueillir l'ASM, équipe en forme du championnat, mercredi soir pour la 28e journée de Ligue 1 Uber Eats.

Avec cinq points d'avance sur le barragiste, le Nîmes Olympique, les Strasbourgeois sont loin d'être sortis d'affaire mais ils ont trouvé le remplaçant idéal de Kenny Lala, transféré à l'Olympiakos. « Il ressemble assez à Kenny avec un profil assez offensif », s'est félicité Laurey.

Lors du bon nul obtenu dimanche à Lille (1-1), leader du championnat, Guilbert (26 ans), a confirmé avec une 2e passe décisive : un centre puissant repris de volée par Ludovic Ajorque. « On ne l'a pas vu encore mais sur coup franc, il est très habile, ajoute Laurey. A nous de provoquer des fautes dans les 20-25 derniers mètres. Il a un pied droit qui est largement le penchant du pied gauche de 'Dim' (Liénard). »

Outre-Manche, l'aventure à Aston Villa avait plutôt bien commencé la saison passée pour Guilbert (25 matchs), mais l'arrivée de Matty Cash, acheté à Nottingham Forest (D2 anglaise) durant l'intersaison, a poussé le Normand sur le banc.

Capacité à rebondir

Aujourd'hui, le joueur formé au SM Caen s'est relancé en Alsace alors que Matty Cash s'est blessé en Premier League. « S'il s'était blessé en décembre, je ne serais pas parti. Mais je suis à Strasbourg désormais et c'est le meilleur groupe dans lequel (j'ai évolué), je ne me suis jamais aussi bien senti », a confié Frédéric Guilbert.

Sa capacité à rebondir rapidement, le Normand l'a déjà montrée à Caen, son club formateur qui ne l'a pas conservé à 19 ans. « Quand on n'est pas retenu, c'est qu'il manque quelque chose. J'étais peut-être encore un peu frêle mais c'est comme ça. »

A cette époque, Guilbert trouve un point de chute en CFA (4e division), à Cherbourg. François Rodriguez, son ex-entraîneur en U17 et U19 nationaux, avait tout fait pour « convaincre » la cellule pro caennaise de le conserver. « Être frêle, ce n'est pas un gage pour dire : "on continue ou on ne continue pas". Au contraire, avec son potentiel, cela voulait dire qu'il avait une marge de progression importante. Le club a manqué de patience », analyse le technicien, actuel directeur du centre de formation du Havre AC (Ligue 2 BKT).

Reconquérir Aston Villa

Le parcours du latéral lui donnera raison. Car une saison en amateur à Cherbourg suffit à Guilbert pour être repêché par les Girondins de Bordeaux. « C'est Patrick Battiston qui m'a repéré lors d'un match contre la réserve du club bordelais », rappelle le Normand, qui débutera un an plus tard en Ligue 1 Uber Eats, en avril 2015, sous les ordres de Willy Sagnol.

A l'automne 2016, retour au SM Caen. « L'histoire est belle. Finalement, les dirigeants ont constaté qu'il était aguerri et pouvait apporter à l'équipe pro », souligne François Rodriguez.

Suffisamment pour séduire la Premier League et Aston Villa, qu'il compte bien reconquérir en mettant à profit son passage à Strasbourg. « S'il est bon, il sait très bien qu'il pourra repartir en Angleterre en ayant marqué des points », estime Dimitri Liénard.

Et Laurey d'ajouter : « Il sait pourquoi il est venu. Il n'est pas venu pour goûter la choucroute ou visiter la cathédrale », lance l'entraîneur. Et pour l'instant, tout le monde est gagnant.