Hugo Ekitike (Stade de Reims).
J16

Hugo Ekitike, un rayon de soleil dans le ciel rémois

Publié le 02/12/2021 à 12:21 - avec AFP

Partager

Entré à vingt minutes du coup de sifflet final sur la pelouse du Groupama Stadium, Hugo Ekitike a offert au bout du temps additionnel une victoire de prestige au Stade de Reims face à l’Olympique Lyonnais (1-2), mercredi, dans le cadre de la 16e journée de Ligue 1 Uber Eats. De quoi confirmer son bon début de saison.

Il fallait être visionnaire, en début de saison, pour imaginer qu'à la trêve, l'attaquant numéro 1 du Stade de Reims se nommerait Hugo Ekitike. Certes, le longiligne avant-centre (1,90 m, 76 kg), formé au club, avait inscrit quatre buts en préparation, mais il ne partait pas favori pour occuper le front de l'attaque rémoise.

« Il a commencé la saison comme quatrième attaquant, maintenant, il joue presque tous les matchs, car il le mérite », a rappelé récemment son entraîneur, Oscar Garcia, en conférence de presse. Après seize journées, l'avant-centre de 19 ans compile huit titularisations et six buts. Sur la pelouse de l’OL, mercredi, il a délivré les siens en marquant un but plein de sang-froid au bout du temps additionnel.

Il est désormais est impliqué sur au moins un but lors de ses 3 derniers matchs à l'extérieur en Ligue 1 Uber Eats (3 buts). Un beau parcours, un an et demi après la signature de son premier contrat professionnel. Rémois de naissance, Ekitike est repéré par le Stade de Reims à 11 ans alors qu'il joue à Cormontreuil, une commune limitrophe.

« Dès le début, on a vu qu'il avait des qualités indéniables pour son âge », se remémore Franck Chalençon, entraîneur du groupe Pro 2 qui évolue en National 2. « Il avait déjà cette aisance, cette fluidité, et la qualité de ses déplacements était déjà très intéressante pour son âge ». Le jeune homme est également déterminé.

« Quand Hugo est arrivé au centre de formation, il n'était pas interne. Ses parents habitaient à 30 kilomètres de Reims et il venait par ses propres moyens. Il se levait à 6H30, prenait le train, le bus… Ça montrait sa motivation. Au bout d'un an, on lui a proposé de rester à l'internat ». Ekitike gravit chaque échelon jusqu'au National 2.

Un prêt bénéfique au Danemark

Au moment de signer son premier contrat professionnel, en juillet 2020, il compile 5 buts en 12 rencontres, à seulement 17 ans. La saison suivante, l'attaquant dispute deux bouts de matchs de Ligue 1 Uber Eats, avec le numéro 34 sur le dos, dans l’ombre de Boulaye Dia (14 buts). Ekitike prend alors une décision importante, lors de la trêve hivernale : rejoindre Vejle, en Superligaen danoise.

« Il aurait pu se contenter de rester à Reims, de faire quelques bouts de matchs avec les pros, cela aurait été plus confortable pour lui », estime le formateur, Franck Chalençon. « Partir à 18 ans, dans un championnat comme le Danemark, alors qu'il n'avait jamais quitté le cocon familial… Il fallait être armé. Ça montre bien son état d’esprit. Quand il est revenu, j’ai trouvé que c'était surtout l'homme qui avait changé ».

Le joueur aussi, désormais meilleur buteur de Reims. Même s'il lui reste des paliers à franchir. « Il manque encore un peu de puissance. Il doit prendre du muscle, sans perdre sa fluidité et son aisance technique », juge son ancien coach. Son actuel entraîneur se réjouit de ce bon début de saison, mais s'inquiète des performances de ses partenaires, qui peinent à se hisser au niveau d'Ekitike.

Parmi les attaquants rémois, seul le jeune N'Dri Philippe Koffi (19 ans) a trouvé le chemin des filets cette saison, au sein d'une équipe peu dangereuse (18 buts, 17e attaque de l’élite). « Hugo peut marquer beaucoup de buts, mais il n'en mettra pas 20 ou 30, même si on l'espère ! J'espère beaucoup des autres attaquants et on sait que la production offensive est l'une des choses qu'on doit améliorer », analyse Garcia.

« Beaucoup d'équipes ont des joueurs expérimentés de Ligue 1 Uber Eats qui ont l'habitude de marquer au moins 10 buts. Nous, nous avons seulement de jeunes attaquants qui commencent leur carrière ». Celle d'Ekitike s’annonce prometteuse.