Actualité

A Nice, Aaron Ramsey a déjà conquis tout le monde

A Nice, Aaron Ramsey a déjà conquis tout le monde

Actualité
Publié le 18/08 à 09H27 - AFP

Partager

Après deux nuls en Ligue 1 Uber Eats, l’OGC Nice comptera sur l’expérience européenne d’Aaron Ramsey jeudi à l’occasion du barrage aller de la Ligue Europa Conference, face au Maccabi Tel-Aviv.

« Il se comporte magnifiquement » : en une phrase, l'entraîneur de Nice Lucien Favre résume l'opinion que suscite en interne l'international gallois Aaron Ramsey depuis son arrivée sur la Côte d'Azur.

A Toulouse, lors de la première journée, Ramsey a égalisé (1-1) sur le deuxième ballon qu'il a touché. Un bijou inscrit après une frappe millimétrée, sans contrôle. « Il était connu pour mettre des buts, c'est ce qu'il a fait », a savouré Lucien Favre.

Le technicien suisse a rapidement été conquis par le joueur de 31 ans, qui a résilié le mois dernier son contrat avec la Juventus Turin une semaine avant de s'engager pour l’OGCN, sur la base d'un « intérêt mutuel ».

Une grosse expérience européenne

« Il nous apporte son expérience, assure Favre. Il a quelque chose, indiscutablement. Il sait se démarquer intelligemment, être efficace ». Nul doute qu’avec ses 81 matchs européens en carrière cela sera encore le cas à l’occasion du barrage aller de la C4 contre le Maccabi Tel-Aviv.

Dans le groupe, « Aaron est un super mec », ajoute le Néerlandais Calvin Stengs, qui avoue : « Il m'a fait une grosse impression. »

Pourtant, après lui avoir offert un quart d'heure de jeu à Toulouse, Favre y « va vraiment très progressivement » avec sa perle galloise, victime blessures à répétition depuis deux saisons. Pour sa première l’Allianz Riviera, dimanche contre Strasbourg (1-1), l’ex-Turinois a disputé 22 minutes.

Deux jours auparavant, le joueur était d'ailleurs allé reconnaître son nouveau stade, découvert lors d'une défaite contre la France en préparation à l'Euro 2020 (0-3, le 2 juin 2021). La veille, il avait aussi eu l'occasion d'échanger longuement avec Arsène Wenger, invité par le club et qui a été son mentor à Arsenal. Comme Favre, le manager français est certain de l'apport de l'ancien Gunner cette saison.

« Toujours positif »

Malgré plusieurs blessures qui ont pu attendre sa confiance, « il a vraiment l'air content d'être là. (...). Il se comporte magnifiquement car il est toujours positif et peut même être marrant », précise le coach suisse des Aiglons.

Ramsey n'a plus joué un match complet depuis le 5 juin, lors de la qualification galloise pour la Coupe du monde contre l'Ukraine (1-0). Il était milieu axial aux côtés de Joe Allen dans un 3-4-3. Mais son intelligence tactique lui permet de s'adapter à tout type de schéma.

Entre Nice et Ramsey, qui se sont unis pour une saison (plus une en option), le contrat est clair : le joueur aide l'équipe par son expérience, son professionnalisme et sa montée en puissance doit lui permettre d'arriver en forme pour le Mondial au Qatar fin novembre.

« Oui, l'optique de disputer la Coupe du monde est très importante, souligne le joueur aux plus de 70 sélections. Mais avant, je me dois d'être focalisé sur Nice, d'aider mes partenaires à atteindre les objectifs définis. »

A Nice, Ramsey semble avoir gommé d'un seul coup ses deux années galères en Italie, ponctuées par un prêt de six mois aux Glasgow Rangers, dont il ne gardera pas un souvenir impérissable, puisqu'il a loupé le seul tir au but de son équipe en finale de Ligue Europa contre Francfort (0-0, 5 tab à 4).

« Ces deux ans ont été une belle expérience après 11 ans à Arsenal, relativise le nouveau n°16 du Gym. Je suis sorti de ma zone de confort ». Au Gym, il a découvert « l'histoire du club », « un projet enthousiasmant », qui « a contribué à me faire franchir le pas. Je suis heureux d'être là », dit-il.