Bilan

RC Lens : Brice Samba, un style qui séduit

RC Lens : Brice Samba, un style qui séduit

Bilan
Publié le 21/09 à 12H42 - LFP

Partager

Troisième top défense de la saison en Ligue 1 Uber Eats, le RC Lens profite des performances de choix de son nouveau gardien, Brice Samba (28 ans). Focus.

Arrivé cet été de Nottingham Forest après trois saisons de Championship (D2 anglaise), le gardien Brice Samba fait déjà l'unanimité au RC Lens et est le symbole de la sérénité défensive artésienne qui semble à toute épreuve après le nouveau clean sheet ramené de La Beaujoire contre Nantes (0-0), son 3e de la saison. Seul le Parisien Gianluigui Donnarumma fait d’ailleurs mieux (5).

Le portier formé au Havre AC sait rassurer sa défense même s'il peut se laisser aller à des gestes risqués à l'image de son petit lob face à Ludovic Blas, dimanche, et ces deux ballons cueillis d'une seule main, la gauche. A Monaco, sur un centre adverse (4-1, 3e journée). Contre Troyes, sur un tir lointain d'Adil Rami (1-0, 7e journée). Brice Samba se saisit sereinement du cuir, sans en rajouter et sans arrogance.

 

 

Samba, c’est le pied pour Lens !

Autre preuve d'une forte dose de confiance en lui : son jeu au pied et sa volonté de repartir proprement. « J'essaye d’être à la construction le plus possible », a précisé le Franco-Congolais de 28 ans qui est le seul portier du championnat à avoir touché 50 ballons ou plus à deux reprises cette saison (vs Reims et Nantes). Après 8 journées, il s’affiche également parmi les plus adroits avec le 4e meilleur bilan sur les longues passes (45% de réussite) ou encore avec ses 88% de six mètres réussis.

Cette confiance est aussi mêlée d'une insatisfaction et d'un haut niveau d'exigence lié à son statut de dernier rempart. Exemple : en Principauté, mi-août, où Brice Samba regrettait le but encaissé par les siens, sur corner. Pourtant, avec 7 buts concédés sur l’exercice, le Lensois ne voit encore une fois que le portier italien du leader parisien en concéder moins que lui parmi les gardiens ayant disputé tous les matchs cette saison en Ligue 1 Uber Eats.

« Les coups de pied arrêtés sont des détails importants, qui peuvent faire basculer un match. Nous travaillons au quotidien pour régler la mire », souligne Samba. Le travail est justement une valeur qui sied à merveille à ce RC Lens, 4e de Ligue 1 Uber Eats.

Ce qui permet de voir le RCL afficher 18 points après 8 matchs en 2022/23, soit son record à ce stade de la saison et le total le plus élevé pour un 4e en depuis Reims… en 1946/47. De plus, il s’agit de la première fois que les Nordistes demeurent invaincus après 8 matchs sur une saison de Ligue 1 Uber Eats (5 victoires, 3 nuls).

De son côté, Si Samba réalise un bon début de saison avec le 3e meilleur pourcentage d’arrêts (77%), c'est aussi parce qu'il peut s'appuyer sur l'expertise de Hervé Sekli, entraîneur-adjoint chargé des gardiens qu'il avait côtoyé à Caen (2017-2019). « Au quotidien, il m'apprendra toujours quelque chose. Il nous aide énormément à Lens. C'est quelqu’un de simple, comme moi », indique le portier des Sang et Or.

Cette association est gage d'efficacité depuis début août. « Il y a aussi une part de réussite », reconnaît l’ancien de l’OM, auteur de plusieurs arrêts réflexes. « Ces arrêts se travaillent, mais il y a de l'instinct sur le moment. Après, mon but et d’être efficace, de faire l’arrêt. Je me fous de la façon de le faire. Le ballon ne doit pas franchir la ligne », explique-t-il.

Haise : « Il a du leadership »

Franck Haise, le coach du RC Lens, ne tarit pas d'éloge sur son nouveau portier : « C'est un gardien complet. Il a aussi du leadership, comme nous pouvions l’avoir avec Jean-Louis Leca. C'est un compétiteur. Il a su faire les arrêts qu'il fallait. C’est ce qu’un entraîneur peut attendre d’un gardien. »

En le rapatriant en France, le RCL ne s'est pas trompé. Il est bien davantage que le joker devant suppléer, au pied levé, Wuilker Farinez gravement blessé (rupture des ligaments croisés d’un genou).

Cet été, l’ancienne doublure de Steve Mandanda à l’OM avait le choix entre la découverte de la Premier League avec Nottingham Forest, ou le retour en Ligue 1 Uber Eats. Il a opté pour le challenge hexagonal, et un championnat qu’il avait quitté sur une relégation, avec Caen, en 2019.

« Je suis venu à Lens pour apporter ma pierre à l'édifice, promet-il. Le RC Lens est un grand club français. Il veut remonter là où il était. Notre tâche est de mettre ce maillot le plus haut possible. Mon arrivée et celle, précédemment, de Seko Fofana (en 2020), montrent que le club a de l’ambition. »