Actualité

Lee Kang-in, le prodige sud-coréen du PSG

Lee Kang-in, le prodige sud-coréen du PSG

Actualité
Publié le 03/08 à 16:31 - AFP

Partager

De retour en Corée du Sud, où le PSG jouait un match amical, Lee Kang-in jouit d’une cote de popularité certaine même s'il a relié l’Europe dès l'âge 10 ans. Portrait.

Premier joueur sud-coréen du Paris Saint-Germain, Lee Kang-in a testé sa popularité jeudi alors que son nouveau club disputait (et remportait) un amical à Busan contre Jeonbuk Motors, la suite d'un parcours incroyable pour un joueur plongé dans l'inconnu à 10 ans à Valence. Blessé à une cuisse, le milieu de terrain n'avait pas encore pu jouer lors de la tournée asiatique du PSG mais il a pu jouer une vingtaine minutes devant un public conquis, participant à la victoire parisienne 3 à 0 (doublé de Neymar et but d’Asensio).

Lancé par Marcelino

Lee Kang-in (22 ans) a déjà fait preuve d'un mental forgé en choisissant de rester à Valence à 10 ans, après une détection réussie. Ses parents et ses deux grandes sœurs ont tout lâché pour suivre le prodige en Espagne, alors qu'aucun membre de la famille ne parlait un seul mot de castillan, raconte Super Deporte, le quotidien sportif de Valence. Lee Kang-in et un autre gamin de 10 ans avaient effectué le voyage jusqu'à Valence pour un stage en juin 2011, accueillis par l'entraîneur des jeunes Xavi Mocholí, désormais à La Masia, le centre de formation du Barça.

La barrière de la langue a conduit à un malentendu, et le Coréen s'est retrouvé avec les 2000, d’un an plus âgés que lui. Il y avait là notamment Ferran Torres, devenu international espagnol. Mais son engagement physique ne laisse rien paraître, et en quelques touches de balle, Lee convainc Mocholi.

Il est toutefois interdit de recruter un enfant de 10 ans. Après plusieurs réunions, le club explique aux parents que la seule possibilité est que la famille s'installe ici. Elle tente ce pari fou et débarque à Puçol, dans la communauté valenciane, pour réaliser le rêve du jeune garçon. Quelques années plus tard, l'UEFA a enquêté sur ce transfert et n'a rien trouvé à y redire, selon Super Deporte. Kang-in alternait entre le collège de Puçol, où il réussit un sans-faute, et Paterna, le centre d'entraînement du club, où il gravit une à une les marches vers l'équipe première.

« C'était mon rêve, Valence, c'est quasiment toute ma vie », lançait-il en juillet 2018, lors d'un amical contre Lausanne, à 17 ans, lorsqu’il est devenu le premier joueur asiatique de l'histoire centenaire du club à la chauve-souris sur le blason. Il est appelé pour la première fois par l'actuel entraîneur de l’OM, Marcelino, qu'il pourrait retrouver lors de PSG-OM le 24 septembre. Le technicien l'utilisait en relayeur et plus souvent en 10 dans son 4-4-2.

Téléréalité et Park Ji-sung

Lee a débuté avec le numéro 34, celui qu'il portait dans l'émission de téléréalité en Corée du Sud qui l'a révélé avec l'équipe de son école. Le premier prix était une visite avec sa mère à Manchester pour tourner une publicité avec la légende coréenne de United Park Ji-sung. Comme Park en Premier League, Valence comptait sur Lee pour toucher le marché asiatique, et le PSG a la même idée.

« On ne recrute jamais pour des raisons marketing au PSG », assure à l'AFP Sébastien Wasels, directeur du club pour la zone Asie-Pacifique. « Mais par contre, une fois qu'on a des joueurs, on essaie de capitaliser sur leur présence pour essayer de nous aider à nous développer. » Lee, 110 matchs en Liga (9 buts) entre Valence et Majorque, a signé un contrat de cinq ans à Paris.

« Nous ne demandons pas au secteur sportif d'acheter un joueur coréen », abonde auprès de l'AFP le directeur des revenus et du marketing Marc Armstrong, « mais si cela arrive, cela a bien sûr un impact. Quelques jours après sa signature nous avions déjà vendu des milliers de maillots floqués Lee Kang-in ».

Co-meilleur passeur du Mondial U20 en 2019 avec les jeunes Guerriers Taeguk, Lee, buteur en finale sur pénalty, mais battu par l'Ukraine (3-1), est une star au pays du Matin Calme. Il compte depuis 14 sélections avec les A, dont les quatre matchs de la Corée du Sud au Mondial 2022.

(Photo : PSG)