Actualité

FC Nantes : Sissoko, c’est reparti avec Gourvennec

FC Nantes : Sissoko, c’est reparti avec Gourvennec

Actualité
Publié le 12/01 à 10:41 - Avec AFP

Partager

Sous Jocelyn Gourvennec, Moussa Sissoko (34 ans) joue à nouveau les premiers rôles au sein du milieu nantais. Le retour du « Tonton » en Ligue 1 Uber Eats.

« Moussa, depuis un mois, une discussion et c'était reparti. Il a besoin de ressentir cette confiance, c'est un garçon très calme, qui a beaucoup d'influence sur ses partenaires. »

Après ses atermoiements de début de saison, Moussa Sissoko se refait une place dans l'entre-jeu de Nantes et devient un élément-clé sous Jocelyn Gourvennec. A l’image de sa dernière prestation en Coupe de France, à Pau (1-4).

Une nouvelle saison commencée en décembre

Conspué à la présentation des équipes avant la première défaite de la saison infligée à Nice (1-0) début décembre, Moussa Sissoko est sorti sous les applaudissements après 76 minutes.

A 34 ans, l'international français (71 sélections) formé au Toulouse FC puis passé par Newcastle, Tottenham et Watford, n'est pas insensible au verdict du public.

« C'est toujours plus plaisant de recevoir des applaudissements que des huées », a-t-il admis après la rencontre.

Arrivé pour être un meneur et figurant parmi les plus gros investissements du club, il n'avait pu empêcher les Canaris de trembler jusqu'à la dernière journée pour son maintien, la saison passée.

Incertain sur son avenir cet été, il n'avait pas 100 minutes de jeu dans les jambes cette saison, avant le nul contre Le Havre (0-0) pour la 13e journée. Sissoko n’avait joué que 98 minutes à la J12 pour en cumuler 331 sur les cinq dernières journées.

Si ce match contre les Normands a été le dernier de Pierre Aristouy à la tête de l’équipe, Sissoko avait été l'un des rares Canaris à tenir son rang en apportant une touche de combat et de puissance athlétique.

Adoubé par McClaren, Pochettino, Deschamps

« Il a eu du mal au départ, Moussa. +Je pars, je pars pas ?+. Il était un peu dans l'expectative. Je pense que le match contre le Havre lui a fait du bien, pour retrouver des sensations », a jugé Jocelyn Gourvennec qui a depuis pris les rênes de l'équipe.

L'entraîneur breton lui a fait confiance pour son premier match, contre les Aiglons, avec une prestation de patron au cœur du jeu.

« Sur les dernières rencontres, je me sens mieux et je monte en puissance (...) J’ai eu la chance d’enchaîner face au Havre et devant Nice. Ça m’a fait du bien et je pense avoir répondu présent », avait-il raconté.

Pris en grippe par les supporters, il a admis avoir dû faire « le dos rond ». « Si j'avais lâché physiquement et mentalement, je pense que je n’aurais pas pu jouer face au Havre ou le match de Nice », a-t-il raconté.

« Parfois, ce n'est pas facile. Quand on se lève, ça trotte un peu dans la tête mais il faut passer au-dessus. C'est quelque chose que, moi, j'ai toujours su faire durant ma carrière », a-t-il estimé.

Il a, en tout cas, instantanément séduit Gourvennec, comme il avait séduit Steve McClaren avec les Magpies, Mauricio Pochettino aux Spurs ou Didier Deschamps chez les Bleus. Sélectionné 68 fois par « DD », Sissoko confiait en 2016 au JDD, « être fiable en toutes circonstances » pour expliquer son lien avec le sélectionneur national.

Ce dernier déclarait sur son joueur : « En 2016, c’est certainement le meilleur joueur de la finale. Il a beaucoup donné à l’équipe de France à chaque fois c’est un bonheur. Il est toujours à fond, très apprécié (…) Je peux compter sur sa polyvalence élargie ».

Chez les Spurs, Mauricio Pochettino louait (en 2018) les grandes qualités du Nantais : « Je suis très fier de lui parce qu'il a montré qu'il était une belle personne, un homme bien, même un homme très bien, et qu'il était un grand professionnel. Il a beaucoup de qualités. Il se donne toujours à 200 % sur le terrain. »

Des coachs qui ont vu chez lui des choses ayant parfois échappé au grand public.

« L'expérience parle »

« C’est un joueur très expérimenté, très intelligent, avec qui on peut vraiment parler foot. C'est très précieux pour moi, l'entraîneur, pour le staff, mais aussi et surtout, je dirais, pour ses partenaires », a ainsi expliqué Gourvennec qui a trouvé en lui un « point d'ancrage, un relais ».

« Dans les séances d'entraînement, il comprend tout, tout de suite, parce qu'il a beaucoup de vécu. Il a joué dans des grands clubs, il est international français, ça compte », a-t-il souligné.

Le milieu international a endossé naturellement ce rôle de leader, n'hésitant pas à avoir « de petits apartés avec les plus jeunes », a encore indiqué Gourvennec. « Ce sont des petits détails, mais c'est l'expérience qui parle ».

Et sur le terrain, il « a cette capacité à être dans les échanges et de combiner pour fixer, mais il est aussi capable de prendre les espaces et c'est ce qu'on demande à un milieu aujourd'hui », a conclu le technicien.

Aligné lors des cinq dernières journées de l’année 2023, dont quatre fois comme titulaire, une 1ère pour lui en 2023/24, le n°17 du FCN, qui a atteint les 40 matchs avec le club en Ligue 1 Uber Eats, sera sans aucun doute un élément clé du Nantes de Gourvennec en 2024.


Classement de la Ligue 1 Uber Eats