Iliman Ndiaye sous le maillot de l'OM.
Sélections

CAN : Iliman Ndiaye, le Sénégal en tête, toujours

CAN : Iliman Ndiaye, le Sénégal en tête, toujours

Sélections
Publié le 15/01 à 11:00 - AFP

Partager

Le Sénégal affronte la Gambie ce lundi pour son entrée en lice dans la CAN, avec un Iliman Ndiaye (OM) qui rêve de titre après une Coupe du Monde au Qatar encourageante.

De la Normandie à Marseille en passant par l'Angleterre, le parcours d'homme et de footballeur d'Iliman Ndiaye a été tortueux mais le Sénégal a toujours été pour lui un point fixe et un rêve, avec la CAN comme objectif un an après un Mondial encourageant.

Quand le Sénégal, qui affronte la Gambie lundi (15h00) à Yamoussoukro, a enfin remporté sa première Coupe d'Afrique il y a deux ans, Iliman Ndiaye n'était pas encore un "Lion", le sélectionneur Aliou Cissé ne l'ayant appelé pour la première fois que quelques mois plus tard.

« Mais j'étais plus près que loin. C'est comme si j'étais sur le terrain », s'est-il souvenu début décembre, lors d'une rencontre avec quelques médias, organisée par l'OM. « Les voir gagner cette CAN après tant d'années d'échec, ça a fait du bien à tout le Sénégal, à tout le peuple et à moi aussi », a-t-il ajouté.

Iliman Ndiaye a passé quelques années au pays de son père, entre sa naissance à Rouen, un premier passage à l'OM entre 2011 et 2012, au centre de formation, et ses premières saisons de footballeur en Angleterre. Mais le maillot de la sélection n'a jamais quitté son esprit.

« Belle nouvelle »

« Je suivais tout, tout ce que faisait le Sénégal. Ça représentait tout pour moi », a-t-il raconté. « Quand j'ai vécu là-bas, en voyant la culture, ça m'a donné encore plus envie », a ajouté celui qui ne s'est jamais imaginé portant les couleurs d'une autre sélection. « Peut-être que quand j'étais petit, la fédération française (FFF) s'est renseignée, je crois que mon père m'avait dit ça. Mais il savait quel était mon objectif et c'était de jouer pour le Sénégal. Ça a toujours été clair. »

L'objectif a donc été atteint en mai 2022, puis même un peu dépassé avec une participation à la Coupe du Monde au Qatar, lors de laquelle il a participé à trois matchs. « Mon père était trop content. Il était à côté de moi quand le sélectionneur m'a appelé pour ma première convocation, pour me donner cette belle nouvelle », a raconté l'attaquant marseillais. « Il y a eu beaucoup d'émotions, tout ce qu'on s'était dit nous est revenu en mémoire. Ça a été encore plus fort de me voir avec mon premier maillot. Et quand j'ai marqué mon premier but, là c'était trop beau... », a-t-il ajouté.

Mané et El Hadji Diouf

Les premiers passages en sélection ont ensuite permis au dribbleur de 23 ans de côtoyer quelques idoles comme Sadio Mané, bien sûr, « un modèle, une personne bien », mais aussi le fantasque double Ballon d'Or africain El Hadji Diouf, toujours proche de l'équipe nationale.

« El Hadji Diouf... Oh la la la la... Même vous, vous rigolez, vous savez déjà !, s'amuse le Marseillais. Il est trop fort. Encore aujourd'hui, il vient parfois en sélection et il fait les exercices en deux touches avec nous. Il a toujours sa technique ! Il m'appelle souvent, il connaît le foot. Il suit les joueurs de la sélection pour les aider et les conseiller. Et il nous montre les vidéos de ses meilleures actions ! »

Plus de 20 ans après les exploits de Diouf et des autres au Mondial 2022, Ndiaye et ses équipiers ont aujourd'hui l'occasion de laisser à leur tour leur empreinte sur le football africain avec un doublé à la CAN, qui semble envisageable vu la qualité du groupe à disposition d'Aliou Cissé.

« On ne craint aucune équipe et on peut faire le doublé », confirme le timide Ndiaye. Lui, en tous cas, en rêve déjà. « Quand je les ai vus rentrer après la victoire en 2022, quand j'ai vu le monde qu'il y avait, je me suis dit : "Pfff, c'est ça gagner la CAN ?" Je voulais déjà être appelé et essayer de ramener un deuxième titre. »