Bilan

Montpellier, la Zak Machine

Montpellier, la Zak Machine

Bilan
Publié le 06/04 à 14:35 - Stats Perform

Partager

En février dernier, le MHSC a fait revenir Michel Der Zakarian, qui avait déjà dirigé le club à 142 reprises en Ligue 1 Uber Eats entre 2017 et 2021… et qui, seulement quelques mois auparavant, entraînait encore le Stade Brestois. Un choix payant sur le terrain et dans les chiffres.

Les chiffres sont têtus. En l’occurrence, ils sont suffisamment explicites pour montrer l’impact du retour de Michel Der Zakarian sur le banc d’un MHSC invaincu depuis 7 journées.

Seulement 15e de Ligue 1 Uber Eats avec 20 points avant la 23e journée, le Montpellier HSC est le leader du classement sur les 7 rencontres suivantes avec le Franco-arménien à la tête de l’équipe. Le club pourrait même égaler son total de points en cas de victoire face à Toulouse ce week-end lors de la J30. Avec 17 points sur les 7 premiers matchs de ce mandat (5 victoires, 2 nuls), « Der Zak » devance d’ailleurs d’au moins 3 unités les temps de passage de tout autre entraîneur montpelliérain (14 points à ce stade pour René Girard et Frédéric Hantz). Il est vrai que pour cet habitué de la maison, la question de l’acclimatation ne s’est pas posée. « Je connais tout le monde au club », avouait l’intéressé avant sa première…contre Brest (3-0, J23). Insuffisant toutefois pour expliquer un tel redressement.

Prêts pour la bagarre

Un but encaissé, parfois moins, jamais plus : un coup d’œil aux résultats de Montpellier sur les 7 dernières rencontres et c’est la solidité défensive retrouvée qui saute aux yeux. Ainsi, Benjamin Lecomte et sa défense ne sont allés chercher le ballon dans leurs filets que trois fois depuis deux mois, seule l’arrière-garde rémoise fait mieux (2). Surtout, avec 4 clean sheets en 7 journées, le MHSC a égalé son total en 22 rencontres sous la direction d’Olivier Dall’Oglio puis de Romain Pitau cette saison.

Est-ce simplement le fameux électrochoc à la suite de l’arrivée d’un nouvel entraîneur, qui plus est réputé pour sa volonté de construire ses équipes par la base arrière ? Le modèle des « Expected Goals » confirme une certaine surperformance défensive : l’écart de 4.2 entre les buts réellement encaissés (3) et ceux que le MHSC « aurait dû » concéder (7.2) est le 4e plus haut de Ligue 1 Uber Eats sur la période. A cela s’ajoute aussi un Benjamin Lecomte déterminant avec le 2e meilleur pourcentage d’arrêts (88%) sur les sept dernières journées.

Mais comme cette réussite se provoque, Michel Der Zakarian semble avoir fait le choix de l’interventionnisme sur le plan défensif.

Le coach pailladin ne sera certes jamais un disciple de Jürgen Klopp, ni son Montpellier un adepte du pressing tout terrain – ce dernier n’a d’ailleurs réussi que 79 pressings gagnants depuis mi-février, 18e total. Mais il laisse ses adversaires moins respirer, démarrant ses actions de plus haut que ses prédécesseurs cette saison (à 41.2 mètres de ses buts en moyenne, contre 39.4 mètres auparavant), réalisant plus d’actions défensives par match (33.8 contre 27) et concédant moins de passes à l’adversaire avant d’effectuer lesdites actions défensives (10.3 contre 12.3). Une des raisons pour lesquelles il a visiblement serré la vis auprès des joueurs. Le « Il faut être exigent dans l’hygiène de vie et être affûté pour réussir à répéter les efforts nécessaires », a fait partie de ses premiers messages adressés à son retour.

De quoi esquisser le profil d’une équipe valeureuse, qui se lance dans la bagarre… pour la gagner : 2e aux duels remportés depuis le retour de « MDZ » (415 – derrière Strasbourg à 438), Montpellier est aussi l’une des deux seules formations, avec Clermont (114), ayant subi plus de 100 fautes adverses dans ce même laps de temps (103). Les nouveaux coéquipiers d’Issiaga Sylla ont également réussi 107 interceptions, au moins 17 de plus que toute autre équipe.

Droit au but

Moins mise en lumière, l’attaque héraultaise brille également ces deux derniers mois : avec 14 buts en 7 matchs, elle n’est devancée que par celle du LOSC (16), alors que son total d’Expected Goals (12.96) est le 3e derrière le LOSC, encore, et le Stade de Reims. Quand elle n’affichait que le 11e meilleur bilan du championnat au soir de la J22 (1,41 buts/match).

Là aussi, des choix de jeu clairs semblent se dégager. Quinzième équipe de Ligue 1 Uber Eats en termes de possession sur la période (47%) et 17e sur les passes tentées (401 par match en moyenne), mais deuxième au nombre d’attaques directes (14 – derrière Auxerre avec 16), le MHSC joue les contres à fond et essaye de transformer chaque situation favorable en tir, quitte à assumer un peu de déchet. Le club héraultais compte en effet 101 frappes tentées, n’étant devancé que par les Lillois et les Rémois dans ces deux domaines, mais n’en cadre qu’un peu plus de la moitié (51%, 7e total).

Derrière les performances statistiques, il y a le talent – tout devenant plus facile lorsque les leaders offensifs sont en confiance. Alors qu’il n’avait plus marqué depuis fin décembre, Elye Wahi a inscrit 5 buts en Ligue 1 Uber Eats depuis le retour de Der Zakarian, étant même impliqué sur chacun des 5 derniers buts du MHSC (4 buts puis 1 passe décisive). D’ailleurs, 4 de ses 8 derniers tirs ont terminé au fond des filets. L’intéressé a d’ailleurs observé un changement dans ce retour : « Il a insufflé un nouvel élan. Sur certains points, je trouve qu’il s’est beaucoup amélioré. Par rapport au moment où il m’a lancé (décembre 2020) et aujourd’hui, il n’est plus pareil. Ce ne sont pas les mêmes discours avec moi. Cela veut aussi dire que j’ai progressé », a observé le jeune buteur. Le fruit de ses réflexions concernant son rapport avec ses joueurs après son départ de Bretagne ?

Et après ?

Toujours est-il que le retour de Michel Der Zakarian a non seulement redynamisé le club héraultais, mais l’a fait avec un style de jeu affirmé. Suffisant pour imprimer une marque durable et enclencher un cycle vertueux pour le club ? Les prochains matchs serviront de révélateur pour les Pailladins. En effet, sur les premières rencontres de cette nouvelle ère, le MHSC a affronté des équipes classées en moyenne à la 12.3e place en début de journée, soit le 4e parcours le plus facile en théorie. En revanche, d’après l’Opta Ranking moyen de ses prochains adversaires, Montpellier possède, sur le papier, le calendrier le plus difficile de l’élite d’ici la fin du championnat. Le vrai test commencerait donc maintenant pour l’actuel 11e du classement.