Pablo (FCGB)
Interview

Dans le vestiaire de Bordeaux avec Pablo

Publié le 28/02/2020 à 15h21 - ADS

Partager

Le chouchou du coach, la causerie la plus mémorable, le plus fou du vestiaire girondin... Plongée dans le vestiaire bordelais avec le défenseur brésilien Pablo.

Pablo, avant d’arriver dans le vestiaire, où est-ce que tu t’assieds dans le car ?
En général, je m’installe seul. Ce n’est pas une question de concentration, c’est juste qu’il y a suffisamment de place dans le car pour que l’on puisse prendre nos aises ! Mais je ne suis jamais très loin d’Otávio.

Que fais-tu dans le car sur le chemin du stade ?
Je me concentre en écoutant de la musique brésilienne. Je pense déjà à ce qu’il faut que je fasse sur le terrain, aux attaquants que je vais affronter. Le club met à notre disposition une application qui permet de regarder des vidéos de nos adversaires directs, leur façon de jouer. Ça fait trois ans que je procède de cette manière et que je me prépare en visionnant ces vidéos à l’hôtel puis dans le car.

Et dans le vestiaire, où se situe ta place ?
La saison dernière, j’avais Andreas Cornelius d’un côté et le mur de l’autre ! Juste après, il y avait « Jaro » Plasil. C’est la place que m’avait attribué un intendant à mon arrivée, tout simplement. Mais à l’extérieur, je suis toujours à côté d’Otávio.

« Benoît Costil est un bon DJ »

A côté de qui faut-il s’asseoir si l’on veut bien rigoler ?
Il y a en a beaucoup ! Il y a Otávio mais aussi Yacine Adli. Lui, il est fou ! On peut aussi se mettre à côté de moi, on rigole bien avec moi (rires).

Qui est le DJ du vestiaire ?
C’est souvent Benoît Costil. C’est un bon DJ, il met des artistes français la plupart du temps mais il y a aussi des chansons en espagnol. Ça nous permet de bien entrer dans nos matchs. Moi, j’écoute différents styles de musique brésilienne, notamment du forró avec le chanteur Wesley Safadão.

Qui est le plus fou du vestiaire ?
Ça se joue entre Yacine (Adli) et moi ! J’aime beaucoup taquiner et faire des blagues.

Qui est le plus bavard de l’effectif girondin ?
Ça doit être moi aussi ! Je parle tout le temps, j’aime beaucoup discuter avec les gens. C’était d’ailleurs très difficile lors de mon arrivée à Bordeaux parce je n’arrivais pas à m’exprimer comme je le souhaitais. Mais j’ai suivi des cours de français avec ma femme par le biais du club et au bout de six mois, ça allait mieux.

Paulo Sousa a-t-il un chouchou ?
Je ne pense pas que le coach préfère un joueur en particulier mais il taquine beaucoup Ismael Sow, le petit latéral droit. Comme c’est l’un des plus jeunes, il blague souvent avec lui et ça nous fait bien rire.

Et le joueur le plus stylé ?
Max Poundjé ! Il est classe. Il met de tout, même des costumes. J’aime beaucoup son style.

« Après la victoire contre l'OM, c'était magnifique »

Quel est ton meilleur souvenir de vestiaire ?
Il y en a deux. Après le match contre Saint-Etienne en décembre dernier où je marque le but de la victoire à la dernière minute (3-2). Je ne marque pas très souvent donc ça avait une saveur particulière. Je retiens aussi la victoire contre l’OM à domicile plus tard dans la saison (2-0). C’est un match très important pour le club et les supporters par rapport à la série d’invincibilité qui dure depuis plus de 40 ans. Après la rencontre, c’était magnifique.

A l’inverse, quel est ton pire souvenir de vestiaire ?
C’est après la défaite contre Strasbourg en demi-finale de la Coupe de la Ligue BKT la saison dernière. On a perdu 3-2 alors qu’on était aux portes de la finale, dur à vivre…

Quelle causerie t’a le plus marqué ?
Tous mes coachs sont parvenus à trouver les mots justes mais je me souviens particulièrement de la causerie qui a précédé notre titre de champion du Brésil avec Corinthians en 2017. Fábio Carille nous avait montré des messages enregistrés par nos familles. C’était très émouvant.

Les joueurs qui demandent une double prime au président, c’est une légende ou ça existe encore ?
Bien sûr (rires). Avec Benoît Costil et Nicolas de Préville, je ne suis pas le dernier à demander ! Ça ne marche pas toujours mais souvent !