Pierre Gasly
Interview

Pierre Gasly : «Toujours été un grand supporter du PSG»

Publié le 06/09/2020 à 17:36 - ADS

Partager

Vainqueur du Grand Prix d'Italie à Monza ce dimanche, le jeune pilote de Formule 1 français Pierre Gasly évoquait sa passion pour le football et notamment le PSG dans un entretien il y a quelques mois.

Premier vainqueur français d'un Grand prix de Formule 1 depuis 24 ans, Pierre Gasly est un fervent supporter du PSG. Le jeune pilote AlphaTauri, qui a triomphé à Monza ce dimanche, avait évoqué sa passion pour le football dans un entretien au site de la Ligue 1 Uber Eats en juillet 2018.

Supportez-vous un club en particulier ?
J’ai toujours été un grand supporter du PSG. Petit, je jouais en club avec le maillot de Pauleta sur le dos. Même si je suis originaire de Rouen, je suis fan du PSG depuis l’âge de 5 ans. J’ai quatre grands frères dont deux qui sont pour le Paris Saint-Germain et je regardais les matchs avec eux. D’ailleurs, juste avant la finale de l’UEFA Europa League entre l’OM et l’Atlético de Madrid, j’ai été l’invité d’une émission de Canal + où on m’a demandé de dire « allez Marseille »… Même si ça faisait plaisir de voir une équipe française en finale de Coupe d’Europe, c’est le rival, c’était forcément très compliqué pour moi et je ne me suis pas exécuté (rires).

Vous disiez donc avoir joué en club. Pouvez-vous nous détailler votre rapport au foot ?
J’ai joué en club entre 5 ans et 11 ans, j’étais ailier droit. Pratiquer un sport collectif en parallèle du kart m’a fait beaucoup de bien, que ce soit au niveau physique ou pour voir un état d’esprit différent. J’étais en équipe première mais, un jour, je me suis retrouvé en équipe B parce que j’avais raté des entraînements à cause du kart et ça a provoqué un déclic chez moi. Comme je suis un compétiteur, ça ne m’intéressait pas de ne plus évoluer au plus haut niveau et il a fallu que je choisisse entre les deux disciplines… Mais je continue à jouer au foot avec mes amis aujourd’hui car j’adore ça.

« Dès que je rentre, j'essaie de me rendre au Parc des Princes »

Suivez-vous l’actualité footballistique de près pendant la saison de Formule 1 ?
Je tente de regarder un maximum de matchs à la TV. Et dès que je rentre en France, entre les grands prix, j’essaie de me rendre au Parc des Princes. C’est l’occasion de voir les joueurs que je connais bien comme Kylian Mbappé. Au quotidien, je suis l’actualité sur les réseaux sociaux et j’essaie de regarder les grosses affiches. Là, avec la Coupe du monde, je suis évidemment à fond derrière les Bleus, je ne rate pas un match.

Que retenez-vous de cette saison de foot ?
Ce qui m’a vraiment marqué cette saison, c’est la signature de Neymar au PSG. C’est un joueur que j’appréciais déjà énormément avant son arrivée car c’est un véritable showman, avec une super technique. Avec le ballon entre les pieds, il est juste incroyable. Après, je retiens aussi les victoires du PSG et ce nouveau titre de champion de France. Mais l’évènement qui m’a peut-être le plus marqué depuis que je m’intéresse au foot, c’est un mauvais souvenir : la défaite des Bleus contre l’Italie en finale de la Coupe du monde de 2006. Ça a été une soirée très difficile. Je suis un grand fan de Zidane en plus… Même chose avec la finale de l’Euro 2016 contre le Portugal. Ça aurait été incroyable de l’emporter à la maison mais ce n’est que partie remise.

« Je trouve Kylian Mbappé vraiment impressionnant »

Y a-t-il un joueur que vous appréciez particulièrement ?
En tant que fan du PSG, j’aime beaucoup Kylian Mbappé, d’autant plus que c’est quelqu’un de ma génération. Je le trouve vraiment impressionnant. Il est jeune, il bat tous les records… Et, chez les Bleus, il porte le numéro 10, comme moi en Formule 1. C’est un numéro qui a une signification particulière pour moi parce que je jouais au foot avec le 10, c’était le numéro de Zidane mais aussi celui avec lequel j’ai remporté le championnat d’Europe de Formule Renault, ce qui m’a permis d’intégrer la filière jeunes pilotes de Red Bull. Pour en revenir aux joueurs que je préfère, je citerais Pogba et Griezmann. Avec Mbappé, ce sont les trois qui se démarquent.

Avant le Mondial, vous avez donné le coup d’envoi du match de préparation France - Italie à Nice. Vous pouvez nous raconter ?
C’est Christian Estrosi, le maire de Nice, qui m’a invité à donner le coup d’envoi de cette rencontre. Il a beaucoup œuvré pour le retour du Grand Prix de France au calendrier du championnat du monde de Formule 1 et il m'a fait cette proposition car il savait que j’étais un grand passionné de foot et que le grand prix allait avoir lieu peu de temps après. Il y avait un autre clin d’œil : je suis Français mais je pilote pour Toro Rosso, une écurie italienne. C’était la première fois que j’avais une telle opportunité et c’était vraiment top, d’autant plus que les tribunes de l’Allianz Riviera étaient remplies.

Est-ce que vous parlez beaucoup de football au sein du paddock ?
Avec Carlos Sainz, nous avons récemment parlé de Zinédine Zidane et du Real Madrid, à l’occasion de la finale de l'UEFA Champions League. Pareil au moment du 8e de finale entre le PSG et le Real. Je discute également foot avec Max Verstappen, avec qui je joue régulièrement à FIFA sur la console. Les pilotes français sont un peu moins fans. Chaque année, il y a aussi un match organisé avec les pilotes de Formule 1 en marge du Grand Prix de Monaco. L’an passé, je n’ai pas pu y participer car je courais au Japon au même moment mais j’ai disputé deux des trois dernières rencontres. En 2016, on a joué au Stade Louis-II et j’ai réussi à délivrer une passe décisive. Fernando Alonso avait, lui, inscrit un coup franc ! Il y a aussi Carlos Sainz, Felipe Massa et Nico Rosberg qui se débrouillent bien. L’ancien pilote de moto Max Biaggi était également sur le terrain, tout comme le prince Albert et William Gallas.