Interview

Wilfried Singo : « A Monaco, c’est difficile de défendre aux entraînements »

Wilfried Singo : « A Monaco, c’est difficile de défendre aux entraînements »

Interview
Publié le 14/12 à 11:33 -

Partager

A 22 ans, l’international ivoirien Wilfried Singo (AS Monaco) fait partie des nouveaux visages qui se sont imposés depuis le début de la saison en Ligue 1 Uber Eats. Entretien.

Comment avez-vous commencé le football ?
Comme beaucoup d’autres, j’ai débuté au quartier avec de tous petits ballons. Ensuite, comme mon père jouait également au foot, cela a été une source de motivation pour moi pour devenir footballeur.

Quels sont les défenseurs qui vous inspirent actuellement ?
Il y a le voisin Dante, un super joueur qui, malgré son âge, est en grande forme.

Pouvez-vous nous parler de votre expérience en Italie, au Torino, où vous avez évolué quatre ans, de vos 18 ans jusqu’à cet été ?
J’y ai beaucoup appris, notamment dans le domaine tactique, mais aussi dans la rigueur et la science du placement. Cela m’a aidé dans ma formation. J’ai été encadré par de bonnes personnes, comme Nicolas Nkoulou, qui m’a apporté dans ma progression. Lui et mon grand frère Yaya Touré font d’ailleurs partie de ceux qui m’ont conseillé de venir à Monaco.

Vous découvrez la Ligue 1 Uber Eats cette saison. Quelles sont les principales différences avec la Serie A ?
La Ligue 1 Uber Eats fait davantage confiance aux jeunes. Ils ont beaucoup de temps de jeu. C’est la même chose dans le groupe à l’AS Monaco. Le coach peut compter sur de nombreux jeunes.

A l’AS Monaco, vous êtes quotidiennement au contact de joueurs de talent. Comment cela se passe-t-il ?
Devant, il n’y a que de la qualité, que ce soit avec Balogun, qui est puissant, Golovin, Minamino… Avec ce genre d’attaquants aux entraînements, c’est difficile de défendre, mais ça nous permet de bien travailler.

Quelle est votre principale qualité sur le terrain ?
La défense ! Mes qualités sont surtout la vitesse et le physique. Je peux m’en servir aussi bien dans l’axe que sur le côté. J’essaye toujours de m’adapter à mon adversaire. Il y en a des rapides et d’autres qui sont athlétiques.

Comment parvenez-vous à exploiter vos qualités de contre-attaquant développées comme latéral lorsque vous évoluez dans l’axe ?
Il m’arrive d’avoir envie de monter mais je me rappelle vite que je suis défenseur… et que je dois rester derrière. Mais je tiens à cette polyvalence, car c’est important d’en avoir dans un groupe. Je joue là où le coach me demande.

Justement, que pouvez-vous nous dire sur le coach Adi Hütter qui n’était pas très connu en France avant de rejoindre l’AS Monaco ?
C’est un bon coach. Il est venu avec ses idées et sa philosophie. Ça me fait plaisir de pouvoir travailler avec lui, de pratiquer son style de jeu. Il m’a appris des choses, notamment en matière de pressing. Il insiste aussi beaucoup sur le fait de jouer à une ou deux touches de balle.

La fiche de Wilfried Singo