Interview

Ablie Jallow : « Les scorpions sont petits mais très dangereux »

Ablie Jallow : « Les scorpions sont petits mais très dangereux »

Interview
Publié le 18/01 à 11:28 - Arnaud Di Stasio

Partager

Cadre de l’équipe de Gambie, le Messin Ablie Jallow évoque son rapport à la sélection, à la CAN sans oublier ses buts magnifiques contre l’OL et Reims. Entretien.

Comment juges-tu ta première moitié de saison avec le FC Metz ?
Ça a été un peu difficile pour moi au début car je n’étais pas prêt physiquement, je n’étais pas à 100%. Mais c’est allé mieux par la suite. Il faut que je continue à travailler dur pour retrouver mon meilleur niveau.

Il s’agit de ta première véritable saison en Ligue 1 Uber Eats. Est-ce que le niveau t’a surpris ?
C’est un championnat difficile. C’est la première saison où j’enchaîne les matchs, ce qui est positif pour moi car ça va beaucoup m’aider à me développer en tant que joueur.

Tu as marqué deux buts magnifiques contre le Stade de Reims et l’Olympique Lyonnais. Lequel préfères-tu ?
Celui contre l’OL ! Pour le timing, ma première touche de balle… J’ai déjà marqué quelques beaux buts, notamment contre Bordeaux et Valenciennes en Ligue 2 BKT, mais celui-ci est mon plus beau. Je sais que j’ai un bon pied donc quand j’ai l’opportunité de tirer, je prends ma chance.

« C’est un rêve devenu réalité »

Que connaissais-tu du championnat avant de rejoindre Metz et la France en 2017 ?
J’ai toujours rêvé de jouer au plus haut niveau et la Ligue 1 Uber Eats fait partie des trois meilleurs championnats pour moi donc je suis très heureux ici. C’est un rêve devenu réalité. Quand on pense à la Ligue 1 Uber Eats, on pense tout de suite à des grands clubs comme le PSG… Beaucoup de joueurs africains sont venus jouer en France et s’y sont illustrés. Didier Drogba, Sadio Mané, Mamadou Niang… Ismaïla Sarr aussi. Il y en a eu tellement ! Ça donne envie de signer en France et de faire comme eux.

Parmi eux, qui est ton joueur préféré ?
Ismaïla Sarr, parce que j’ai joué avec lui à Génération Foot, au Sénégal, et qu’il a ensuite signé au FC Metz, où il a réussi. Je me retrouve forcément dans son parcours.

Le FC Metz est le club avec le plus d’Africains dans son effectif. En quoi est-ce un avantage ?
Personnellement, ça m’a beaucoup aidé au moment de mon adaptation. Quand je suis arrivé à Metz, j’ai retrouvé plusieurs joueurs avec qui j’étais à Génération Foot, ce qui a beaucoup facilité les choses. C’est un avantage pour le club d’avoir autant d’Africains même si ce sera un peu difficile pendant la CAN.

L’été dernier, un autre Gambien, Adama Bojang, est arrivé en Ligue 1 Uber Eats, à Reims. Il t’a demandé conseil ?
On n’a pas parlé à ce moment-là mais je l’ai vu en Gambie quelques semaines après sa signature à Reims et on avait discuté. Je lui ai dit qu’il fallait qu’il soit prêt car la Ligue 1 Uber Eats n’est pas un championnat facile mais c’est un bon endroit pour progresser. Maintenant qu’il est à Reims, on se parle de temps en temps ! En France, il y a aussi mon ami Abdoulie Sanyang à Grenoble, qui est avec moi en équipe nationale.

« On compte beaucoup sur moi »

Pour maintenant parler de la CAN, que tu vas disputer avec la Gambie en Côte d’Ivoire, que représente cette compétition pour toi ?
Beaucoup de choses ! Tous les joueurs rêvent de jouer ce type de compétitions. Tous les joueurs rêvent de représenter leur pays, d’autant plus quand tu viens de Gambie, où les gens adorent le foot. Donc je suis très heureux de pouvoir faire tout ça.

Ce sera ta deuxième CAN après l’édition 2022 au Cameroun. Quel est ton meilleur souvenir dans la compétition ?
C’est mon but contre la Mauritanie lors du premier match de poule (victoire 1-0). Comme le but contre Lyon, c’était un beau but (sourire), une frappe de loin après une dizaine de minutes. C’était le premier but de la Gambie dans une CAN, pour la première participation du pays à la compétition. C’était incroyable.

As-tu le même rôle en équipe de Gambie et au FC Metz ?
Oui, en sélection aussi, je suis un joueur important. On compte beaucoup sur moi. Dans le vestiaire aussi, je fais maintenant partie des joueurs expérimentés.

« Les scorpions sont petits mais très dangereux »

L’équipe de Gambie a beaucoup progressé ces dernières années. Pour quelles raisons selon toi ?
On a beaucoup de bons joueurs, beaucoup de jeunes joueurs qui sont performants à l’étranger, dans les meilleurs championnats, ce qui profite à l’équipe nationale. On nous surnomme les Scorpions et les scorpions sont petits mais très dangereux (rires), ça nous représente bien !

La Gambie est dans le « groupe de la mort » en compagnie du champion en titre, le Sénégal, du Cameroun et de la Guinée. Quel est votre objectif ?
Notre objectif est de nous qualifier. Ce sera difficile mais on fera de notre mieux. Il faut que l’on joue à notre niveau. On ne joue pas seulement pour nous mais pour toute la Gambie. Être dans le même groupe que le Sénégal, ça signifie beaucoup pour moi et il y a une rivalité sportive entre les deux pays. D’ailleurs, à Metz, Cheikh Sabaly, Abou Lo et les autres Sénégalais charrient beaucoup !

Lors de la dernière CAN, tu as marqué deux buts et la Gambie est allée jusqu’en quarts de finale. Que peut-on te souhaiter pour cette édition ?
Faire mieux, collectivement et personnellement. C’est ce que les supporters gambiens espèrent. La dernière fois, c’était notre première participation. Maintenant, les gens nous connaissent et attendent encore mieux.

Pour finir, qui est le favori de la compétition selon toi ?
Le Sénégal et le Maroc !

A lire aussi > L’interview de Lamine Camara