Légendes

Les légendes africaines de Ligue 1 Uber Eats

Les légendes africaines de Ligue 1 Uber Eats

Légendes
Publié le 22/11 à 09:54

Partager

La Ligue 1 Uber Eats a toujours vu les joueurs africains y jouer un rôle important. Alors que se joue la CAN 2024, retour sur l'historique de ces éléments dans le championnat de France.

A l'occasion de la CAN 2024, la Ligue 1 Uber Eats revient sur les joueurs du continent africain qui ont marqué son histoire. Des plus assidus aux plus titrés et efficaces.

Les joueurs africains de Ligue 1 Uber Eats les plus capés de l'histoire :

1. Jérémy Morel (Madagascar) : 425 matchs (FC Lorient, OM, OL, Stade Rennais F.C.)
2. Souleymane Camara (Sénégal) : 423 matchs (AS Monaco, EA Guingamp, OGC Nice, Montpellier HSC)
3. Ryad Boudebouz (Algérie) : 369 matchs (FC Sochaux-Montbéliard, SC Bastia, Montpellier HSC, AS Saint-Etienne)
4. Kevin Monnet-Paquet (Rwanda) : 352 matchs (RC Lens, FC Lorient, AS Saint-Etienne)
5. François M'Pelé (Congo) : 350 matchs (AC Ajaccio, PSG, RC Lens)
6. Kader Ferhaoui (Algérie) : 343 matchs (Montpellier HSC, AS Cannes, AS Saint-Etienne)
7. Rachid Mekhloufi (Algérie) : 341 matchs (AS Saint-Etienne, SC Bastia)
8. Souleymane Diawara (Sénégal) : 339 matchs (FC Sochaux-Montbéliard, Girondins de Bordeaux, OM, OGC Nice)
9. Merry Krimau (Maroc) : 337 matchs (SC Bastia, LOSC, FC Metz, RC Strasbourg Alsace, Tours FC, Havre AC, AS Saint-Etienne, Matra Racing)
10.
David Jemmali (Tunisie) : 323 matchs (AS Cannes, Girondins de Bordeaux, Grenoble Foot 38)

7 titres « africains » de meilleur buteur

Du côté des buteurs, le n°1 des joueurs africains de l’histoire du championnat de France est le Marocain Hassan Akesbi (173 buts avec Nîmes, Reims et Monaco), devant Rachid Mekhloufi (141 buts avec l’AS Saint-Etienne et Bastia) et le Malien Salif Keita (135 buts, avec l’ASSE et l’OM).

Concernant les titres de meilleur buteur de Ligue 1 Uber Eats, le continent africain compte sept représentants de 1962 à 2011, avec Moussa Sow (LOSC, 2011), Mamadou Niang (OM, 2010), Shabani Nonda (AS Monaco, 2003), Roger Boli (RC Lens, 1994), Jules Bocandé (FC Metz, 1986), Ahmed Oudjani (RC Lens, 1964) et Sékou Touré (Montpellier, 1962).

L’Afrique et ses talents

Omniprésent dans l’histoire de la Ligue 1 Uber Eats, les joueurs africains sont nombreux à compter un ou plusieurs titres de champion de France. Le dernier en date est le latéral marocain Achraf Hakimi, présent au Qatar pour la Coupe du Monde. Avec le PSG, il a été titré dès sa première saison en France.

Avant lui, le Dogue Reinildo (Mozambique) avait brandi l'Hexagoal en 2021 dans le Nord, alors que la saison précédente déjà Idrissa Gana Gueye (Sénégal), également champion en 2022 avec le PSG, mais aussi Eric Maxim Choupo-Moting (Cameroun) et le récent international sénégalais Abdou Diallo avaient été sacrés avec le Paris SG. Le milieu de terrain comptait un premier sacre obtenu avec le LOSC (2011).

Auparavant, Almamy Touré (Mali) l'avait été avec l'AS Monaco (2017). Certains ont même été titrés avec deux maillots différents, comme Souleymane Diawara au sein des défenses bordelaise (2009) et marseillaise (2010). Un second sacre obtenu aux côtés de cinq autres joueurs africains à l'OM : Mamadou Niang – auteur du doublé avec son titre de top buteur – Taye Taiwo, Stéphane Mbia, Charles Kaboré et Jordan Ayew. Ce dernier suivant dix-huit plus tard le chemin de son père, Abedi Pelé, triple champion de France avec les Phocéens de 1989 à 1992.

Une époque marquée par la finesse d’un Japhet Ndoram, maître à jouer des Canaris champions en 1995, la classe d’un George Weah (218 matchs et 84 buts) à Monaco et au PSG, où il devient champion de France 1994 avant de se voir remettre le Ballon d’Or (1995), ou encore la vista d'Ali Benarbia, milieu sacré à Monaco (1997), puis à Bordeaux (1999).

Michael Essien, le dernier meilleur joueur

L'Algérien est d'ailleurs devenu le premier joueur africain à être récompensé du titre de meilleur joueur du championnat de France, avec le trophée UNFP 1999. Deux autres suivront ; à savoir Didier Drogba en 2004, et Michael Essien l’année suivante. Le « Black Star » a surdominé l’entrejeu de la Ligue 1 sous les couleurs lyonnaises en participant aux titres de champion 2004 et 2005.

Les années 2000 ont vu plusieurs talents africains briller, et pas uniquement à Marseille, où Didier Drogba en a sans aucun doute été l’une des plus belles expressions. Les joueurs africains ont souvent joué les premiers rôles en Ligue 1 Uber Eats, comme par exemple Shabani Nonda, top buteur avec l'AS Monaco (2002/03) : le Congolais devenant le premier africain distingué depuis neuf ans (Roger Boli).

Pendant sa série de sept titres consécutifs, l’Olympique Lyonnais a donc côté pu compter Michael Essien, mais aussi sur « Djila » Diarra ; le Malien a compilé cinq titres de Ligue 1 avec le club lyonnais entre 2003 et 2007. De quoi en faire le détenteur du record du plus grand nombre de titres de champion de France obtenu par un joueur africain. Et ce, après un autre ancien monument du milieu, Marc-Vivien Foé, champion avec les Gones quatre ans après l’avoir été avec le RC Lens (1998). Après le septennat lyonnais, le Bordeaux de Laurent Blanc a trôné sur le championnat avec le Marocain Marouane Chamakh en pointe.

Ensuite le LOSC aussi a profité des qualités de joueurs africains l’année de son titre (2011). Comme, son compatriote sénégalais Niang avec l’OM la saison précédente, Moussa Sow réussit un doublé en empochant également le trophée de meilleur buteur de la saison chez les Dogues. Et ce, aux côtés de Gervinho (Côte d’Ivoire) ou encore Aurélien Chedjou et Idrissa Gueye.

Outre Camara, le Montpellier HSC de 2012 avait également compté sur l’abatage d’Henri Bédimo (Cameroun) dans le couloir gauche et de Younes Belhanda (Maroc) à la baguette de son attaque.

Le meilleur de l'Afrique

D’autres ont profité d’un environnement propice à l’éclosion au sein des clubs du championnat pour y signer leurs premiers exploits, à l’image de Pierre-Emerick Aubameyang, avant de revenir à l'OM, et de Nicolas Pepe, ex-Lillois et Aiglon, ou encore Victor Osimhen, passé au Napoli après s'être révélé à Lille. PEA a lui fait ses classes à Dijon, Lille et Monaco avant de se révéler à l’AS Saint-Etienne avec deux belles saisons (2011 à 2013) et donc de renouer avec l'élite cet été sous les couleurs marseillaises.

Dernière preuve que le championnat de France a toujours noué des liens forts avec le continent africain. Tout comme Pelé, Weah, Drogba et PEA, Victor Ikpeba (AS Monaco), Mustapha Hadji (Nancy), El-Hadji Diouf (Sochaux, Rennes et Lens), Patrick Mboma (PSG, Metz), Emmanuel Adebayor (Metz et Monaco), Frédéric Kanouté (OL), Yaya Touré (Monaco), Yacine Brahimi (Stade Rennais F.C.) et Riyad Mahrez (HAC) ont tous foulé les pelouses françaises avant de remporter le titre de meilleur joueur africain. Sadio Mané faisant un petite entorse à la tradition, lui qui n'a connu que la Ligue 2 BKT avec le FC Metz.