William Saliba, le défenseur central de l'ASSE.
J28

Saint-Etienne : Saliba, les derniers défis en Vert

Publié le 07/03/2020 à 18:32 - AFP

Partager

William Saliba, défenseur central formé à l'AS Saint-Etienne, veut bien terminer son aventure chez les Verts avant de quitter le Forez en fin de saison pour Arsenal.

Il n'a pas 19 ans mais s'affirme déjà comme un patron : le défenseur William Saliba, déterminant jeudi dans la qualification de l’AS Saint-Etienne pour la finale de la Coupe de France, sera l'un des principaux moteurs des Verts pour assurer leur maintien en Ligue 1 Conforama, dès dimanche (15h00) contre les Girondins de Bordeaux.

Une fin de saison en forme de baroud d'honneur pour ce jeune Francilien, passé par Bondy et Montfermeil avant de rejoindre à l'issue de la saison Arsenal, qui l'a recruté l'été dernier. Il n'est d'ailleurs pas le premier défenseur formé à l’ASSE à rejoindre un club londonien : Kurt Zouma avait été transféré en janvier 2014 à Chelsea, avant lui aussi d'être prêté pour finir la saison 2013/2014 dans le Forez.

Du haut de son 1,93 m, Saliba en impose, aussi bien physiquement que techniquement au sein du groupe où il a été longtemps le porte-bonheur cette saison même s'il a été souvent blessé. Face au FC Metz (3-1) le 2 février, il a connu sa première défaite pour l'exercice 2019/2020 en huit matchs disputés (cinq victoires, trois nuls) alors qu'il n'a participé qu'à seize rencontres toutes compétitions confondues. 

C'est peu mais sa fraîcheur peut être un atout sur lequel l'entraîneur Claude Puel pourra s'appuyer d'ici la fin de saison. Avec deux objectifs majeurs en ligne de mire : le maintien à assurer en Ligue 1 Conforama et la finale de la Coupe de France à jouer contre le PSG, le 25 avril.

« Fierté » d’aller au Stade de France

« C'est une énorme fierté d'aller au Stade de France, surtout que pour moi ce sera peut-être la dernière. Je ne voulais pas la louper. Maintenant, on va penser au championnat, mais il ne faut pas se faire avoir, penser à la Coupe trop tôt : d'abord le championnat et, seulement après, la Coupe », prévient-il.

D'autant qu'au printemps 2019, s'il a bien fait partie de l'équipe U19 victorieuse de la Coupe Gambardella, il n'avait pas disputé la finale contre le Toulouse FC au Stade de France mais un match avec les professionnels contre... le TFC.

Jeudi, son association avec Wesley Fofana (19 ans), plus jeune que lui de quelques mois, a été impressionnante d'assurance en l'absence du vétéran Loïc Perrin (35 ans). « Avec William, on essaie de faire notre "taff", toute l'équipe nous aide, le coach aussi. Chacun fait sa part et ça le fait », confie Fofana. « Quand il a concédé le pénalty (qui a amené l'ouverture du score par le Stade Rennais F.C., NDLR), j'ai vu qu'il n'était pas bien et je suis venu lui parler pour lui remonter le moral. Entre lui et moi, c'est quelque chose de fort. Il a vu que j'étais là pour lui et il a bien terminé le match et on a tenu la baraque », poursuit-il.

« Avec Wesley, on se connaît depuis longtemps. Ce n'est pas d'hier qu'on joue ensemble. Même si en pro, c’est différent. Mais, à chaque match, on prend de l'expérience. Ça fait du bien de jouer ensemble, c’est plus facile quand on se connaît », poursuit encore William Saliba.

Après ce malencontreux pénalty, il a ensuite contribué aux deux buts stéphanois en délivrant l'avant-dernière passe. Il tentera de confirmer, dimanche contre Bordeaux, qu'il fonce sur les traces des meilleurs.