Rudi Völler (OM) et Julian Draxler (PSG).
Légendes

Les Allemands de Ligue 1 Uber Eats

Publié le 15/06/2021 à 08:51 - VL

Partager

De Rohr à Volland en passant par Förster, Klinsmann et Völler, de nombreux Allemands ont évolué dans le championnat de France. Redécouvrez-les alors que les Bleus affrontent la Mannschaft à l'Euro ce mardi.

Kevin Volland (AS Monaco), Julian Draxler et Thilo Kehrer (PSG) sont les trois Allemands à avoir joué en Ligue 1 Uber Eats lors de la saison 2020/21. Avec ses 16 buts et ses 4 passes décisives, le Monégasque a sans nul doute été le plus performant, se classant dès sa première année parmi les meilleurs joueurs du championnat. Une façon de perpétuer la tradition des nombreux joueurs nés outre-Rhin à avoir brillé dans le championnat de France.

Gernot Rohr, le plus Français des Allemands

Il est le symbole des Allemands qui ont réussi en France. Un joueur qui pèse 352 matchs dans l’élite. Débarqué sur les bords de la Gironde en 1977, Gernot Rohr va devenir un des cadres des Girondins de Bordeaux de Claude Bez. Naturalisé en 1982, le plus Français des Allemands est titré champion de Ligue 1 Uber Eats à trois reprises avec le club au scapulaire (1984, 1985 et 1987), sous les ordres d’Aimé Jacquet. Il se reconvertira plus tard en tant qu’entraîneur, pour le plus grand bonheur de plusieurs clubs hexagonaux. Egalement acteur des titres de 1984 et 1985 avec les Girondins, Dieter Müller évoluait dans un tout autre registre que son compatriote. L’attaquant termine son aventure française (1982-1985) avec 43 buts marqués en 92 matchs de championnat, un bilan plus qu'honorable.

Förster et Allofs, le début de l’ère Tapie à l’OM

Quelques mois après les deux Bordelais, ce sont deux Allemands évoluant à l’Olympique de Marseille qui prennent le relais. Tous deux vainqueurs de l’Euro 1980 avec la Mannschaft, Karl-Heinz Förster et Klaus Allofs deviennent champions de France sous les couleurs phocéennes, pour les premiers titres de l’ère Tapie. Le premier nommé, Marseillais de 1986 à 1990, a marqué l’histoire du championnat de France au poste de défenseur central. L’impitoyable stoppeur, joueur majeur de l’équipe d’Allemagne, a remporté deux titres de Ligue 1 Uber Eats (1989 et 1990) et disputé 103 rencontres de championnat. Allofs, de son côté, est champion de France en 1989 avant de rejoindre les Girondins de Bordeaux la saison suivante. Au total, entre 1987 et 1990, il dispute 99 matchs (34 buts), avant de s’envoler pour le Werder de Brême. Avec le club hanséatique, il jouera un bien vilain tour à l’AS Monaco quelques années plus tard, en battant le club monégasque en finale de la Coupe des Coupes 1992 avec un but à la clé (2-0).

Völler et Klinsmann, les stars

S’ils n’ont pas été sacrés champions lors de leur passage en France, Rudi Völler et Jürgen Klinsmann ont malgré tout fait les belles heures de la Ligue 1 Uber Eats en lui offrant un rayonnement nouveau. Auréolés de leur titre de champion du Monde 1990, les deux Allemands rejoignent la France en 1992, tous deux en provenance du championnat numéro 1 de l’époque, la Serie A. Débauché à l’AS Roma, Völler renforce l’OM, alors que Klinsmann quitte l’Inter pour l’AS Monaco. Dans la cité phocéenne, Völler voit le titre 1993 être retiré à l’OM mais il peut se consoler avec la Ligue des Champions de la même année. Il dispute 58 matchs de Ligue 1 Uber Eats (24 buts marqués) en deux saisons avant de retrouver l’Allemagne en s’engageant en faveur du Bayer Leverkusen, club où il officie en tant que directeur sportif depuis 2018. Quant à Klinsmann, il ne remporte aucun titre avec le club de la Principauté, où il est arrivé pour remplacer George Weah. Après une belle première saison, terminée à la troisième place avec 19 buts au compteur, il connaît un deuxième exercice moins brillant avant de s’envoler pour Tottenham. Il finit son aventure monégasque sur un bilan de 29 buts en 65 matchs de Ligue 1 Uber Eats. Il gagnera l’Euro 1996 avec l’Allemagne deux ans plus tard.

Plusieurs autres champions du monde

Trois autres champions du monde allemand ont foulé les pelouses hexagonales. L’un d’entre eux est d’ailleurs toujours dans notre championnat. Triple champion de France avec le PSG (2018, 2019 et 2020), Julian Draxler a soulevé le Graal en 2014, deux ans et demi avant son arrivée dans la capitale. Finaliste de la C1 en 2020 avec le PSG, il a disputé 113 matchs de Ligue 1 Uber Eats (15 buts). Avant lui, Pierre Littbarski et Andreas Köpke, champions du Monde en 1990, ont aussi évolué en France. Petit milieu offensif, le premier nommé a joué une saison au Matra Racing, où il a disputé 34 matchs (4 buts) lors de la saison 1986/1987. Egalement vainqueur de l’Euro 1996, Andreas Köpke a été le dernier rempart de l’OM entre 1996 et 1998, prenant part à 68 rencontres dans l’élite.

Lui aussi a remporté l’Euro 1996. Il a même été le héros de la Mannschaft en marquant le but en or de la finale. Cependant, le parcours français d’Oliver Bierhoff ne sera pas à la hauteur de sa réputation. Attaquant de l’AS Monaco durant la saison 2001/2002, l’ancien buteur de l’AC Milan ne trouve le chemin des filets qu’à 4 reprises en 18 matchs, avant de retrouver l’Italie et le Chievo Vérone. Le natif de Karlsruhe ne s’est donc pas inspiré d’Erwin Kostedde, Uwe Krause et Erich Maas, trois attaquants allemands qui ont brillé en France. En une saison au Stade Lavallois (1979/1980), Kostedde a inscrit 21 buts en 34 matchs avant de repartir outre-Rhin. Krause, de son côté, a signé 84 réalisations en 214 matchs disputés successivement avec le Stade Lavallois (1980-1983), l’AS Monaco (1983/1984) et le FC Sochaux-Montbéliard (1984-1986). Quant à Maas, il a marqué 43 buts en 150 matchs avec le FC Nantes (1970-1975), décrochant le titre de champion de France en 1973.

Kevin Trapp, Christian Wörns et Paul-Ferdinand Heidkamp ont également fait parler d’eux lors de leur passage en Ligue 1 Uber Eats, dans un rôle plus défensif. L’ancien gardien du PSG (63 matchs) a même été champion de France en 2016 et en 2018. Egalement au PSG, l’international allemand Christian Wörns devait être le patron de la défense parisienne. Mais la saison 1998/1999 du club de la capitale est compliquée. Il part un an après son arrivée au Borussia Dortmund. Bien avant eux, Paul-Ferdinand Heidkamp avait montré l’exemple à ses compatriotes en rejoignant la France dans les années 70, disputant 104 matchs avec le SC Bastia puis le LOSC.