Denis Bouanga (ASSE)
Stats

Saint-Etienne : Denis Bouanga n’a pas raté la marche

Publié le 28/05/2020 à 08h22 - LFP

Partager

En vue avec Nîmes la saison dernière, l’attaquant international gabonais a fait encore mieux avec l’AS Saint-Etienne en 2019/2020.

Passé de Nîmes à Saint-Etienne, Denis Bouanga a fait mieux que confirmer dans un club de standing supérieur. L’attaquant gabonais a fait encore mieux chez les Verts que lors de sa jolie saison 2018/2019 avec les Crocos. L’international gabonais de 25 ans a poursuivi sa progression dans le Forez, s’imposant comme l’arme offensive numéro 1 de l’AS Saint-Etienne.

Plus précis

Buteur 8 fois en 35 matchs pour sa première vraie saison en Ligue 1 Conforama en 2018/2019, Denis Bouanga s’est mis encore davantage en évidence avec l’ASSE. Il a marqué 10 buts, le tout en seulement 26 matchs de championnat, soit 9 de moins que la saison dernière. Il a aussi délivré davantage de passes décisives (3 contre 2).

Plus généralement, Denis Bouanga a montré une progression dans presque tous les secteurs du jeu alors que son temps de jeu n’a que légèrement évolué d’une saison sur l’autre (environ 79 minutes de moyenne en 2019/2020 contre 75 en 2018/2019). L’ancien Nîmois tire plus et mieux du côté du Forez. Il tire plus souvent (3,0 fois par match contre 2,5), tout en se montrant donc plus précis (58,1% de tirs cadrés contre 47,8% en 2018/2019).

Plus dribbleur

Avec les Verts, il se montre aussi plus dribbleur puisqu’il tente 5,5 dribbles par match contre 4,5 avec Nîmes. Il passe son adversaire 2,2 fois par rencontre contre 1,4 la saison précédente. Dans la même veine, le Denis Bouanga de l’ASSE dispute plus de duels que le Denis Bouanga nîmois (16,7 par match contre 12,9) avec une plus grande efficacité (40,2% de duels gagnés contre 34,9%).

Le joueur offensif a touché plus de ballons cette saison qu’en 2018/2019 (45 contre 37). Il a surtout été encore plus précis dans ses transmissions puisqu’il a réussi 72,4% de ses passes contre 69,7% lors de son passage dans le Gard. En revanche, chez les Nîmois, il était un peu plus passeur dans la zone de la vérité puisqu’il mettait ses partenaires en position de tir 0,9 fois par match contre 0,7 fois avec l’ASSE.